Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 août 2012 2 07 /08 /août /2012 09:00

Pour la deuxième année consécutive, AudiencesUSA.com vous présente le Classement Série de la Saison 2011 / 2012. Ici, pas d'audience ou de taux sur les 18-49 ans pour dresser le TOP 45 de l'année. Mais un jugement critique, impitoyable et qui ne mettra pas forcément tout le monde d'accord. Les commentaires seront bien évidemment là pour exprimer votre approbation ou votre indignement face au classement proposé.

Cette année, le classement vous a été concocté par François et Tao du site www.Id-Series.com. Un TOP 45 qui sera déroulé du lundi au vendredi jusqu'à début septembre.

On rappelle que ce classement série a pour objectif de proposer 45 critiques de séries diffusées au cours de la saison 2011 / 2012. Des critiques portant sur des séries qui ont marquées ou caractérisées l'année pour diverses raisons. Le TOP 45 est donc un ordonnancement des 45 séries qui seront reviewées pendant ces quelques semaines. Mais attention : si une série ne figure pas dans le classement, ça ne veut pas dire qu'elle est jugée pire que les 45 séries présentes. Bonne lecture !

PLACE 39 : PAN AM (saison 1)

panam.png

Pan Am fait parti de ces projets qui partaient d’un bon postulat de départ mais qui ont accouché d’une série médiocre.  L’idée était séduisante. Sous le prisme d’une compagnie aérienne mythique des années 60, Pan Am  projetait de dépeindre les tribulations d’une certaine élite, glamour et libérée, de cette époque regrettée. Le pari était de taille : surfer sur la tendance série d’époque (tendance qu’il faudra d’ailleurs m’expliquer car à part Mad Men et à la rigueur Boardwalk Empire, la tendance s’arrête à peu près là), tout en essayant d’étendre le bassin d’audience d’une chaîne câblée à une chaîne hertzienne. Manière polie pour dire faire une série d’époque sans que ce soit chiant comme un jour sans bière, et je ne vise évidemment pas Mad Men.

On sent donc qu’ABC a exigé aux créateurs de Pan Am de faire à peu près de l’inverse de Mad Men. Cette dernière étant finalement une série très sociétale, voire très « politique », séduisant ainsi le CSP +. Pas que la ménagère soit idiote … loin de là … mais pour mobiliser une audience plus transversale, ABC n’avait d’autres choix que de mixer à sa série d’époque des recettes plus consacrées. Si leurs cousins de Playboy Club sur NBC ont, eux, choisi de dégainer la carte du thriller, Pan Am, elle, est restée fidèle aux mœurs de sa chaîne, à savoir la comédie romantique.

Et là, évidemment, le bât blesse. Pas que Pan Am soit foncièrement une mauvaise série. Elle est simplement inutile et renferme une nauséabonde odeur de naphtaline, paradoxalement non pas à cause de l’époque qu’elle traite, mais bien à cause de ses intrigues déjà vues un milliard de fois. Après un pilote réjouissant, principalement porté par des décors et des costumes éblouissants, un casting fort sympathique et une mise en scène millimétrée, Pan Am dérive sans tarder vers la bluette insipide, dégoulinant de bons sentiments insupportables.  A côté, 27 Robes c’est L’exorciste.

panam2.png

Colette va-t-elle trouver l’amour ? Bridget va-t-elle révéler à Dean la vraie raison de sa mystérieuse disparition  (oui, en plus, ils ont tous des prénoms très cons, on se croirait dans une parodie canadienne de soap opera daytime) ? Autant de questionnements qui, il faut bien le dire, ont déchainé les passions comme vous pouvez vous en douter. 

Je pense que la stratégie d’ABC de faire de cette série une comédie romantique était bonne, d’autant qu’elle pouvait avoir ce côté comédie très haut de gamme, à la fois légère mais aussi dépaysante, voire décalée. Mais arriver à un tel degré de mièvrerie devrait être punissable pénalement. Les enjeux, aussi faibles soient-il, ne sont pas prenants, les intrigues restent clouées au sol. Le fait que les audiences aient été déclinantes de semaine en semaine n’est pas franchement étonnant. A aucun moment Pan Am ne crée l’envie, ne suscite l’émoi, ne provoque de suspens, fut-il même purement soapesque. C’est juste plat et creux.

Non seulement ce ton sirupeux rend la série emmerdante au possible, mais en plus, il vient carrément porter atteinte à sa crédibilité. Dans Desperate Housewives, on se fout que les intrigues ne soient pas réalistes, c’est de la pure fiction. A l’inverse, Pan Am a été vendue avec ce côté historique, romancée bien sur, mais historique quand même. Or, on n’y croit pas l’espace d’une seconde. Des anciennes hôtesses de Pan Am, elles-mêmes, ont reconnu que les pilotes de l’époque n’étaient pas tout droit sortis d’une campagne Abercrombie & Fitch comme on cherche à nous le faire croire, mais étaient plutôt des vieux loups de l’aviation. Dans la série, ils passent plus de temps à forniquer qu’à conduire leur engin, si j’ose m’exprimer ainsi.

panam3.png

La série devient carrément maladroite lorsqu’elle tente, tant bien que de mal, de redorer son blason historique. Dans l’épisode 3 se déroulant en Allemagne, on se sent carrément mal à l’aise quand Colette fait face à ses démons de l’enfance (elle résidait en France lors de la guerre 39-45) et se met à chanter un hymne allemand.

L’intention est louable, la scène aurait pu être réussie. Sauf que l’on est encore euthanasié par 30 minutes de romance Arlequin à la mord-moi-le-nœud juste avant ce fameux passage.  Cette scène, finalement assez grave, arrive ainsi comme un cheveu sur la soupe et provoque plus un sentiment de ridicule que d’émotion. C’est d’ailleurs ce genre d’intrigues qui prouve que, si elle avait été traitée autrement, Pan Am possédait un réel potentiel.

En deux mots : A l’inverse de Playboy Club qui, câble ou pas câble, était une série cheapouille et vulgaire, Pan Am avait les cartes en main pour devenir une belle série romanesque. Une sorte de léger Mad Men  à l’international, plus le miroir d’une époque que l’épopée d’un groupe de personnages. En lieu de cela, elle aura été un espèce de Vacances de l’amour d’époque avec quelques moyens et des tenues sexy. Vraiment, vraiment dommage.

 

RENDEZ-VOUS CET APRES-MIDI A 14H POUR DECOUVRIR LA PLACE N°38.


RETROUVEZ TOUTES LES CRITIQUES PRECEDENTES EN CLIQUANT ICI.


Suivez AudiencesUSA.com sur Facebook

menu9facebook

Partager cet article

Published by François - dans TOP SERIES 2011-2012
commenter cet article

commentaires

tao 07/08/2012 21:53


Roman Harlequin. C'est la bonne comparaison pour parler de Pan Am. Sur papier, la série avait pas mal d'atouts pour séduire. A l'écran c'est une autre paire de manches. J'ai tenu quelques
épisodes avant d'abandonner. Et pourtant j'avais envie de suivre la série, mais seul l'ennuie m'a submergé. Dommage car le pilot était très réussi, mais la série n'a jamais eu aucune profondeur.

FAB-S 07/08/2012 21:37


On peut dire que la série a un final sans vraiment en avoir un mais personnellement je pense que sa suffit pour un final.

seb1109 07/08/2012 14:08


FAB-S, toi qui a suivi la série, y a t il une sorte de fin ? Car en vue des audiences, j'ai arrêté au 5eme, par peur d'être déçu.


Moi, pour les 5 premiers, je dois avouer que j'ai aimé. Le chant de Colette m'a ému, sans que je me dises "ça arrive après des amourettes, et bla et bla et bla".


Avec Ringer et Once Upon a Time, ce fut mes 3 séries sur lesquelles je comptais le plus, avant qu'elles ne soient diffusé, juste sur le pitch ou les acteurs.

rhaydde 07/08/2012 13:38


J'ai adoré Pan Am, et j'ai pas honte de le dire ! 


Mais je suis quand même d'accord avec cette critique, le show est loin d'avoir exploité son potentiel, la faute à des intrigues romantiques insipides ...

xoxoGG 07/08/2012 13:23


J'ai l'impression d'avoir été la seule personne a tomber dans le panneau, j'ai adoré cette série du début a la fin, j'avou que c'était très nian nian comme show, mais c'était tout l'intéret, Pan
Am restera comme l'une de mes nouveautés préférée de l'année

Recherche

Loading