Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 décembre 2012 5 28 /12 /décembre /2012 09:00

dallas4.png

 

Pour les fêtes de fin d'année, AudiencesUSA.com vous propose une grande rétrospective en cinq parties sur "Dallas", la série culte diffusée par CBS entre 1978 et 1991. Alors que la franchise connaît une deuxième vie grâce à son retour sur TNT depuis l'été dernier, AudiencesUSA.comvous propose de vous replonger dans les coulisses du plus grand soap américain diffusé en prime time à la télévision américaine.

Des débuts très difficiles qui auraient pu stopper la machine après 4 épisodes au mythique cliffangher qui aurait pu ne jamais voir le jour, des caprices de Larry Hagman au départ de Patrick Duffy et son retour légendaire, de la naissance d'un phénomène de société à sa descente aux enfers, découvrez les dessous d'un succès planétaire.

 

Une rétrospective écrite par François, auteur du Classement Séries proposé tout au long de l'été sur AudiencesUSA.com.

 

 

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 1/5" <

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 2/5" <

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 3/5" <

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 4/5" <

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 5/5" <

 

RETROSPECTIVE DALLAS : PARTIE 3 / 5


J.R opéré au visage pour justifier le licenciement de Larry Hagman !

Nous sommes au début de la saison 4. Alors que la scène « Who Shot J.R. ?» tient en haleine le monde entier, la production de Dallas ne sait toujours pas si Larry Hagman reviendra dans la série. En attendant, Phil Capice met tout en place pour se débarrasser de l’acteur dont il ne supporte plus l’égo grandissant.

La production entame alors des négociations avec Robert Culp, également très populaire auprès du public américain, pour remplacer Hagman. Pour justifier le changement d’acteur, Capice réfléchit à un rebondissement dans lequel J.R. aurait à subir une lourde intervention chirurgicale suite au coup de feu. Il en ressortirait avec un nouveau visage ! Nous sommes dans un soap après tout.

Au même moment, Hagman n’est pas en Amérique mais en profite pour prendre des vacances. Il sait qu’il joue avec le feu. Des actrices comme Farrah Fawcett ou Suzanne Sommers, pourtant stars de leurs séries respectives, ont été virées sans ménagement après avoir opéré un tel chantage. Le tournage du premier épisode de la saison 4 commence ainsi sans Hagman qui sera joué par un figurant avec le visage complètement bandé.

 

Larry Hagman fait flancher CBS

Hagman décide alors de prendre les devants et annonce, lors d’un célèbre show britannique, qu’il pourrait quitter la série. Les fans montent au créneau et CBS réalise que le départ de Larry Hagman pourrait tuer sa poule aux œufs d’or. Ils finissent par abdiquer et accordent à l’acteur 75.000$ par épisode, un record pour un acteur de soap à l’époque. Duffy devra attendre plusieurs années avant de voir son salaire indexé à celui d’Hagman. Ironique quand on sait que le rôle de J.R. était, à l’origine, un second couteau.

Hagman négocie également une place de créatif au sein de la série et deviendra, à partir de ce moment-là, l’un des maillons forts de Dallas, à l’écran comme derrière la caméra. Sa relation avec le producteur Phil Capice ne se remettra jamais de cet épisode et ils passeront leur temps à se tirer dans les pattes. L’idée que Ray soit le fils illégitime de Jock était par exemple une idée de Larry Hagman. Mais Capice refusera toujours de lui accorder ce crédit.

Larry Hagman, salopard à l’écran, deviendra très vite le héros en coulisses. Linda Gray confiera plus tard que si un membre de l’équipe rencontrait un problème quelconque, il en parlait d’abord à Hagman. Lors de la saison 8, la production va ainsi prendre la décision de virer Linda Gray après que celle-ci se soit montrée trop insistante sur son souhait de réaliser un épisode. Non seulement, Hagman va empêcher que Gray soit virée, mais elle réalisera bien son épisode. C’est également grâce à Hagman que la production retirera toute présence de tabac à l’écran.

