revolutionpilot0.png

Ce lundi soir, NBC lance la nouvelle série "Revolution". Le drama hérite de la case du lundi 22h, après "The Voice". Dès la semaine prochaine, ses concurrents seront "Castle" (ABC) et "Hawaii Five-O" (CBS). Pour espérer survivre, "Revolution" devra faire aussi bien que "Smash" diffusé dans ce même créneau entre février et mai dernier (autour de 6 millions de fidèles, et des taux de 2.0% au moins sur les 18-49 ans).

 

Ce nouveau drama se veut être le high-concept événement de l'automne, successeur de "Lost", dans la lignée de "FlashForward", "The Event" ou encore "Terra Nova". Et inutile d'y aller par quatre chemins : "Revolution" est en réalité un digne successeur de "FlashForward", "The Event" et "Terra Nova". Un concept de base original, mais une exécution complètement ratée et à côté de la plaque.

Notons toutefois une différence : si les pilots de "The Event" et "Terra Nova" pouvaient être captivants et laisser espérer une série qui puisse valoir le coup avant de finalement décevoir dès les épisodes suivants, "Revolution" nous ennuie dès les premières minutes du pilot. En réalité, dès la bande annonce de 4 minutes on s'ennuyait déjà. Alors sur 42 minutes...

NBC a mis en ligne ces derniers jours le pilot de "Revolution". Une initiative assez courante ces derniers temps. NBC l'avait d'ailleurs pratiqué avec "Smash" au début de l'année. La presse et le public peut donc s'emparer de l'épisode et faire naître un bouche à oreille pour le lancement de la série. Malheureusement, ce genre de pratique devrait être uniquement réservé aux séries qui possèdent au moins un pilot réussi afin d'engendrer un buzz positif, comme ce fut le cas de "Smash".

"Revolution" est un ratage complet. Revenons rapidement sur le pitch de la série, pour ceux qui ne connaîtraient pas encore.

revolution3.png

Juliet est de retour

What would you do without it all? In this epic adventure from J.J. Abrams' Bad Robot Productions and "Supernatural's" Eric Kripke, a family struggles to reunite in an American landscape where every single piece of technology - computers, planes, cars, phones, even lights - has mysteriously blacked out forever. A drama with sweeping scope and intimate focus, "Revolution" is also about family - both the family you're born into and the family you choose. This is a swashbuckling journey of hope and rebirth seen through the eyes of one strong-willed young woman, Charlie Matheson (Tracy Spiridakos, "Being Human"), and her brother Danny (Graham Rogers, "Memphis Beat"). When Danny is kidnapped by militia leaders for a darker purpose, Charlie must reconnect with her estranged uncle Miles (Billy Burke, "The Twilight Saga"), a former U.S. Marine living a reclusive life. Together, with a rogue band of survivors, they set out to rescue Danny, overthrow the militia and ultimately re-establish the United States of America. All the while, they explore the enduring mystery of why the power failed, and if - or how - it will ever return. - Source : NBC.com

Pour ceux qui ne comprendraient pas l'anglais : un famille tente de se retrouver dans une Amérique où toute forme de technologie utilisant de l'electricité a disparu mystérieusement pour toujours. "Revolution" est un drama familial, vu à travers les yeux d'une jeune famme, Charlie Matheson et son frère Danny. Lorsque ce dernier est kidnappé par la milice, Charlie doit retrouver son Oncle Miles, un ancien de la marine américaine. Ensemble et avec l'aide d'un groupe de survivants, ils vont tenter de sauver Danny, remettre en place les Etats-Unis d'Amérique et essayer de comprendre pourquoi l'éléctricité a disaparu et s'il est possible de la faire revenir un jour.

Ce pitch de départ donne déjà mal à la tête. Essayons de comprendre pourquoi la mayonnaise ne prend pas avec "Revolution", et plus généralement avec tous ces high-concept. Pour moi, la réponse est claire : le téléspectateur n'a pas du tout le temps de s'immerger dans l'univers de la série, de s'imprégner les personnages et les codes du concept. La volonté d'introduire tout le côté mystérieux, conspiration et mythologie dès les 40 premières minutes ne peut pas fonctionner quand on ne connaît pas l'univers de la série. On s'en fout complètement et tout n'apparaît que superficiel.

