Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 septembre 2013 6 21 /09 /septembre /2013 19:04

A l'approche de la rentrée, j'ai décidé de vous proposer mon classement des dramas que j'ai regardé au cours de la saison écoulée. Un classement 100% personnel qui n'a pas pour objectif de dire quelle est la meilleure série diffusée au cours des 12 derniers mois. Ce classement a pour objectif de vous présenter les séries que j'ai pu suivre au cours des 12 derniers mois et de donner envie à ceux qui n'en n'auraient pas vu de les suivre (ou pas). 

  Avant de poursuivre la lecture de cet article,

 je vous recommande de d'abord lire l'article de présentation de

"Mon Bilan Drama De La Saison",

 pour plus de détails sur la construction de ce classement. 

A lire ici <

A lire : le "Groupe 7" composé de "666 Park Avenue",

"Chicago Fire", "Revolution" et "Under The Dome" <

A lire : le "Groupe 6" composé de "American Horror Story",

"Arrow" et "The Following" <

> A lire : le "Groupe 5" composé de "Spartacus", "Strike Back" et "The Walking Dead" <

A lire : le "Groupe 4" composé de "Scandal", "Glee", "Fringe" et "May Day" <

> A lire : le "Groupe 3" composé de "Friday Night Lihts" et "Breaking Bad" <

 

Groupe 2 : Le meilleur de la saison 2012 / 2013

 

Les deux premiers groupes sont constitués des meilleures séries que j'ai vu cette année, et qui datent de la saison 2012 / 2013. Quels sont les 7 meilleurs dramas que j'ai vu au cours de ces derniers mois ? On débute avec le Groupe 2, composé de 3 séries, présentées sans ordre particulier.

 

"Homeland" (saison 2) - SPOILERS

homeland.png

Il y en a qui n'aimaient "Homeland" que lors des premiers épisodes de la saison 1, quand la série n'était qu'un jeu d'observation entre Claire Danes et Damian Lewis. Puis la série a évolué vers davantage d'action, d'avantage de rebondissements. Un virage à la "24" que certains n'ont pas apprécié. Je peux le comprendre. Personellement, cela ne m'a pas du tout dérangé. Depuis le début de la saison 1, j'espérais même que "Homeland" devienne le nouveau "24" sans la contrainte du temps réél et dans un univers un peu plus réaliste.

La saison 2 de "Homeland" démarre en fanfare. Alors que la série aurait pu prendre son temps et adopter un rythme lent, c'est tout l'inverse qui a été adopté par la production. Une excellente idée qui nous a totalement pris par surprise. Les premiers épisodes de la saison 2 sont d'une rare intensité qui arrive à son point culminant dans un 4ème épisode magistral qui redistribue complètement la série. "Homeland" a rapidement abattu sa carte maîtresse en faisant tomber Nicholas Brody.

La série enchaîne ensuite de nombreux rebondissements et, s'il faut bien lui trouver un défaut, va peut être trop vite. Alors que la série avançait plutôt lentement dans sa première saison, "Homeland" a franchi un cap pour sa saison 2 plus grandiose, plus spectaculaire. Le témoin de cette évolution est l'assassinat de Walden par Brody. Le plan A de Abu Nazir vient à peine d'échouer qu'en moins d'un épisode seulement le plan B avec ce meurtre au pace-maker est déjà en action et réalisé. Une erreur de parcours surement.

Quoi qu'il en soit, "Homeland" a su offrir ensuite un très beau final riche en surprise et avec de bonnes idées comme avoir su réutiliser l'enregistrement vidéo de Brody pour l'impliquer dans l'explosion meurtrière de la CIA. Bref, une saison 2 qui a su accélérer le rythme mais attention à ne pas continuer à faire de la surenchère trop rapidement sous peine d'être rapidement à court d'idées. Si "Homeland" doit durer huit ans comme "Dexter", il ne faudrait pas que ça devienne n'importe quoi. A moins d'évoluer et de sortir de cette opposition permanente entre Claire Danes et Damian Lewis.

 

"The Killing" (saison 3) - SPOILERS

killing

"The Killing" est une série qui aurait pu s'arrêter avec le final de la saison 2. L'intrigue du meurtre de Rosie Larsen était résolue et une belle conclusion était apportée à l'ensemble des personnages. Si nous avions la déception de ne pas poursuivre les aventures de Sarah Linden et Stephen Holder, nous avions la satisfaction d'une série bouclée et bien terminée.

Mais pour le plus grand bonheur des fans, un miracle est arrivé quelques mois plus tard : la série, annoncée dans un premier temps annulé, est finalement reconduite par un partenariat avec Netflix. Cette fois, pour bien vendre son projet et ne pas revivre les critiques entourant le final de la saison 1, la productrice Veena Sud met en confiance les dirigeants de AMC et le public : la saison 3 de "The Killing" racontera une histoire bouclée sur 12 épisodes avec un début, un milieu et une fin.

Aujourd'hui, j'attends juste que le technicien de AMC qui a interrompu la diffusion du dernier épisode dix minutes avant sa fin se dénonce et qu'il nous livre enfin le dernier acte de la série. Non parce que là, c'est quand même un peu du foutage de gueule de non ?

Tout avait pourtant si bien commencé. Nous étions content de retrouver nos deux détectives favoris. L'alchimie entre les deux personnages est très forte et tout ce qui a été construit entre eux pendant presque trois saisons trouve son point culminant quand Sarah Linden mange un plat de spaghetti chez Stephen Holder qui se dispute avec sa copine le soir de la Saint-Valentin. Une scène toute simple qui montre à quel point la série est forte.

A côté de cela, le feuilleton policier est rudement bien mené tout comme l'intrigue parallèle sur les derniers jours d'un condamné qui offre un épisode 10 brillant. A ce sujet, l'épisode 10 pourrait presqu'être vu comme un season finale : l'intrigue policière trouve une conclusion (avant le dernier twist) et l'intrigue de Peter Sarsgaard (le condamné) nous délivre son conclusion tragique. Cet épisode offre tellement une conclusion que pendant la semaine précédent le visionnage du final, j'avais la sensation d'avoir terminé la saison 3 de "The Killing" et que je ne voyais pas ce que la série allait pouvoir raconter pendant un final de 1h20. Je me disais que la série allait pouvoir prendre son temps de bien conclure les différents personnages. J'ai été bien naïf.

Car Mme Veena Sud, si elle nous avait promis une histoire bouclée sur 12 épisodes, elle s'était bien gardée de nous faire savoir qu'elle achèverait sa saison de manière aussi brutale, presque sur un cliffangher. Encore une fois, la production a tenté le coup de faire une fin brutale pour inciter la chaîne a commandé une saison supplémentaire. Après tout, quand AMC a annulé "The Killing" après la saison 2, les dirigeants ont du se dire qu'avec une intrigue bouclée et une conclusion satisfaisante, les fans ne devraient pas faire trop de bruit.