 

83 millions de téléspectateurs

Mais retour au bon déroulé de la série. Après avoir entretenu le buzz tout l’été, la saison 4 de Dallas démarre enfin le vendredi 7 novembre 1980 à 22h, après plus de 6 mois de suspens. Mais contrairement aux idées reçues, ce n’est pas le premier épisode de la saison 4 qui décrochera le record historique du programme le plus visionné Outre-Atlantique. Pas folle, CBS va demander aux scénaristes de conserver la révélation de l’identité du tueur pour l’épisode 4, qui correspond aux « sweeps » aux Etats-Unis, période pendant laquelle le prix des écrans publicitaires est calculé.

Et le pari sera gagnant. Le 21 novembre 1980, 83 millions de téléspectateurs américains seront branchés devant CBS à 22h pour obtenir enfin la réponse tant attendue. Cela représente plus d’un foyer sur deux possédant la télévision aux Etats-Unis pour une part d’audience ahurissante de 77%.

A l’international, ce sera 360 millions de fans qui retiendront leur souffle devant cet épisode où l’on découvrira le nom de la coupable : Kristin Shepard, maitresse et belle-sœur de J.R. L’épisode fera même l’ouverture des journaux télévisés. Dallas devient immédiatement n°1 aux USA et dans le monde, traduite dans 67 langues pour une diffusion dans 90 pays.

Quelques années plus tard, un sondage américain sera réalisé autour des événements les plus marquants de la décennie. Le cliffangher de Dallas se positionnera en première place, devant les élections américaines, la guerre en Irak ou les otages en Iran…

 

La série N°1 aux Etats-Unis

Sans surprise, Dallas devient donc la série N°1 aux Etats-Unis avec une moyenne tonitruante d’environ 50 millions de téléspectateurs sur la saison. Jamais aucune série dans l’histoire de la télévision américaine n’avait rassemblé une telle audience. En moyenne, ce sont plus d’un tiers des foyers américains possédant une télévision qui sont branchés chaque semaine devant les aventures des Ewing.

En 1980, la plus grosse série de la semaine est donc diffusé un vendredi soir. Et surtout, Dallas rassemble 10 millions de téléspectateurs de plus que la série N°2, à savoir Shérif fais-moi peur, toujours sur CBS. Une performance incroyable. A noter que Côte Ouest, diffusé le jeudi soir, est très – très – loin derrière avec près de 28 millions d’aficionados.

 

La mort de Jim Davis

Nous sommes toujours en 1980. Alors que Dallas est en phase de devenir un véritable phénomène de société, une nouvelle va soudainement glacer l’ambiance. Jim Davis, 64 ans, qui interprète le rôle de Jock, le patriarche Ewing, apprend qu’il est atteint d’une forme de cancer : la maladie de Kahler.

Le casting est abasourdi par la nouvelle, et en particulier Larry Hagman, très proche de l’acteur. Mais Jim Davis est combatif et va continuer à tourner dans la série autant qu’il le peut. Peu à peu, les scénaristes finiront par adapter son rôle en lui permettant d’être assis la plupart de ses scènes. Mais le cancer le rattrape très vite.

Dès la fin de la saison 4, Jim Davis n’est plus en mesure de jouer. Alors que les scénaristes avaient prévu, dans un premier temps, une longue intrigue de divorce avec Miss Ellie, ils sont contraints de faire machine arrière. Jock et Miss Ellie se réconcilient à la va-vite et partent fêter cela en lune de miel. Jim Davies ne le sait pas encore mais ce sera la dernière fois qu’il apparaîtra dans la série. Il décèdera ainsi le 26 avril 1981, à quelques jours de la diffusion du final de la saison 4.

