Pour la deuxième année consécutive, AudiencesUSA.com vous présente le Classement Série de la Saison 2011 / 2012. Ici, pas d'audience ou de taux sur les 18-49 ans pour dresser le TOP 45 de l'année. Mais un jugement critique, impitoyable et qui ne mettra pas forcément tout le monde d'accord. Les commentaires seront bien évidemment là pour exprimer votre approbation ou votre indignement face au classement proposé.

Cette année, le classement vous a été concocté par François et Tao du site www.Id-Series.com. Un TOP 45 qui sera déroulé jusqu'à début septembre.

On rappelle que ce classement série a pour objectif de proposer 45 critiques de séries diffusées au cours de la saison 2011 / 2012. Des critiques portant sur des séries qui ont marquées ou caractérisées l'année pour diverses raisons. Le TOP 45 est donc un ordonnancement des 45 séries qui seront reviewées pendant ces quelques semaines. Mais attention : si une série ne figure pas dans le classement, ça ne veut pas dire qu'elle est jugée pire que les 45 séries présentes. Bonne lecture !

PLACE 25 : GREY'S ANATOMY (saison 8)

greysanatomy.png

Avec le temps, Grey’s Anatomy est devenue une série pantoufle. Pas désagréable, pas la meilleure série non plus mais que l’on aime retrouver au fil des semaines. Et contrairement à d’autres séries, Grey’s ne s’est pas fanée et a su évoluer en étant finalement assez éloignée de ses origines, sans être tombée dans le n’importe quoi. Un peu à l’image du couple vedette. Meredith et Derek connaissent des périodes compliquées, mais ils font face ensemble. D’autant plus maintenant car ils forment une famille avec Zola et délivrent un certain message d’ouverture et de tolérance. Revenons si vous le voulez bien sur plusieurs points importants de la saison écoulée.

Hunt a souvent été le mal aimé du casting. Il n’est ni dreamy, ni steamy et on a rarement eu l’occasion de s’intéresser à son sex-appeal en le casant immédiatement avec Cristina dès son arrivée dans la série. Le passage du flambeau du chef a souvent été l’arlésienne de la série et la position du chef va très bien à Hunt. Il est même parfait dans le costume. Ça apporte une autre facette au personnage et à la fonction. Moins coulant que Richard, moins prétentieux que Derek, il est le juste milieu.

Son envie de fonder une famille contrebalance son apparente rudesse et mettre un homme (au lieu d’une femme) dans cette position était une idée géniale. Sa petite incartade, si elle est ennuyeuse, permet de se poser de bonnes questions sur l’adultère et ses conséquences sur le couple en démontrant que tout n’est pas noir ou blanc. Et que si la blessure est là, l’amour reste présent.

greysif2.png

L’un des grands événements de la saison fut l’épisode alternatif où la série s’est amusée à mélanger les couples et les caractères de chacun sans pour autant donner un but clair à l’exercice. Le passé nous a montré que c’était rarement de bons épisodes et Grey’s anatomy ne fait pas exception à la règle. On s’amuse dans un premier temps à découvrir les nouvelles situations, mais l’effet de surprise passé, on s’ennuie ferme le reste de l’épisode car il n’aura aucune conséquence sur la suite. On pourrait presque classer cet épisode comme un hors série en bonus d’un DVD.

Qui l’eut cru, Kepner est devenu l’un des personnages principaux de la fin de la saison. Ancienne d’Everwood, je garde une place spécial dans mon cœur de fan de série pour Sarah Drew et je suis assez content de l’évolution du personnage. Son couple avec Jackson était un passage naturel, limite obligé. La série nous préparait ça depuis longtemps et j’ai toujours senti ce petit béguin de la célibataire endurcie pour monsieur je montre mes abdos dans les vestiaires. On comprend aussi mieux la mise en avant d’April en regardant le final et la place qu’elle devrait occuper au moins au début de la nouvelle saison à venir.

Les cas médicaux, je ne veux pas trop en parler car peu m’ont marqués. Les patients sont devenus insignifiants. On entre dans la salle d’opération pour l’illusion d’être dans une série médicale mais la série n’a plus la force de ces débuts de ce point de vue là et  ressort ses vieilles recettes de tumeurs inopérables et un nouveau Denny Duquette. Comme si Alex n’avait pas déjà donné de ce côté là. Bien que l’histoire soit cette fois assez bien détournée, même si on sentait qu’on était à chaque moment à deux doigts de craquer.

greyfinale.png

J’en viens maintenant à l’épilogue de la saison. Après le ferry, la bombe, la fusillade, l’accident de voiture, la série n’a pas pu s’empêcher de dégoter une nouvelle tragédie « once in a life time » pour son final. Le tirage au sort dans la salle des scénaristes a désigné le crash aérien. La série n’avait pas besoin de cet accident d’avion pour conclure l’année, les enjeux étaient déjà assez importants pour ne pas avoir recours à ce stratagème bidon.

Aucune pitié pour les téléspectateurs sensibles de Grey’s Anatomy, la mort a une fois de plus frappé. L’agonie de Lexi aura été de courte durée et m’a néanmoins laissé froid. Les conséquences sont déjà un peu mieux traitées, chacun réagissant à sa manière suite à cette mort brutale. Quelle sera la position adoptée pour le retour de la série ? Cette question semble dénuée de sens car la situation reviendra bien vite à la normale, comme ce fut le cas pour les autres tragédies traversées par les membres du Seattle Murder hospital. Jusqu’à la prochaine fois, ils sont maudits, comme dirait Cristina. 

 

RENDEZ-VOUS CET APRES-MIDI A 14H POUR DECOUVRIR LA PLACE N°24.

 

RETROUVEZ TOUTES LES CRITIQUES PRECEDENTES EN CLIQUANT ICI.

 

Suivez AudiencesUSA.com sur Facebook

menu9facebook

Lundi 20 août 2012 1 20 /08 /Août /2012 09:00
- Publié dans : TOP SERIES 2011/2012 - Ecrire un commentaire - Voir les 10 commentaires
Retour à l'accueil

Derniers Commentaires

Recherche

Loading

Syndication

  • Flux RSS des articles
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés