Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 septembre 2012 4 06 /09 /septembre /2012 09:00

Pour la deuxième année consécutive, AudiencesUSA.com vous présente le Classement Série de la Saison 2011 / 2012. Ici, pas d'audience ou de taux sur les 18-49 ans pour dresser le TOP 45 de l'année. Mais un jugement critique, impitoyable et qui ne mettra pas forcément tout le monde d'accord. Les commentaires seront bien évidemment là pour exprimer votre approbation ou votre indignement face au classement proposé.

Cette année, le classement vous a été concocté par François et Tao du site www.Id-Series.com. Un TOP 45 qui sera déroulé jusqu'à début septembre.

On rappelle que ce classement série a pour objectif de proposer 45 critiques de séries diffusées au cours de la saison 2011 / 2012. Des critiques portant sur des séries qui ont marquées ou caractérisées l'année pour diverses raisons. Le TOP 45 est donc un ordonnancement des 45 séries qui seront reviewées pendant ces quelques semaines. Mais attention : si une série ne figure pas dans le classement, ça ne veut pas dire qu'elle est jugée pire que les 45 séries présentes. Bonne lecture !

 PLACE 6 : AMERICAN HORROR STORY (saison 1)

americanhorrorstory-copie-1.png

On a pu lire qu’American Horror Story serait du Ryan Murphy qui serait déjà parti en couilles. Autrement dit du Nip/Tuck saison 3 pour les plus fins connaisseurs … Une affirmation complètement erronée. En effet, partir en couilles, selon le petit Larousse illustré, désigne l’acte de s’éloigner de manière saugrenue d’un pitch de départ. C’est effectivement bien le cas de Nip/Tuck et de son serial doigteur d’anus, j’en conviens sans peine. Mais ce n’est pas le cas d’American Horror Story qui a même plutôt suivi le chemin inverse.

Une famille totalement frappée (mari colérique, femme cocue, fille allumée) emménage dans une maison hantée, peuplée d’esprits pervers et psychopathes, et qui plus est entourée d’un voisinage complètement cinglé. Le pitch était tellement casse-gueule qu’il était presque évident que Ryan Murphy et Brad Falchuck allaient foirer leur série.  Et pourtant. C’est finalement avec le projet le plus insensé de leur carrière, n’imposant aucune limite à leur imaginaire malsain, que Murphy/Falchuck ont livré leur œuvre la plus aboutie. Ne faut-il pas combattre le mal par le mal ?

American Horror Story est une œuvre à part à bien des égards : dérangeante, bordélique, foutraque, brouillonne et souvent grossière. Mais dans l’esprit tordu de Ryan Murphy, ces mots résonnent comme des éloges. Horror Story dégage une atmosphère unique, portée par une réalisation déroutante à  la fois glauque et classieuse. La série provoque un malaise incroyable chez les téléspectateurs tant les personnages sont amoraux, malsains, torturés. Certaines scènes vous glacent littéralement le sang, à l’image de la fameuse dégustation de cervelle crue par Connie Britton.

americanhorrorstory2.png

Horror Story peut aussi compter sur un casting magistral, particulièrement l’envoutante Jessica Lange. La moindre de ses lignes est une pure délectation, une bouchée de caviar. Et puis, American Horror Story crée réellement la frayeur. On est bien loin des dernières expériences en matière de séries d’horreur, pour ainsi dire toutes totalement ratées. Récemment, on pense à The River, le Paranormal Activity du pauvre d’ABC (c’est dire le niveau …).

Il est également important de préciser que Horror Story est une anthologie. Autrement dit, chaque saison est indépendante. Le détail a son importance car il permet à la série de ne pas être construite comme une série traditionnelle. Les scénaristes n’ont ainsi pas le souci de se dire qu’en faisant avancer telle ou telle intrigue, ils pourraient porter atteinte à une hypothétique saison 2 (coucou The Walking Dead). La série n’hésite donc pas à repousser les limites de l’imaginaire, quitte à multiplier les rebondissements parfois un peu factices.

American Horror Story n’est pas une série telle que nous l’entendons habituellement. C’est un vrai spectacle, un gigantesque freak show. Un conte gothique et macabre, et en cela, une vraie histoire de maison hantée, presque à l’ancienne.

La série a un vrai souci de l’instant. Chaque épisode est ainsi considéré comme un évènement, poussant les intrigues à bout pour créer l’extraordinaire à chaque seconde. En une scène,  elle est prête à tuer un personnage, à renverser totalement ses intrigues si tant est que cette scène précise peut créer l’effroi, l’inouï et estomaquer le téléspectateur. Tant pis pour la suite, on verra l’épisode suivant. Et le plus sidérant, et qu’elle parvient toujours à retomber sur ses pattes.

americanhorrorstory3.png

En cela, certaines scènes sont peut-être arrivées trop vite comme la mort subite d’Adelaïde, personnage déroutant et très prometteur, participant au côté « femme à barbe » de la série ... Au final, American Horror Story remplit tout à fait sa fonction primaire de série horrifique. Par définition, le genre, plus qu’aucun autre genre, se doit justement d’être prêt à tout pour créer la terreur, la surprise, le twist à tout prix. Point de soucis de réalisme. Elle partage ainsi beaucoup de l’ADN d’un soap. On ne peut donc chercher des noises à Horror Story sur les problèmes de cohérence, elle n’est pas là pour ça.

D’autant plus que ce qu’il y a de plus incroyable, c’est que Murphy/Falchuck parviennent à faire émerger une vraie histoire de cet exercice de style. American Horror Story, c’est aussi une intrigue passionnante, un thriller haletant avec un début, un milieu et surtout une fin.

Dans un film d’horreur, il y a toujours un moment, généralement vers la 62ème minute, où tout bascule. On découvre qu’en fait le héros est le vrai tueur mais qu’il ne le savait pas. Dans une série, le but de la manœuvre est donc de distiller cet instant crucial en 13 épisodes. Y parvenir est une véritable prouesse. Et Horror Story l’a fait. Pas un épisode de remplissage. Petit à petit, la série parvient à nous donner toutes les clés pour appréhender LE fameux twist, sans non plus nous mâcher le travail.

americanhorrorstory4.png

En découpant à la manière d’un orfèvre le twist révélateur en mini révélations parsemées dans chaque épisode, Horror Story parvient à créer l’excitation et à maintenir la pression sur 13 épisodes. C’est un film d’horreur de 13 heures. Un exploit. Finalement, seul le final, plutôt convenu, fait office de remplissage et mainstreamise un peu l’intrigue. Inutile mais pas forcément gênant.

Conclusion : On attendait très fort la série au tournant, pensant assister à un freak show démentiel, pur délire égoïste du duo terrible Murphy / Falchuck. Et effectivement, on ne s’y était pas trompé. Sauf qu’on ne s’attendait pas à ce qu’en plus, ce foutoir soit maitrisé, à ce que les intrigues soient jubilatoires, le casting impeccable et la réalisation somptueuse. Assurément l’une des séries de l’année.

 

RENDEZ-VOUS DEMAIN A 9H POUR DECOUVRIR LA PLACE N°5.

 

RETROUVEZ TOUTES LES CRITIQUES PRECEDENTES EN CLIQUANT ICI.

 

Suivez AudiencesUSA.com sur Facebook

menu9facebook

Partager cet article

Published by François - dans TOP SERIES 2011-2012
commenter cet article

commentaires

boggart 08/09/2012 04:35


J'ai trouvé cette série juste formidable, on ressent des émotions à la fois jouissives, désireuses, dérengeantes, effrayantes parfois même si effectivement elle ne fait pas si peur que ça.


 


Mais c'est tellement bien ficellé pour ma part, évidemment il n'y a pas de logique à proprement parlé mais tout reste très cohérent ! Les acteurs sont fabuleux ! (mon dieu Jessica Lange !!!!!) et
chaque personnage est soigné, chaque scène travaillée.


 


C'est vraiment la nouveauté de cette année pour moi et je pense qu'elle saura se renouveler à la saison prochaine avec des personnages tout aussi angoissants. cette série apporte tellement de
questionnements et je pense qu'il faut prendre de la regarder et re regarder pour retrouver les magnifiques liens entre le début et la fin de la série.


 


Elle sort vraiment des paradigmes télévisuels actuels et ça fait du bien d'être un peu dérangé et d'être mis face à face directement avec une folie profonde et pourtant on se rapproche tellement
de la famille qu'on partage leurs sentiments.


 


Je suis peut être un peu dérangé, c'est ni à moi ni à vous de juger, mais c'est super appréciable et je ne me suis jamais ennuyé tellement les rebondissements étaient surprenants (de là à le
rapprocher d'un soap ?...)


 


Bref, du pur plaisir pour les yeux et si vous pénetrez vraiment l'univers pour tous vos autres sens.


 


 


J'attends super impatiemment la prochaine saison qui j'espère saura se renouveler vue toutes les horreurs auxquelles on a pu assister dans cette saison.


Assister à un viol inconscient, à une fille qui se pisse dessus de peur, à une mère qui mange de la cervelle, à une fille qui surprend son père avec une septagénère... La société actuelle est
tellement dingue qu'au final cette série l'illustre, seulement de la manière la plus cru qui soit et sans tabou ! 

cindy 07/09/2012 20:32


j'aurais également mit cette série dans mon TOP 10.
et pourtant je pense qu'elle a plus de défauts que de qualités,
parfois y a des séries comme ça... elles sont très loin d'être top mais on les aime quand même lol
j'ai commencée a regarder cette série pour connie britton que j'adore, mais je me suis vite rendu compte que son personnage ainsi que celui de son mari était, pour moi, sans intérêt...
j'ai détestée le perso de moira jeune, si j'avais pu je lui aurais mit une balle moi même lol.
comme ça a déjà été dit il n'y a pas grand chose d'effrayant, pas une fois je n'ai sursauté.
lorsque vivien mange de la cervelle ça ne m'a pas dérangée, la même scène dans grey's anatomy m'aurait dérangé oui, mais pas dans une série qui s'appel American horror story.
ce qui m'a vraiment "scotché" a mon écran c'est le perso de Tate, je le mettrais surement dans mon TOP 3 de mes personnages préféré de l'année.
j'ai également aimée sa relation avec violet, ça m'a envoutée... lol
le personnage de constance qui est lié d'une façon ou d'une autre a quasiment tous les autres était également passionnant a suivre.
enfin voilà.
juste une petite critique sur ta critique, je trouve que tu ne parles quasiment pas de l'histoire en elle même ou des personnages, j'ai trouvée ça bizarre, j'ai eu l'impression de relire 5 fois
le même paragraphe qui sur le fond  répété la même chose, mais bon, c'est juste mon ressenti.

thoas 07/09/2012 13:07


Une série sans cohérence, d'un ennui mortel mais un très bon casting. A vite oublier...

fafa95i 07/09/2012 00:20


@Eno  Tout à fait d'accord avec toi pour Steve Jobs


 


Plus sérieusement, j'ai personnellement eu un bon feeling avec cette série que ce soit au niveau du cast, du scénario et de la réalisation. Après je pense que certain attende des choses de cette
série qu'elle n'est pas. En effet ce n'est pas un film d'horreur ni une série horrifique, c'est un thriller qui est censé être angoissant et mettre mal à l'aise disit son créateur donc il ne faut
attendre de cette série qu'elle vous fasse peur, vous risquez d'être déçu.


Certes ce n'est pas original, ces histoires là on était vu et revu dans les films et séries de l'époque mais la façon dont c'est traité me plaît bien, on a l'impression que c'est une série crée
et filmé par un mec en hôpital psychiatrique. (sa tombe bien la saison 2 s'y déroule )


Mais sans revenir sur l'état mental de Ryan Murphy, qui doit être légèrement atteint, c'est justement ce qui fait le charme de cette série selon moi un peu bordélique, farfelu, foireuse parfois.
L'autre grande qualité de la série, c'est son format anthologie, et ça j'adore cela va permettre à Murphy de ne pas partir en live (il en a l'habitude) avec un début et une fin, de souvenir on
avait pas vu un tel format depuis ... longtemps .


 


En clair elle mérite amplement un top 10, selon moi la 2ème meilleur nouveauté de l'année après Homeland :)

tao 06/09/2012 21:51


Une oeuvre étrange et à part qui est pour moi l'une des grandes nouveautés. Ce n'est pas toujours bon, on ne comprend pas toujours (surtout au début), mais la série innove, surprend, intrigue et
distille un sentiment de malaise,  à l'image du personnage de Tate à la fois terrifiant et séduisant. Rarement le mal être adolescent avait été aussi palpable.

Recherche

Loading