La production est effondrée. Après mure réflexion, ils décident de conserver le personnage et de remplacer Jim Davis. Le temps de lui retrouver un digne successeur, Jock est supposé être en mission en Amérique du Sud. Mais la production ne parvient pas à trouver un acteur avec la trempe de Davis, le cœur trop lourd, peut-être. Au milieu de la saison 5, Jock est ainsi officiellement déclaré mort dans un accident d’avion.

 

Un leader challengé

Le succès de Dallas ne se dément pas. Après le niveau historique de la saison 4, elle conserve son statut de leader, malgré un changement de case. Au milieu de la saison 5, CBS va ainsi revoir ses vendredis soirs. La chaîne se débarrasse de « L’incroyable Hulk », diffusé en début de case et dont les performances ne sont pas à la hauteur des records enregistrés par les deux séries suivantes : Shérif fais-moi peur et Dallas. La première série est ainsi décalée à 20h tandis que Dallas va occuper la case de 21h. CBS en profite pour lancer le soap Falcon Crest à 22h.

L’opération est un succès. Avec plus de 42 millions de fans en moyenne, Dallas chute par rapport à la saison record (-13%, hors épisode record, soit une baisse de 6 millions de téléspectateurs environ) mais reste à un haut niveau et surtout N°1. A la suite, Falcon Crest réussit son entrée avec près de 32 millions de fidèles. C’est plus que la série qui deviendra bientôt la pire ennemie des Ewing : Dynasty sur ABC et ses 30 millions de téléspectateurs.

Pour la saison 6 de Dallas, CBS conserve son triptyque gagnant : Shérif Fais-moi Peur / Dallas / Falcon Crest.  Mais à 20h, Shérif Fais-moi Peur décroche et quitte le top 30 des séries les plus vues. Dallas résiste en perdant 11% de son audience à 38 millions de fans. Elle reste la série N°1 (60 minutes est passé légèrement devant). Mais la concurrence n’est plus loin derrière.

Car du côté de ABC, Dynasty explose. Plus irrévérencieuse, plus outrancière et plus soapesque que Dallas, la série ne semble plus s’arrêter d’engranger de nouveaux fidèles. Sur un an, elle progresse ainsi de 15% à plus de 34 millions de téléspectateurs. Falcon Crest (32 millions) et Côte Ouest (28 millions) suivent de près. 

L’écart va alors continuer de resserrer la saison suivante. ABC déplace Dynasty à 21h, lui permettant de gagner encore 3 millions de téléspectateurs supplémentaires à 37 millions. Dallas, elle, se ressaisit et progresse également à 39 millions. Mais l’écart n’a jamais été jamais serré. Le drame surviendra très vite, dès la saison suivante. Un choc audimatique qui sera accompagné d’un véritable capharnaüm en coulisses.

 

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 1/5" <

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 2/5" <

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 3/5" <

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 4/5" <

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 5/5" <

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Thomas 28/12/2012 21:29


Une rétrospective vraiment très agréable à lire bravo. C'est très intéressant pour les fans de séries comme moi, il devrait y en avoir plus souvent mais je me doute que ça doit représenter un
long travail d'écriture ! Merci en tout cas !

tommy 28/12/2012 20:45


Génial, cette fois c sur je vais me retaper la serie en entier !!!!!!!

Krakinet 28/12/2012 19:00


Waou, on en apprend des choses, un vrai régal cette rétro.


 


 

Nick 28/12/2012 16:24


"Jim Davis, 64 ans, qui interprète le rôle
de Jock, le patriarche Ewing, apprend qu’il est atteint d’une forme de cancer : la maladie de Kahler."


Davis est né en 1909 et est décédé à l'âge de 71 ans.

xavier 28/12/2012 14:26


C'est dommage que seules les 7 premières saisons de la série soit sorties ici puis vu l'âge de la série j'ai du mal à croire à une remasterisation :/


En tout cas merci beaucoup pour cette rétrospective j'adore 

Recherche

Loading