Le succès de "Lost" est du au fait que le pitch de base est très simple : suivre la vie des rescapés d'un crash d'avion sur une île déserte. Le pilot introduit simplement un monstre dans la forêt et une transmission radio qui émet depuis 16 ans. Point final. A l'exception de ces deux éléments très minces qui introduisent un petit côté mystérieux, la base de "Lost" c'est suivre la survie d'une poignée de survivants à un crash, et comment ils s'organisent pour constuire une nouvelle société.

revolution2.png

Le vrai Henry Gale

La base de "Revolution", si elle souhaitait vraiment copier le succès de "Lost", aurait du être ça : comment les Hommes s'organisent pour construire une nouvelle société suite à la disparition de toute forme d'énergie. Malheureusement, tout ce postulat est anéanti par l'idée, selon moi stupide, de faire un saut de 15 ans dans le futur.

Résultat, on se retrouve devant l'ajout d'une multitude d'intrigues supplémentaires pour donner un côté mystérieux à la chose comme la présence d'un camp ennemi ou le cliffangher complètement ridicule d'une cachette où l'on peut communiquer avec l'extérieur grâce à l'électricité... qui n'a pas finalement tant disparu que cela !

Cette scène finale ne sert d'ailleurs absolument à rien. On ne va probablement plus en parler – ou très peu – pendant plusieurs épisodes et surtout elle n’apporte rien de supplémentaire au suspens de la série. En effet, ce que suggère cette scène est déjà dit dans les premières minutes de l'épisode quand le père de famille affolé avertit tout le monde qu’ils vont bientôt couper toute forme d’électricité. Présence d’un complot, machination, etc… Tout est dit en ouverture, pas besoin de le répéter à la fin. Ce passage de l’ordinateur est vraiment le coup de massue achève un épisode ultra convenu qui se termine de manière très cliché. Rien que cette scène vous fait comprendre que la série va reposer sur ce pseudo mystère bidon qu’on évoquera de temps à autre, probablement à chaque fin d’épisode histoire d’entretenir un faux suspens, de créer un faux cliffangher artificiel, etc… Je vois déjà le passage où en dernière ligne sera marqué : “THEY ARE COMING”.

Ainsi, on voit clairement la tentative de dupliquer "Lost". Mais la grosse différence qui change tout, c'est que "Lost" a pris son temps pour installer tous ces éléments, on a appris à connaître les personnages et on se sent donc impliqués et investits quand des événements arrivent. C'est un peu comme si dès le pilot de "Lost", Benjamn Linus et ses amis "Les Autres" étaient venus voir nos rescapés à la plage pendant que Jack et Locke étaient descendus au fond de la trappe pour faire connaissance avec Desmond. Non, "Lost" a pris le temps d'installer progressivement tous ces éléments mythologiques et ne les pas introduits de manière bourrin en 42 minutes. Le téléspectateur est impliqué et avance au rythme des personnages.

revolutionacob.png

Jacob ?

D'ailleurs, qui est le nouveau vrai carton drama auprès des fameux 18-49 ans et les attire en masse ? "The Walking Dead" ! Je ne regarde pas la série, mais de ce que j'en entends, c'est une série très lente, qui prend le temps d'installer ses quelques élements d'intrigue et se consacre avant tout sur les relations entre les personnages. On ne noie pas le téléspectateur avec des intrigues à tout bout de champ. La série est partie d'un concept de base simple (un groupe de survivants tente de survivre après que la quasi-totalité de la population est était transformée en zombies) et n'a pas introduit une multitude d'éléments mythologiques dès le pilot. Les événements arrivent progressivement et sont introduits au fur et à mesure.

Ici, dans "Revolution", tout n'est que superficiel et on se fout à peu près royalement de tout ce qui se passe. Les scènes de combat nous laissent complètement indifférents et les moments clichés et ultra prévisibles entre la blonde qui rencontre un jeune homme qui va la sauver sont désolants. On évitera le parallèle plus qu'évident avec "Hunger Games".

Au final, "Revolution" n'apporte rien au genre et n'est qu'une énième tentative ratée de créer une série à mystères. Malheureusement, les leçons n'ont toujours pas été prises et les échecs successifs à chaque rentrée ne découragent pas les grands networks américains. Si "24" a su trouver un successeur digne de ce nom avec "Homeland", personne ne semble capable de reproduire l'engouement engendré par "Lost", qui reste quoi qu'on en dise, LA référence en la matière. Souvent imité, mais jamais égalé.

 

Lundi 17 septembre 2012 1 17 /09 /Sep /2012 17:30
- Publié dans : News - Ecrire un commentaire - Voir les 34 commentaires
Retour à l'accueil

Derniers Commentaires

Recherche

Loading

Syndication

  • Flux RSS des articles
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés