southland2.png
Ce jeudi, la prestigieuse Académie des Arts et Sciences de la Télévision américaine a dévoilé la liste intégrale des nominations pour la 64ème cérémonie des Emmy Awards qui seront attribués le dimanche 23 septembre prochain devant les yeux des téléspectateurs de ABC.

Je pourrais vous dresser la liste interminable des nominations ou faire le décompte des programmes les plus nominés, mais non, tout un tas d’autres sites sauront parfaitement reprendre ses infos. Tout comme les communiqués de presse que tous les networks américains publieront pour s’auto congratuler d’avoir un nombre record de nominations. Lifetime n’a d’ailleurs pas perdu de temps et moins d’une heure après l’annonce des nominations, elle se réjouit déjà d’avoir récolté 5 nominations, dont 4 pour "Project Runway", une émission de télé-réalité où Heidi Klum recherche les stylistes les plus talentueux depuis 2004. Qui a dit qu’il n’y avait que "Mad Men" ?

Quelques minutes avant, History était la première à se féliciter d’avoir décroché 16 nominations pour la mini-série "Hatfields & McCoys", dont les trois épisodes ont signé les meilleures audiences de toute l’histoire pour un programme de divertissement sur le câble basique américain avec jusqu’à 14 millions de téléspectateurs. Pas étonnant que NBC, un network au fond du trou, ait commandé sa propre version moderne de "Hatfields & McCoys" une semaine plus tard.

Cette tragédie familiale n’est pas le programme le plus récompensé puisque "American Horror Story" et "Mad Men" décrochent chacun un total de 17 nominations. Nous noterons l’idée de génie des producteurs de la série d’horreur de FX : en décidant de changer totalement d’intrigue et de personnages pour chaque saison, ils ont réussi à la vendre comme une série d’anthologie ou mini-série, et non comme un drama. Ainsi, "American Horror Story" ne devra pas affronter la liste cinq étoiles prévisible composée de "Boardwalk Empire", "Breaking Bad", "Dowton Abbey", "Game of Thrones", "Homeland" et "Mad Men". En effet, elle se retrouvera aux côtés des véritables mini-séries plus discrètes que sont "Game Change", "Hatfields & McCoys", "Hemingway & Gellhorn", "Luther" et "Sherlock : A Scandal In Belgravia". Pas certain pour autant qu’elle ait des chances de remporter la statuette.

Mais revenons à la raison d’être de cet article, celle qui m’a poussé à ne pas publier simplement la liste. Il s'agit de signaler la plus grande injustice de ces dernières années.

southland3.png
Non, "Southland" n'est pas une sitcom où tous ses acteurs sont nominés aux Emmys.
Ni dans la catégorie drama.
"Southland" est une série dramatique créée par Ann Biderman qui dépeint le quotidien violent et brutal de flics à Los Angeles. Mais attention, ici on est pas devant les formatés "Experts" ou "Esprits Criminels". Contrairement à toutes les séries policières basiques qui pullulent un peu partout, dans "Southland" il n’y a pas à proprement parler d’intrigue de la semaine, d’un meurtre à résoudre en 42 minutes. "Southland" c’est dans chaque épisode une succession d’événements de tous les jours qui mènent souvent à des conclusions dramatiques et inattendues. Et c’est ça la force de la série. Je ne sais pas comment ceux qui suivent la série (peu nombreux, hélas) la ressentent, mais pour ma part, à chaque épisode, c’est les montagnes russes et il faut avoir le cœur bien accroché. A chaque coin de rue, à chaque course poursuite, à chaque tir, à chaque instant, il peut se passer n’importe quoi qui viendra bouleverser la série.

Les épisodes sont tout autant imprévisible que son parcours à ses débuts. Lancée au printemps 2009 sur NBC, "Southland" récupère la case historique occupée pendant 15 ans par "Urgences". Malheureusement, "Southland" arrive au mauvais moment sur la chaîne : à la rentrée suivante, l'image de qualité que possédait autrefois NBC est balayée par Jay Leno qui récupère toutes les cases du 22h pour un talk show. C'est la crise, il faut faire des économies. Renouvelée pour une saison 2, "Southland" est finalement annulée sans raison apparente (trop sombre pour être diffusée à 21h est la raison invoquée) alors que six nouveaux épisodes étaient en boîte et que la diffusion n'a pas commencée. TNT a l'intelligence de récupérer la série.

jayleno.png
Jay Leno a remporté l'Emmy Award pour la meilleure émission de variété en 1995.
Regina King est fan de Jay Leno
4 saisons et 33 épisodes plus tard, toujours pas la moindre statuette en vue pour "Southland". Alors je me suis demandé : comment une telle injustice est-elle possible ? Comment est-ce possible que Regina King n'ait toujours pas été reconnue comme meilleure actrice de série dramatique (même pas une nomination !) ?

Je me suis donc renseigné, et je suis allé voir ce que pensent les critiques de presse américaines. Pour cela, direction le site MetaCritic.com. Le constat est édifiant : à mesure que le drama gagne en qualité, le nombre de critiques se réduit. D'une moyenne de 69/100 pour 22 critiques pour la saison 1, "Southland" est passé à une moyenne de 87/100 pour seulement 7 critiques intéressés lors de la saison 4. Pour comparaison, la saison 5 de "Mad Men" affiche une moyenne de 88/100 (24 critiques).

Pourquoi un tel désintérêt ? Pourquoi ce snobisme persistant avec ces flics hors-normes de Los Angeles ? "Southland" est très loin d'être une banale série policière, c'est un drama humain porté par des personnages convaincants. "Southland" a quand même recolté quelques récompenses, mais par des cérémonies secondaires. Regina King a ainsi reçu en 2011 et 2012 les prix de la meilleure actrice dans une série dramatique aux "Image Awards" qui récompensent la communauté Afro-Américaine.

southlandregina.png
Une série récompensée grâce à la couleur de peau.
Et à juste titre !

Alors oui, "Southland" a décroché une nomination à ces Emmy Awards 2012. Une nomination dans la catégorie "meilleure coordination de cascades". Titre qu'elle a d'ailleurs gagné aux Emmys 2011, la seule et unique fois où elle a été nominée dans cette cérémonie. Mais cette nomination est presque une insulte. En effet, dans cette catégorie, "Southland" se retrouve opposé - entre autre - à "Esprits Criminels", "Hawaii Five-O" et "NCIS Los Angeles". C'est donc à ça qu'en est réduit "Southland" ? Une vulgaire distinction face aux cascades, explosions et boum-boum à gogo des cop-shows sans saveur de CBS ? Alors qu'elle mériterait largement de concurrir dans la cours des grands face aux meilleurs dramas, la voilà reléguée dans un prix technique qui ne sera même pas décerné lors de la cérémonie télévisée.

Une honte.

Même Lucy Liu qui aura marqué cette saison 4 ne décroche pas la moindre nomination. C'était bien le peine de se faire tabasser.

Heureusement, dans cette affaire, il y a une bonne nouvelle : TNT. Malgré des audiences très décevantes, l'absence de nominations aux Emmy Awards ou aux Golden Globes, TNT continue de croire, de supporter la série et de nous offrir 10 épisodes par an. C'est certes peu, mais c'est intense de bout en bout. Pour quiconque n'aurait pas encore découvert "Southland", je vous conseille vivement de vous y mettre. En plus, il n'y a pas tant d'épisodes que ça à rattraper. 4 saisons certes, mais un total de 33 épisodes seulement. C'est l'été, la période idéale pour corriger ce retard.
Jeudi 19 juillet 2012 4 19 /07 /Juil /2012 17:22
- Publié dans : News - Ecrire un commentaire - Voir les 44 commentaires
Retour à l'accueil

Derniers Commentaires

Recherche

Loading

Syndication

  • Flux RSS des articles
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés