Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 août 2012 4 16 /08 /août /2012 09:00

Pour la deuxième année consécutive, AudiencesUSA.com vous présente le Classement Série de la Saison 2011 / 2012. Ici, pas d'audience ou de taux sur les 18-49 ans pour dresser le TOP 45 de l'année. Mais un jugement critique, impitoyable et qui ne mettra pas forcément tout le monde d'accord. Les commentaires seront bien évidemment là pour exprimer votre approbation ou votre indignement face au classement proposé.

Cette année, le classement vous a été concocté par François et Tao du site www.Id-Series.com. Un TOP 45 qui sera déroulé du lundi au vendredi jusqu'à début septembre.

On rappelle que ce classement série a pour objectif de proposer 45 critiques de séries diffusées au cours de la saison 2011 / 2012. Des critiques portant sur des séries qui ont marquées ou caractérisées l'année pour diverses raisons. Le TOP 45 est donc un ordonnancement des 45 séries qui seront reviewées pendant ces quelques semaines. Mais attention : si une série ne figure pas dans le classement, ça ne veut pas dire qu'elle est jugée pire que les 45 séries présentes. Bonne lecture !

PLACE 28 : HELL ON WHEELS (saison 1)

hellonwheels.png

Le moins que l’on puisse dire est que Hell On Wheels a été fusillé à bout portant par la presse, dès son démarrage sur la chaîne câblée AMC (Mad Men, Breaking Bad, Walking Dead …). Pour rappel, elle conte les mésaventures d’un groupe d’itinérants, chargé de la construction de la première ligne transcontinentale américaine. Un pitch bien réjouissant me répondrez-vous avec ironie. Mais vous auriez tord.

On touche exactement à la raison pour laquelle la presse n’a pas aimé cette série. Les amateurs de masturbation intellectuelle s’attendaient sans doute à une série lente et élitiste, un Mad Men plus poussiéreux, un Deadwood auréolé de tirades interminables. Sauf que la série n’est rien de tout ça. C’est du pur entertainment, tout ce qu’il y a de plus anti-cérébral possible.  Est-ce un point positif ? Cela dépend des points des vue.

Toujours est-il que j’ai rarement vu une série historique aussi facile d’accès, aussi divertissante. A part peut-être Spartacus, si tant est que l’on puisse la qualifier de série historique. Le scénario de Hell on Wheels tient tout de même sur une feuille un peu plus épaisse que du papier cul à une couche.

Plus qu’une série historique, Hell on Wheels est en réalité un western d’action. Sa force est évidemment son univers, crade, boueux, parfois sordide.  La série respire le purin et la putain. On a vraiment l’impression d’avoir nous-mêmes posé notre tente dans ce camp de fortune. Ce sentiment est exacerbé par la réalisation et les décors naturels, sublimes, à l’image des autres séries d’AMC. Mais tout particulièrement, Hell on Wheels éblouit par la beauté de sa photographie, notamment les scènes d’extérieur.

hellonwheels2.png

La série développe plusieurs axes : la vengeance du brun ténébreux venu à Hell on Wheels retrouver les assassins de sa femme, les malversations de l’impitoyable homme d’affaires responsable de la construction du chemin de fer, les tortures perpétuées par son homme de main qui terrorise et extorque le village, la gentille révolte des esclaves noirs, les Indiens qui se rebellent contre les blancs, l’ignoble curé qui ne sait pas trop ce qu’il fout là et ainsi de suite.

De tels arcs scénaristiques auraient pu donner une série historiquement pointilleuse mais ce n’est pas la volonté des scénaristes. Au contraire, la série est un patchwork incroyablement brouillon, aux ressorts très simplistes mais assez jouissifs. Effectivement, niveau véracité historique, ne vous attendez-vous à devenir incollable sur le 19ème siècle.  La série raconte un peu n’importe quoi, ellipse ses intrigues quand ça l’arrange et manque de cohérence. Mais parvient, grâce à ce même côté over the top, à nous embarquer dans son improbable cour des miracles

Il y a notamment une scène hallucinante qui illustre le côté fantasque de la série où un blanc, un ancien esclave noir qui s’est rebellé et un Indien gentil partent tous trois mettre la tannée aux méchants Indiens. Non mais vous imaginez sérieusement cette scène au 19ème siècle ? Dans la même série, on a aussi la prostituée au grand cœur qui veut tout d’abord s’installer avec le fameux esclave noir auquel il ne manque plus que les Ray-Ban mais qui finalement choisit l’homme qui avait essayé de la pendre deux épisodes plus tôt.

hellonwheels3.png

C’est tout qui fait le charme de Hell On Wheels : la série est aussi sale et simple que ses thématiques. Et surtout, elle s’assume totalement pour ce qu’elle est : une série d’aventure réjouissante qui nous tient en haleine tout au long de la saison. Si j’osais la comparaison, je dirais presque c’est une version cambouis et testostéronée de La Petite Maison dans la Prairie.

Autre point positif : le casting de haute volée avec en tête l’impressionnant Colm Meaney, magistral en homme d’affaires tribun et cabotin. On regrette tout de même qu’il ne soit pas un vrai méchant et qu’il s’assouplisse au fil des épisodes. Quitte à nous faire un western pop-corn, on aurait presque souhaité qu’il soit plus manichéen. Et puis le déconcertant Christopher Heyerdahl dans le rôle du Suédois, le fameux homme de main sans pitié, dont la performance nous glace littéralement le sang.

En deux mots : Hell On Wheels est une véritable cours des miracles, qui respire le souffre et le whisky, aux intrigues aussi boueuses que ses décors, aux rebondissements aussi fantasques que son souci de vérité historique. Mais c’est pour ça que l’on aime. La série n’est rien d’autre qu’un délirant western d’époque, teintée de soap, d’humour et d’action. Un réjouissant bouillon de culture.

 

RENDEZ-VOUS CET APRES-MIDI A 14H POUR DECOUVRIR LA PLACE N°27.

 

RETROUVEZ TOUTES LES CRITIQUES PRECEDENTES EN CLIQUANT ICI.

 

Suivez AudiencesUSA.com sur Facebook

menu9facebook

Partager cet article

Published by François - dans TOP SERIES 2011-2012
commenter cet article

commentaires

pintade 18/08/2012 21:44


Je dois avouer que cette série a été une des  bonnes surprises de l'année dernière.


Très franchement, je n'y croyais pas du tout. Je n'aime pas trop les westerns et je me suis un peu emmerdée dans le pilote en me disant : pour un western, bof, ça casse pas trois pattes à un
canard. Et puis, j'ai donné sa chance à cette série et j'ai continué à la regarder. Et, j'ai bien accroché. Je crois que les acteurs y sont pour beaucoup. Les personnalités et les physiques sont
vraiment intéressants avec des histoires parfois un peu compliquées, mais ils restent vraiment attachants ou détestables.


L'avantage est que j'ai regardé les épisodes d'affilée donc la lenteur de la série ne m'a pas vraiment gênée. Et puis, la construction du chemin d'enfer d'est en ouest est une partie de
l'histoire des USA que je ne connais pas donc les scénaristes peuvent raconter des énorminités... Rien ne me choque.


Je regarderai donc tous les épisodes de la saison 2 d'affilée.

fafa95i 16/08/2012 15:05


Pour la seconde fois (avec POI) je ne suis pas d'accord avec ta critique François, je suis un fan absolue de western, j'ai du en voir une centaine au moins^^
Alors en ce début de saison Hell On Wheels était la série que j'attendais le plus, surtout que la série était diffusé sur AMC auteur de l'excellent
Breaking Bad.


J'ai été énormément déçu par cette série qui reprend dans son pitch un classique du western "la construction d'un chemin de fer", le pilot pose les bases donc je ne me suis pas inquieté plus que
sa, alors que j'ai trouvé les histoires bien somnifère et inintéressante mais bien compensé par des décors sublime et un excellent monologue de Durant en fin d'épisode.


J'ai commencé à m'inquiéter à partir du 3ème épisode et une bonne sieste en milieu d'épisode plus tard (cela ne m'arrive pas souvent malgré que je regarde les séries le soir :) et sa m'est arrivé
pour 2, 3 épisode de cette même série !!


Les intrigues développés sont d'une pauvresse jamais atteint pour un western, on a très peu d'info sur le fil rouge du meurtre de la femme de Cullen, Durant
celui qui aurait du être le grand méchant n'a pas l'envergure que l'ont pourrait en attendre. Les Cheyenne qui aurait pu remonté le niveau, nous ennui également avec cette
histoire de massacre, de survivante qu'il faut traqué qui possède les plan de construction de son mari, bref il n'y pas d'action même quand notre cher héros va secourir la belle demoiselle avec
une facilité déconcertante.


Les acteurs Anson Mount et Christopher Heyerdahl sont par ailleurs très bon, c'est un des seul points positifs de la série avec les décors mais j'ai arrêté mon
supplice (alors que François parle de pur divertissement^^) au bout de 6 épisodes.


En trois mots : Déception de l'année :D

steven 16/08/2012 14:53


@Tipi: oui c'est vrai que TWD est aussi très chiant pour moi ( j'ai arrêter à la fin de la saison 1) maisce sont les séries d'AMC en général avec lesquelles j'ai beaucoup de mal certains parlent
de séries cultes et de génis, moi je n'ai jamais accroché

FAB-S 16/08/2012 13:46


@seb J'ai lu quelque critique et comme le sujet ne m'intéresse pas je vais pas me mettre à la regarder, j'en regarde suffisamment comme sa .

TiPi 16/08/2012 13:32


Pour la scène Blanc, Noir, Indien, faut pas oublier que le blanc vient du Sud (même s'il a fait la guerre de Sessession plus par obligation morale (un homme défent son territoire) que par
conviction (pro esclavage)).


Le côté cour des miracle, bah, USA en cours de construction, pays d'imigration...


Enfin pour la lenteur et la chiantitude, HoW arrive pas à la cheville de The Walking Dead.
Perso, j'ai pas vu plus chian et trainer en longueur que TWD (même en dehors des moment tension/zombies toussa toussa).


Bref, Hell On Whells, j'aime bien, même si l'histoire de vengence passe au second plan.

Recherche

Loading