Alors Mme Veena Sud s'est dit, tient, pour qu'on ait notre saison 4, il faut créer une sorte de cliffangher, une scène finale qui mériterait une suite. Car oui, si l'intrigue du serial killer est bouclée, on ne peut pas quitter nos détectives après trois saisons de cette manière. Finalement, ce qui m'a le plus choqué, ce n'est pas que Sarah Linden abatte son ex, mais que l'écran noir qui a suivi n'était pas une simple coupure pub et qu'aucune autre image n'est jamais apparue derrière ! Je m'attendais à ce qu'il reste encore 5 à 10 minutes pour apporter une conclusion au destin de nos héros, mais non, rien. Comment peut-on conclure de cette manière ?

Dans une interview, j'ai lu que Mireille Enos pensait vraiment que lorsque AMC a annoncé la reprise de "The Killing" pour une saison 3 avec Netflix, ils allaient faire au moins deux saisons supplémentaires. Veena Sud et la production ont surement du s'imaginer la même chose. Quelle grave erreur de penser cela venant d'une chaîne qui vous a déjà annulé, vire les showrunners de ses séries comme bon lui semble et projette des spin-offs dans tous les sens.

"The Killing" n'a jamais été véritablement soutenu par AMC, je doute que Netflix soit intéressée par commander une saison 4 à elle toute seule et même qu'une deuxième résurrection soit encore possible. Quoi qu'il en soit, "The Killing" nous aura offert trois belles saisons, et même si on ressort un peu frustré de la saison 3 à cause de sa conclusion (un peu inexistante), on ne regrette pas qu'elle ait existée.

 

"Smash" (saison 2) - SPOILERS

smash.png

Depuis l'épisode pilote, j'ai toujours soutenu et adoré "Smash". Je n'ai jamais bien compris les réactions négatives qu'a subi la série musicale au cours de sa première saison. Résultat, des changements ont été annoncés entre les deux saisons, la créatrice virée. Mais au final, à part quelques personnages écartés, la saison 2 de "Smash" est (heureusement) restée fidèle à elle-même. Il n'y a pas eu de vrai révolution ou de changement dramatique de direction.

Cette saison 2 de "Smash" fut magnifique. Les petits nouveaux de "Hit List" apportent une vraie fraîcheur à la série et l'opposition avec "Bombshell" jusqu'au final de la série très bien amenée et intéressante à suivre. Petit point faible en début de saison avec l'intrigue forcée de Ivy dans sa nouvelle troupe qui était un peu là pour justifier sa présence à l'antenne. Mais ce n'est qu'un détail.

Les numéraux musicaux de "Smash" sont toujours très bons, la série est magnifique visuellement à tel point qu'on se croirait presque au théâtre par moment. Les idées créatives sont très bonnes et l'introduction des Tonys et de Gatsby pour le dernier tiers de la saison très bien traitée. Malheureusement, cette saison 2 de "Smash" aura connu un grosse erreur pour ma part que j'ai eu beaucoup de mal a digéré et qui m'a un peu gâché les derniers épisodes. La mort de Kyle.

Alors certes, c'est en soit un twist complètement inattendu car rien ne nous y prépare et cela arrive de manière brutale, mais "in my opinion", j'ai trouvé cela complètement stupide, ridcule et assez inapproprié. Je veux bien croire que cet aspect est du à une autre pièce dont s'est inspirée la série pour créér "Hit List" (son auteur est mort avant la première), mais non, ça n'avait rien à faire là. La saison 2 de "Smash" montait progressivement en puissance, et tout d'un coup, c'est brutalement arrêté par cet événement qui vient tout casser.

En dépit de cette grosse erreur de parcours, "Smash" nous a offert un beau final et je regrette beaucoup que la série s'est arrêtée si rapidement. Toutefois, on a pu s'y faire bien longtemps en avance car dès le début de la saison 2 on savait la série condamnée et on pouvait donc apprécier à juste titre chacun des épisodes. "Smash", c'est de grands moments musicaux, un ton très adulte, une réalisation très moderne et soignée, bref, pour ma part, une très belle réussite. Les meilleures choses sont souvent les plus courtes. 32 épisodes, c'est déjà pas mal.

 

Repost 0
14 septembre 2013 6 14 /09 /septembre /2013 12:30

A l'approche de la rentrée, j'ai décidé de vous proposer mon classement des dramas que j'ai regardé au cours de la saison écoulée. Un classement 100% personnel qui n'a pas pour objectif de dire quelle est la meilleure série diffusée au cours des 12 derniers mois. Ce classement a pour objectif de vous présenter les séries que j'ai pu suivre au cours des 12 derniers mois et de donner envie à ceux qui n'en n'auraient pas vu de les suivre (ou pas). 

  Avant de poursuivre la lecture de cet article,

 je vous recommande de d'abord lire l'article de présentation de

"Mon Bilan Drama De La Saison",

 pour plus de détails sur la construction de ce classement. 

A lire ici <

A lire : le "Groupe 7" composé de "666 Park Avenue",

"Chicago Fire", "Revolution" et "Under The Dome" <

A lire : le "Groupe 6" composé de "American Horror Story",

"Arrow" et "The Following" <

> A lire : le "Groupe 5" composé de "Spartacus", "Strike Back" et "The Walking Dead" <

> A lire : le "Groupe 4" composé de "Scandal", "Glee", "Fringe" et "May Day" <

 

GROUPE 3 : Les découvertes

 

Avant de dévoiler les deux derniers groupes composés exclusivement de séries diffusées au cours de la saison 2012 / 2013, découvrez mes deux grosses découvertes drama de la saison. Parfois, se tourner vers le passé pour découvrir des séries qu'on n'a pas eu le temps de suivre auparavant ou parce qu'elles ne nous inspiraient rien peut s'avérer être une bonne idée. Devant le dégradement des dramas proposés par les grands networks comme ABC, CBS, NBC et FOX, je me suis tourné à l'automne dernier vers des séries qui ont été plébiscitées par la critique et le public mais que je n'avais jamais vu pour diverses raisons. 

 

Note à l'attention de certains lecteurs : je considère "Friday Night Lights" et "Breaking Bad" bien meilleures à certaines séries qui seront présentes dans les "Groupe 2" puis "Groupe 1", mais comme les saisons vues ne datent pas de la saison actuelle, j'ai préféré faire la distinction et les séparer des séries qui seront présentes dans le "Groupe 2" et le "Groupe 1", qui seront toutes issues de la saison 2012 / 2013.

 

"Friday Night Lights" (saisons 1 à 3)

fridaynaightlights.png

"Friday Night Lights" est une série dont le point d'entrée peut en décourager certains : le football américain. Pour toute personne qui n'aime pas le football, suivre une série centrée sur la vie des joueurs d'une équipe de football américain dans un lycée d'une petite ville du Texas n'a rien d'un pitch attractif et attayant. Et pourtant, vous auriez bien tord.

L'épisode pilote en soit, avec son style de réalisation tout particulier, ne dissipera peut être pas vos craintes puisqu'il suit la préparation de nos différents protagonistes au match du vendredi soir tout au long de la semaine. Mais la conclusion tragique du pilote est le démarrage d'une série sensible, émouvante, juste et très réaliste. L'accident de Jason Street, présenté comme le personnage principal, et qui se retrouve désormais à vivre en fauteuil roulant est le marqueur que dans la petite ville de Dillon la vie est difficile, que rien n'est acquis, et qu'il faut se battre pour réussir. C'est l'anti "The O.C." et de sa jeunesse dorée qui coule une vie tranquille et paisible avec leurs problèmes de riche.

Dans "Friday Night Lights", l'émotion (et presque les larmes) sont au rendez-vous dès les premiers épisodes grâce à une justesse et une interprêtation magnifique des personnages de Jason et Lyla. Il n'y a pas eu besoin de plusieurs saisons pour qu'on s'attache aux personnages : dès les tous premiers épisodes, on est immergé au coeur de la ville de Dillon. Le football américain n'est qu'une toile de fond pour nous montrer comment ces jeunes veulent par tous les moyens essayer de s'en sortir.

"Friday Night Lights" nous plonge au coeur d'une vraie Amérique, celle du Texas. L'intégralité de la première saison est une pure merveille où l'émotion est présente à chaque épisode. Kyle Chandler et Connie Britton portent avec brio la série et forment un couple attachant comme rarement vu à la télévision.

La saison 2 connaîtra quelques égarements, sans doute causé par des demandes de NBC pour rendre la série plus accessible et accroître son audience. Mais la grève des scénaristes viendra interrompre cette saison après 15 épisodes et la série déménage ensuite sur DirecTV où elle peut revenir à ses fondamentaux. Avec la saison 3, on retrouve tout l'esprit de la saison 1 et surtout, "Friday Night Lights" maîtrise avec brio le départ naturel de ses personnages qui doivent quitter le lycée pour rejoindre l'Université. Ce moment souvent compliqué pour les teen-soap, "Friday Night Lights" le réussit haut la main et l'émotion est au rendez-vous.

Bref, "Friday Night Lights" dépeint avec réalisme le quotidien d'une petite ville du Texas qui vit pour le football américain au travers des exploits ou des défaites de son équipe local des Panthers de Dillon. La série montre comment ces jeunes veulent s'en sortir et avoir un avenir, que rien n'est gagné d'avance, qu'il faut se battre pour y parvenir. L'émotion est au rendez-vous tout au long de ces trois premières saisons, une émotion rarement ressenti dans les séries télévisées. De manière un peu grossière, "Friday Night Lights" c'est un peu le "Six Feet Under" du football américain. 

 

"Breaking Bad" (saisons 1 à 4)

breakingbad7.png

Je pense qu'il n'est plus nécessaire de présenter la série. Dans un tout autre domaine que "Friday Night Lights", "Breaking Bad" est également une série qui cherche à présenter son contenu de manière la plus réaliste et convaincante possible. On rappelle rapidement le pitch pour ceux qui ne l'auraient jamais vu : Walter White, professeur de chimie, découvre qu'il est atteind d'un cancer. Il s'associe alors avec un de ses anciens élèves, Jesse Pinkman, pour fabriquer et vendre la drogue la plus pure possible et laisser ainsi un héritage à sa famille.

"Breaking Bad" est une série qui vous captive dès l'épisode pilote et dont les épisodes s'enchaînent très facilement. En plus de sa réalisation soignée et réglée au millimètre, de ses plans au visuel léché, la série vous prend aux tripes grâce à ses nombreuses scènes qui peuvent durer une dizaine de minutes entre peu de personnages. Ces scènes sont la force de la série : elles vous immergent au coeur de la situation, comme si vous y étiez. Et on en ressort lessivé.

 Il a déjà été dit tellement de choses positives et justifiées sur la série par d'autres depuis quelques années qu'il est difficile d'écrire dessus. Sur ces 4 saisons, je vais néanmoins citer les deux petits reproches qui m'ont marqué.

Tout d'abord, le cliffangher de la saison 2 est certainement l'événement le plus inapproprié survenu dans "Breaking Bad". En dehors de l'effect de choc que procure la scène, son intérêt dans l'intrigue est quasi-nul. Ca n'apporte rien à la série et ça reste un événement très extérieur à l'intrigue général. J'ai vraiment l'impression que ça a été placé là pour faire un gros cliffangher, mais totalement inutile. Alors certes c'est un cliffangher préparé (puisqu'on nous le tease pendant toute la saison via les scènes d'ouverture), mais restrospectivement, ça n'a servi à rien ou très peu.

Deuxième petit reproche, surtout vrai durant la saison 4, c'est que le cancer de Walt paraît parfois oublié. On en oublie presque que Walter en est atteint. Ce pan du scénario est mis de côté (sans doute pour mieux ressortir dans l'ultime saison que je vais découvrir prochainement) et on suit l'histoire par moment comme si Walt était en bonne santé.

Mais toute bonne chose à une fin. En tout cas, la leçon que l'on peut tirer de "Breaking Bad", c'est que la reconversion de son casting est pour le moment absolument ratée entre le brillant Giancarlo Esposito ("Revolution") et l'excellent Dean Norris ("Under The Dome"). Si Gustavo Fring était un peu le Benjamin Linus de "Breaking Bad", tout le monde n'a pas la chance d'avoir bien rebondi comme le génial Michael Emerson ("Lost", "Person of Interest"). Concernant Bryan Cranston, après avoir excellé avec talent dans la comédie ("Malcolm") et le drama ("Breaking Bad") avec deux rôles opposés, il risque d'être difficile de trouver un nouveau rôle à la hauteur. Mais Walter White a su nous faire oublier Hal, alors rien n'est impossible...

 

Rendez-vous dans quelques jours pour découvrir le "Groupe 2" puis le "Groupe 1", composés exclusivement de séries diffusées lors de la saison 2012 / 2013...

Note à l'attention de certains lecteurs : je considère "Friday Night Lights" et "Breaking Bad" bien meilleures à certaines séries qui seront présentes dans les deux premiers groupes, mais comme les saisons vues ne datent pas de la saison actuelle, j'ai préféré faire la distinction et les séparer des séries qui seront présentes dans le "Groupe 2" et le "Groupe 1", qui seront toutes issues de la saison 2012 / 2013.

Repost 0
8 septembre 2013 7 08 /09 /septembre /2013 11:20

A l'approche de la rentrée, j'ai décidé de vous proposer mon classement des dramas que j'ai regardé au cours de la saison écoulée. Un classement 100% personnel qui n'a pas pour objectif de dire quelle est la meilleure série diffusée au cours des 12 derniers mois. Ce classement a pour objectif de vous présenter les séries que j'ai pu suivre au cours des 12 derniers mois et de donner envie à ceux qui n'en n'auraient pas vu de les suivre (ou pas). 

  Avant de poursuivre la lecture de cet article,

 je vous recommande de d'abord lire l'article de présentation de

"Mon Bilan Drama De La Saison",

 pour plus de détails sur la construction de ce classement. 

A lire ici <

A lire : le "Groupe 7" composé de "666 Park Avenue",

"Chicago Fire", "Revolution" et "Under The Dome" <

A lire : le "Groupe 6" composé de "American Horror Story",

"Arrow" et "The Following" <

> A lire : le "Groupe 5" composé de "Spartacus", "Strike Back" et "The Walking Dead" <

 

GROUPE 4 : De bonnes séries mais perfectibles

 

Ce nouveau Groupe est un groupe intermédiaire qui fait la transition avant mon véritable TOP. De bonnes séries plaisantes à suivre mais auxquelles il manque un petit quelque chose. Les quatre séries sont présentées sans ordre particulier.

 

"May Day"

mayday

"May Day" est une belle découverte anglaise. Composée de 5 épisodes, la série a été diffusée en mars dernier sur BBC One. "May Day" est un feuilleton anglais qui nous plonge dans une petite ville anglaise où une jeune adolescente disparaît lors de la célébration de la fête locale. Cette disparition est le point d'entrée pour suivre la vie de plusieurs familles impactées par cet événement.

 L'aspect policier est assez peu présent dans "May Day" tant la progression dans l'avancement de l'enquête est davantage vue et réalisée par les habitants eux-même. Bref, si vous ne savez pas quoi regarder avant le début de la rentrée télévisuelle américaine, "May Day" est un bon choix, et avec une intrigue bouclée sur 5 épisodes, ça ne vous demandera pas énormément de temps.

 

"Fringe" (saison 5)

fringe

"Fringe" nous aura offert une bien belle dernière année. Durant cette ultime saison de conclusion, la série s'est davantage refermée sur elle-même et s'est beaucoup recentrée sur le quatuor Olivia / Peter / Walter / Astrid. Les personnages, anciennement important, comme Broyles et Nina Sharp ont été peu vus. Un des points fort de la série, malgré ses évidentes restrictions budgétaires, reste son image et sa réalisation toujours superbe et efficace.

Je vais revenir rapidement sur la conclusion de la série. L'épisode qui nous plonge dans le monde des Observateurs 600 ans dans le futur était passionnant, et j'aurais vraiment aimé en voir plus. Mais à côté de cela, les deux ultimes épisodes qui ont suivi m'ont déçu. La conclusion apportée à "Fringe" est assez simpliste et un peu rapide j'ai envie de dire. Pour exemple, j'aurai aimé qu'on suive Walter partir à la rencontre des scientifiques en 2136. On se contente plus ou moins de nous dire que son plan a marché...

Retrospectivement, "Fringe" fut une belle aventure à suivre pendant cinq ans, mais la série n'a jamais réussi à me captiver de la même manière qu'ont pu le faire "24" et "Lost" auparavant ou "Person of Interest" actuellement. Il manquait toujoursun petit plus qui faisait que. En fait, le véritable problème, et c'est assez personnel, c'est que j'ai toujours du mal avec les histoires de voyage dans le temps et avec les univers parallèle. C'est toujours source d'incohérence. Quoi qu'il en soit, "Fringe" a pu se terminer dans de bonnes conditions sans une annulation brutale malgré ses audiences dérisoires, ce qui n'est pas donné à tout le monde.

 

"Glee" (saison 4)

glee-copie-1

"Glee" c'est un peu mon guilty pleasure. Une série difficile à arrêter. La série alterne les hauts et les bas. Mais cette année, la série s'est globalement améliorée par rapport à la saison 3. Et pour cause : l'intrigue New-Yorkaise avec Rachel et Kurt a donné un ton plus adulte à la série, lui offrant au passage de nouveaux décors et de nouveaux visuels, nous permettant de quitter le lycée en carton pâte. Le ballet avec Sarah Jessica Parler était sublime.

Mais à côté de cela, "Glee" conserve encore des travers. Le meilleur exemple est sans conteste l'épisode des coups de feu. Un épisode très décrié et que j'ai trouvé très mal placé. Je n'ai pas très bien compris son utilité et ce qu'il peut apporter à la série. Si son objectif était d'écarter de manière temporaire Sue, ils auraient pu trouver un autre moyen.

Pour ma part, cette saison 4 est peut être la meilleure après la saison 1. Si sa disparition est tragique, l'absence de Cory Monteith ne devrait pas être très préjudiciable à la série qui présente un casting assez large et diversifié. Une absence qui devrait bénéficier à Darren Criss et favoriser une évolution du personnage de Lea Michele, maintenant que les scénaristes vont devoir imaginer une nouvelle fin pour la série.

 

"Scandal" (saisons 1 et 2)

scandal.png

"Scandal" est une série que j'ai découverte un peu tardivement. Comme "The Walking Dead", c'est suite à son incroyable buzz et ses audiences en constante progression que j'ai décidé de m'intéresser à elle et de voir ce qu'il en retourne. "Scandal" est donc une série sur laquelle il faut dépasser le pilote. Le premier épisode ne m'avait pas du tout convaincu, assez banal. Mais la saison 1 étant composée de 7 épisodes seulement, je me suis accroché et j'ai tout englouti en un week-end. Cette première saison fut d'une efficacité redoutable et a monté crescendo pour culminer dans un final exceptionnel (précédé d'un épisode flashback ultra réussi).

C'est donc avec enthousiasme que quelques mois plus tard j'attaque la saison 2. Les choses démarrent bien : le season 2 premiere est une pure merveille (seul épisode de "Scandal" que j'ai vu deux fois). Malheureusement, la suite est plus discutable. En fait, j'ai un problème avec "Scandal". La série présente un plutôt bon casting, a une excellente intrigue, de nombreux rebondissements et des idées créatives intéressantes. Mais tout cela manque d'ambition dans la réalisation et la mise en scène. Je trouve tout cela très plat.

J'ai la sensation d'être devant une série où les scénaristes ont d'excellentes idées, mais la mise en image n'est ensuite pas assez ambitieuse et assez simpliste. Ce qui dessert la série et la puissance de son intrigue. Est-ce un manque de moyens ? Pour exemple, si sur certaines intrigues "Scandal" n'est pas loin de "24" (complots présidentiels, taupe, etc...), l'emballage n'est pas du tout à la hauteur du contenu. Ca manque de spectaculaire. Alors oui "Scandal" est plaisante à suivre pour ses nombreux retournements de situation, mais elle ne joue pas encore dans la cours des grands. Il lui manque encore quelque chose.

Afin d'éviter toute polémique, je n'évoquerais que très rapidement le fameux épisode "Seven Fifty-Two" que je n'ai personellement pas du tout apprécié. Mme Shonda est selon moi allée un peu trop loin en faisant de Huck un fils caché de Dexter et Jack Bauer. Mais bon, on va dire que c'est une petite erreur de parcours... La saison 2 s'achève par un joli cliffangher qui promet une saison 3 tout aussi hystérique.

Attention toutefois à cette volonté de toujours aller très vite et d'enchaîner les révélations sans se poser : la série pourrait rapidement griller toutes ses cartes et ne plus avoir grand chose d'intéressant à raconter ! On dessine toutefois une intrigue majeure dans les prochaines saisons avec la prochaine campagne présidentielle : est-ce que Mme Shonda va garder Fitz à la tête du pays ou oser changer de président (pour y mettre Mellie ?) ? Affaire à suivre...

 

Rendez-vous mercredi pour découvrir le Groupe 3.

Repost 0
5 septembre 2013 4 05 /09 /septembre /2013 19:15

A l'approche de la rentrée, j'ai décidé de vous proposer mon classement des dramas que j'ai regardé au cours de la saison écoulée. Un classement 100% personnel qui n'a pas pour objectif de dire quelle est la meilleure série diffusée au cours des 12 derniers mois. Ce classement a pour objectif de vous présenter les séries que j'ai pu suivre au cours des 12 derniers mois et de donner envie à ceux qui n'en n'auraient pas vu de les suivre (ou pas). 

  Avant de poursuivre la lecture de cet article,

 je vous recommande de d'abord lire l'article de présentation de

"Mon Bilan Drama De La Saison",

 pour plus de détails sur la construction de ce classement. 

A lire ici <

A lire : le "Groupe 7" composé de "666 Park Avenue",

"Chicago Fire", "Revolution" et "Under The Dome" <

> A lire : le "Groupe 6" composé de "American Horror Story",

"Arrow" et "The Following" <

 

GROUPE 5 : Ce sent bon la testostérone

 

Après avoir présenté les nouvelles séries abandonnées après quelques épisodes et celles qui sont sur la sellette, on démarre le déroulement des séries qui parviennent à me convaincre pour les suivre. Dans ce "Groupe 5", présentation des séries qui présentent un bon gros morceau d'action et où on ne se prend pas la tête une seule seconde. Trois séries qui permettent de laisser son cerveau de côté et d'apprécier ce qu'elles sont : du divertissement ! Les trois séries sont présentées sans ordre particulier.

 

"Spartacus Vengeance"

spartacus.png

Oui, je parle bien de la saison 2, diffusée début 2012 aux Etats-Unis, et que j'ai donc regardée avec beaucoup de retard. Cette deuxième saison, marquée par l'arrivée de Liam McIntyre, est de toute beauté. La série remplit parfaitement ses objectifs pour laquelle on la regarde : des scènes de sexe et de violence réalisées de manière stylisées et chorégraphiées. On ne va pas se le cacher et dire qu'on regarde "Spartacus" pour son récit historique. Mais plus pour son visuel appréciable.

Heureusement, "Spartacus" présente tout de même un minimum de scénario, plutôt bien ficelé et qu'on suit avec plaisir. Dans cette deuxième saison, on est très content que Lucy Lawless ait survécu au carnage du season 1 finale. Elle porte presque la série et chacune de ses apparitions vous garantit une scène intéressante. Inutile de dire que sa destinée tragique en fait un personnage qui manquera dans l'ultime saison. A ce sujet, je suis bien content que Starz ait décidé de ne pas étirer en longueur la franchise "Spartacus" et de tout conclure dans une troisième et dernière saison que je suivrais prochainement.

 

"Strike Back" ("Project Dawn")

strikeback.png

Avec "Strike Back : Project Dawn", je remonte encore plus loin dans le temps puisque cette saison fut diffusée en 2011 aux Etats-Unis. On représente rapidement la série, déjà évoquée sur ce site : à l'origine, "Strike Back" est une série anglaise (pour 6 épisodes) qui a ensuite été reprise par Cinemax aux Etats-Unis. Sur certains conseils, on peut débuter la série directement par la version américaine, sans voir la première saison anglaise. C'est ce que j'ai fait, et ça n'handicape nullement le visionnage.

Encore plus que "Spartacus", "Strike Back" est une bête série d'action où nos deux héros partent généralement dans chaque intrigue en mission de sauvetage. "Project Dawn" présente un fil rouge qui couvre l'ensemble de la saison et fait le lien entre les 10 épisodes. C'est une série 100% pop-corn qui permet de se détendre. Du Jack Bauer décomplexé. Son gros avantage est son tournage en décors rééls, majoritairement en Afrique du Sud.

Autre particularité de "Strike Back" : la série est construite sur des épisodes en deux parties. En fait, "Strike Back" ce n'est pas 10 épisodes, mais 5 épisodes de 1h30, puique chaque mission se déroule sur deux épisodes (début, milieu et conclusion. Voilà pourquoi, si vous décidez de suivre "Strike Back", je vous conseille de débuter directement par la saison 2 "Project Dawn", au rythme de deux inédits.

 

"The Walking Dead" (saisons 2 et 3)

wakingdead-copie-1.png

"The Walking Dead" est une série au parcours particulier dans mon agenda. A l'origine, j'avais regardé l'épisode pilote quelques mois après sa diffusion aux Etats-Unis, mais il ne m'avait pas du tout convaincu. Je l'avais trouvé guère intéressant, beaucoup de violence gratuite, et l'univers des zombies (comme celui des vampires) ne m'attirant pas du tout, je n'étais pas allé plus loin. 

De manière assez rare, je lui ai donné une deuxième chance. Suite aux audiences monstrueuses enregistrées par la saison 2 puis par le début de saison 3, ma curiosité s'est eveillée. Qu'est-ce qui peut bien captiver autant de téléspectateurs américains et affoler les compteurs audimatiques ? N'étant pas totalement fou quand même, et en écoutant ce qui s'est dit sur la qualité de la série, j'ai repris la série non pas à l'épisode 1.02, mais directement à l'épisode 2.08.

Je me suis donc enchaîné dans une session marathon les 6 épisodes de la deuxième partie de la saison 2. Et ce fut jouissif ! On se prend très vite au jeu, je n'ai pas l'impression d'avoir raté grand chose, en tout cas ce saut ne m'a pas empêché de comprendre et suivre ce qui se passe. Le final apocalyptique qui conclut le passage à la ferme est une grosse boucherie jubilatoire. Bref, j'étais conquis et je comprenais son succès : facile d'accès !

J'ai donc suivi la saison 3 sur ce même modèle, en visionnant les deux parties en deux sessions marathon. Un procédé qui semble parfaitement adapté à "The Walking Dead" puisqu'il permet de s'immerger complètement dans son univers et on n'a pas trop l'impression de faire du surplace. L'intrigue avance à son rythme mais comme on enchaîne les épisodes on ressent moins la longueur qu'il peut exister à suivre sur plusieurs semaines.

Bref, la saison 3 m'a beaucoup fait pensé à "Lost". L'introduction du Gouverneur et de Woodburry n'est pas sans rappeler l'introduction de Benjamin Linus et des Autres. Toutefois, le problème majeur (surtout dans la première moitié de saison) est qu'on ne comprend pas du tout les motivations du Gouverneur et pourquoi il veut tuer tout le monde à l'extérieur de sa ville. Un point très embêtant qui handicape un peu le visionnage : on ne comprend pas les enjeux. La deuxième partie de la saison 3 ne m'a pas beaucoup marqué et je n'ai guère plus de choses à dire dessus.

 

Rendez-vous dimanche pour découvrir le Groupe 4.

Repost 0
3 septembre 2013 2 03 /09 /septembre /2013 09:00

A l'approche de la rentrée, j'ai décidé de vous proposer mon classement des dramas que j'ai regardé au cours de la saison écoulée. Un classement 100% personnel qui n'a pas pour objectif de dire quelle est la meilleure série diffusée au cours des 12 derniers mois. Ce classement a pour objectif de vous présenter les séries que j'ai pu suivre au cours des 12 derniers mois et de donner envie à ceux qui n'en n'auraient pas vu de les suivre (ou pas). 

  Avant de poursuivre la lecture de cet article,

 je vous recommande de d'abord lire l'article de présentation de

"Mon Bilan Drama De La Saison",

 pour plus de détails sur la construction de ce classement. 

A lire ici <

> A lire : le "Groupe 7" composé de "666 Park Avenue",

"Chicago Fire", "Revolution" et "Under The Dome" <

 

GROUPE 6 : Les séries sur la sellette

Après avoir présenté les nouvelles séries que j'ai abandonnées au bout de quelques épisodes, je vous présente aujourd'hui le Groupe des séries que j'hésite à abandonner. Et oui, je n'ai aucun scrupule à arrêter une série qui ne me plaît plus, je ne m'obstine pas à continuer un drama qui devient décevant sur la longueur. Je préfère injecter de la nouveauté et découvrir d'anciennes excellentes séries que j'aurai manqué (séries qui feront l'objet d'un prochain groupe), plutôt que de conserver des boulets. Ainsi, parmi les séries historiques, je n'ai jamais vu les dernières saisons de "Heroes" et "Prison Break", et j'ai abandonné "Desperate Housewives" et "Grey's Anatomy" au niveau de leur saison 6. L'an dernier, c'est "Revenge" que j'ai arrêté au season 1 finale.

Place au Groupe 6, classé dans l'ordre de celle qui a la plus grande probabilité que je l'arrête très prochainement à celle qui a le plus de chance de survivre au moins une saison de plus.

 

"American Horror Story" (saison 2)

americanhorrorstory.png

La saison 2 de "American Horror Story" nous a globalement offert une saison dans la lignée de la première édition. Un excellent divertissement où tout le monde est un peu fou. La série est de bonne facture mais on n'éprouve guère un attachement particulier aux personnages. Sans doute à cause du fait qu'à chaque saison l'histoire est différente. Mon regret sur cette saison aura été que la piste des extra-terrestres n'ait pas été plus développée que cela.

Mais ce que j'ai envie de dire sur "American Horror Story", c'est pourquoi je suis sur le point d'arrêter la série. J'ai l'impression que la série raconte toujours la même histoire et qu'elle reste dans le même thème. La saison 1 était centrée sur une maison avec des événements mystiques, la saison 2 sur un asile avec des événements mystiques et pour la saison 3, j'ai la vague sensation qu'on nous re-sert vaguement la même chose sur une école spéciale hébergeant de jeunes filles. 

Quand il a été révélé que "American Horror Story" raconterait une histoire différente chaque saison, j'étais très emballé par la multitude d'histoires pouvant être racontées, la multitude de lieux et de personnages pouvant être explorés chaque année, etc. Je m'attendais vraiment à des choses complètement différentes chaque année. Mais au final, je suis très déçu. Chaque année, on est toujours dans la même thématique : des événements mystiques centrés sur un même lieu (une maison, un asile, une école spéciale). Bref, que peut nous apporter de plus la saison 3 ? La lecture de son synopsis ne m'inspire guère confiance tant j'ai l'impression d'y voir la même chose que la saison 2. Je m'ennui déjà.

Je trouve ainsi très regrettable que "American Horror Story" n'explore pas d'autre types d'histoires et reste toujours dans le même registre. Il y a pourtant moyen d'imaginer d'autres univers, d'autres histoires, d'autres lieux, d'autres moyens de raconter l'aventure. Si c'est pour nous reservir chaque année une version dérivée de ce qu'on a déjà vu, ce n'est pas la peine. A l'image de son casting, c'est on prend les même et on recommence. La série ne profite pas de son potentiel très avantageux de pouvoir se renouveler chaque année. Alors voilà, je regarderais peut être le début de saison 3 de "American Horror Story". Mais si je retrouve exactement la même ambiance que les deux premières saisons, j'arrêterais de suite.

 

"Arrow" (saison 1)

arrow.png

"Arrow" est la première série de toute l'histoire de la CW que je regarde. Jusqu'à cette saison, je n'avais jamais suivi la moindre série créée par la CW, pas même regardé un pilote. Il faut dire que je ne dois pas être dans la cible visée par la chaîne et que la multitude de teen-soap lancées ces dernières années n'a jamais éveillé le moindre intérêt chez moi.

Cette année, CW a décidé d'élargir son public avec des séries un peu plus adultes et un peu plus orientées pour le public masculin. Avec "Arrow", la chaîne a ainsi essayer de capter une partie du public de la franchise "The Dark Knight". Avec pour pitch un héros masqué sans super pouvoir agissant dans la ville de Starling City, le parallèle avec Batman est vite fait. La série est plutôt bien réussie, bénéficie d'un casting assez haut de gamme, et possède une réalisation sombre et efficace.

Bref, dès le pilote (et même la bande annonce), "Arrow" m'a convaincu. L'ensemble de la première saison fut très plaisante à suivre mais la série a présenté des faiblesses. En début de saison, la liste du méchant de la semaine n'était pas sans rappeler la liste de Emily Thorne dans "Revenge" l'an passé. Puis au fil des épisodes, une certaine lassitude s'installe et j'ai failli quitter le navire à 5/6 épisodes de la fin. J'ai finalement tenu jusqu'au bout avec un final qui a offert de belles surprises (la bombe) mais aussi des éléments grotesques (le missile).

Après 22 épisodes, je ne sais pas encore si je vais continuer l'aventure. Oui la série est légèrement plus adulte pour la CW, mais elle reste encore trop "jeune" pour moi. Peut être vais-je la conserver en tant que guilty pleasure pour combler quelques après-midi lors de longs week-end d'hiver...

 

"The Following" (saison 1) - ATTENTION SPOILERS

following.png

Ah, "The Following". Une belle histoire d'amour où tout a bien commencé mais qui a très mal fini. "The Following", à son démarrage, c'était avant tout l'histoire d'un Trio. Un Trio qui portait brillament la série et représentait le véritable concept de la série, à savoir la Secte de Tueurs en Séries. On assistait ainsi à la formation de Jacob pour qu'il réalise son premier meurtre. Le Trio était véritablement une intrigue très originale et assez osée pour un grand network. C'est eux qui donnaient envie de revenir chaque semaine. Car inutile de dire que lors des premiers épisodes, les meurtriers de la semaine que pourchassent Kevin Bacon ne sont pas des plus convaincant.

L'intrigue du Trio s'achève malheureusement beaucoup trop tôt. C'était mon inquiétude dès les premiers épisodes et ça c'est malheureusement concrétisé. Au bout de six épisodes, le Trio prend fin. Et l'intérêt de la série s'évacue en même temps. A la place, la série sort les grosses ficelles scénaristiques (des évasions évidentes et prévisibles, des "followers" infiltrés partout pour faciliter l'intrigue, des assassins qui s'enfuient facilement). "The Following" continue de se laisser regarder, mais on joue désormais dans le registre du rebondissement. Dans les deux derniers tiers de la saison, le Trio manque énormément et laisse place à une opposition constante et répétitive entre les personnages de Joe Caroll et Ryan Hardy.

Le producteur exécutif de la série a d'ailleurs déclaré dans une interview qu'avec du recul il aurait aimé davantage développer la relation entre Paul et Jacob et ne pas la terminer si rapidement. On ne peut que regretter qu'il ne s'en soit pas rendu compte plus tôt et qu'il est désormais trop tard pour faire machine arrière. C'est vraiment la grosse déception de la saison et quand j'y repense, j'aurais vraiment aimé en voir davantage sur Paul et Jacob. La série est vraiment passé à côté de quelque chose à se débarasser si vite de cette intrigue qui était le vrai moteur et le vrai intérêt de "The Following".

Alors quel avenir pour "The Following" ? J'ai peu d'espoir que la saison 2 retrouve un duo aussi charismatique que Paul et Jacob et l'orientation prise par les derniers épisodes ne donne guère d'optimisme. La série est devenue une banale chasse à l'homme avec ses rebondissements classiques, ses morts qu'on veut choquantes mais ratées (Debra) et ses cliffanghers ridicules (qui croit sérieusement à la mort de Joe ?). 

"The Following" ça aurait du être (au moins sur toute la saison 1) l'exploration de l'histoire du Trio et comment on devient un tueur en série avec en toile de fond Joe Caroll qui tire les ficelles depuis la prison. La saison aurait pu s'achever avec la disparition du Trio et l'évasion de Joe Caroll amenée de manière plus subtile par un plan bien ficelé et préparé sur plusieurs épisodes. Bref, "The Following" va devoir me reconquérir !

 

Rendez-vous jeudi pour la découverte du Groupe 5...

 

Repost 0
1 septembre 2013 7 01 /09 /septembre /2013 09:00

A l'approche de la rentrée, j'ai décidé de vous proposer mon classement des dramas que j'ai regardé au cours de la saison écoulée. Un classement 100% personnel qui n'a pas pour objectif de dire quelle est la meilleure série diffusée au cours des 12 derniers mois. Ce classement a pour objectif de vous présenter les séries que j'ai pu suivre au cours des 12 derniers mois et de donner envie à ceux qui n'en n'auraient pas vu de les suivre (ou pas). 

  Avant de poursuivre la lecture de cet article,

 je vous recommande de d'abord lire l'article de présentation de

"Mon Bilan Drama De La Saison",

 pour plus de détails sur la construction de ce classement. 

> A lire ici <

 

GROUPE 7 : Les nouveautés abandonnées

 

Pour démarrer ce classement, je vous présente le seul groupe où mon avis sera véritablement négatif puisqu'il s'agit des nouveautés de la saison 2012 / 2013 que j'ai testées mais que j'ai abandonnées après quelques épisodes seulement. 4 séries composent ce groupe, qui sont présentées suivant le nombre d'épisodes que j'ai vu avant abandon.

 

"666 Park Avenue", abandonnée après 1 épisode

666parkavenue.png

Je dois reconnaître que je ne sais même pas pourquoi j'ai regardé le pilote à la base. Contrairement à certains, je ne regarde pas tous les pilotes qui passent. SI je regarde quasiment toutes les bandes annonces des nouvelles séries, je suis ensuite très sélectif pour choisir celles que je vais suivre. A de rares exceptions près, je ne regarde un pilote que si la série présente un véritable intérêt (soit parce qu'elle vendue comme une nouvelle série événement, à l'instar des deux autres citées en-dessous, soit parce que son pitch me plaît et que la promo m'a convaincue).

"666 Park Avenue" ne répondait à aucun de ses deux critères. Surtout, avant son lancement, on sentait déjà que la série n'avait aucun avenir. Mais un moment d'égarement dans une après-midi vide m'a conduit à visionner ce pilote. Bien évidemment, aucun miracle n'a eu lieu. La série ne m'intéressait pas avant, et le pilote ne m'a pas fait changer d'avis. Bref, une série vite vue et vite oubliée.

 

"Chicago Fire", abandonnée après 2 épisodes

chicagofire.png

Contrairement à "666 Park Avenue", "Chicago Fire" faisait parti des nouveautés que j'attendais pour la saison 2012 / 2013. A la base, les séries procédurières ne me dérangent pas du moment qu'elles sont bonnes. "Chicago Fire" présentait un casting intéressant et de bonnes promos. Mais les deux premiers épisodes m'ont vite refroidis.

Sur le peu que j'ai vu, le série avait un point positif fort : les scènes d'action avec les interventions étaient très bien réussies, avec une belle mise en image et une belle réalisation. Malhreuseument, ces moments d'actions qui ponctuaient les épisodes n'étaient là que pour pas endormir le téléspectateur et le réveiller. Car entre chaque intervention, c'était plutôt le vide sidéral. Des amourettes sans grand intérêt, des discussions assez banales, bref, on regarde sa montre et on n'a qu'une hâte c'est d'entendre la sirène retentir pour voir enfin un peu d'action.

Ma patience étant très limitée, j'avais jeté l'éponge après deux épisodes, me disant que j'y reviendrais peut être plus tard dans la saison. L'occasion de reprendre ne s'est jamais présentée. Toutefois, je suis content que la série ait trouvé un public sur NBC et soit un beau succès pour elle. "Chicago Fire" n'est fondamentalement pas mauvaise, c'est juste qu'elle est un peu creuse. Peut être la série s'est-elle améliorée par la suite, et je lui souhaite, mais dans mon planning série elle ne présente que peu d'intérêt.

 

"Revolution", abandonnée après 3 épisodes

revolution-copie-1.png

Chaque année, on a droit à la série blockbuster de la rentrée. Celle qui vous offre une bande annonce à couper le souffre, un pilote qui coûte très cher, un pitch de départ sensationnel et vous promet de vous en mettre plein la vue. Nous avons ainsi vu se succéder "FlashForward" en 2009, "The Event" en 2011, "Terra Nova" en 2011 et à l'automne dernier, c'est "Revolution" qui a occupé ce créneau. Inutile de dire qu'après toutes ces déceptions (aussi bien en terme qualitatif que audimatique), mon scepticisme est désormais de rigueur et que je ne crois plus à ces nouvelles séries événement.

"Revolution" n'a pas échappé à la règle, à une différence près : la série était catastrophique dès son épisode pilote ! Si "FlashForward", "The Event" et "Terra Nova" se sont révélées décevantes après quelques épisodes, elles avaient au moins l'avantage de présenter un épisode pilote assez captivant et limite prometteur (surtout pour "Terra Nova"). Dans "Revolution", tout sonne faux dès le départ et on s'ennuie dès les premières minutes du pilote. Si l'idée de base était originale, son exécution est complètement ratée et à côté de la plaque.

J'ai tenu trois épisodes avant de jeter l'éponge. Vous pouvez retrouver une critique plus détaillée écrite par moi-même de l'épisode pilote dans cette chronique publiée en septembre dernier. Où j'explique pourquoi "Revolution" a tout faux dès le départ dans sa tentative d'être un nouveau "Lost".

 

"Under The Dome", abandonnée après 8 épisodes

underthedome.png

"Under The Dome" est une série qui partait sur de bonnes bases : une saison réduite de 13 épisodes, la série a pour support un livre de Stephen King, l'épisode pilote était plutôt prometteur et sympathique pour une série d'été. Comme je l'écrivais dans ma review détaillée du premier épisode, "Under The Dome" est une série "qui ne semble pas vouloir se la pêter (cf le terrible naufrage scénaristique de "Terra Nova") et sur laquelle on n'a pas encore envie de taper dessus comme "Revoution" qui dès le pilote pouvait nous énervait au plus haut point." Bref, j'étais plutôt enthousiaste à suivre cette aventure estivale.

Mais dès l'épisode 2, les premiers doutes s'installent. Le casting se révèle vite insupportable avec Barbie et Junior en tête, qui occupent un temps d'antenne non négligeable. Le scénario devient vite soporifique, l'ennuie grimpe, mais contrairement à d'habitude, je résiste : l'audience impressionnante qui se maintient au fil des semaines et le fait qu'il n'y ait que 13 épisodes me font tenir.

Après 8 épisodes, la découverte de l'oeuf m'a achevé. Au moins, "Lost" a attendu six saisons avant de nous présenter son centre et sa rivière magique qui brille. "Under The Dome" est incroyablement ridicule, on ne s'attache à aucun personnage. La preuve est que quand un personnage principal disparaît, on ne ressent aucune émotion et on regarde toujours ça d'un oeil distant. Les "aventures" de Chester's Mill ne font que nous rappeler celles tout aussi passionnantes de "Jericho". 

On peut tout de même féliciter "Under The Dome" pour une chose : la série est la preuve qu'on peut rassembler un très large public, même en plein été sur les grands networks. On peut regretter que cela soit avec une série aussi mauvaise, mais au moins, elle a le mérite d'inciter les grands networks à proposer davantage de nouveautés et de séries inédites pendant cette période de l'année. On ne peut donc souhaiter qu'une chose, c'est que les séries de l'été 2014 soient réussies !

 

Rendez-vous mardi pour découvrir les 4 séries composant le "Groupe 6".

Repost 0
30 août 2013 5 30 /08 /août /2013 20:10

madmen.png

Prétendante au Groupe 1, la saison 6 de "Mad Men" hérite pourtant du Groupe 8.

A l'approche de la rentrée, j'ai décidé de vous proposer la semaine prochaine mon classement des dramas que j'ai regardé au cours de la saison écoulée. Un classement 100% personnel qui n'a pas pour objectif de dire quelle est la meilleure série diffusée au cours des 12 derniers mois.

Tout d'abord, parce qu'il m'est impossible de dire cela et que je suis très loin d'avoir pu tout regarder. Un très grand nombre de séries que j'aurais aimé suivre cette année (comme "Top Of The Lake" ou "Rectify") n'ont pu l'être par manque de temps car je n'ai pas la prétention de pouvoir tout suivre, que je dois faire des choix, et parce que je ne suis pas du genre à regarder 5 à 6 séries par jour.

Pour les curieux, ma consommation personnelle de séries c'est 3 à 4 "prime time" par semaine avec généralement deux épisodes, soit de la même série ou de deux séries différentes. Je ne regarde quasiment jamais de séries en journée et je pratique de manière très occasionnelle le "binge watching" pour certaines séries. Je suis donc très sélectif dans les séries que je regarde et je n'ai pas de temps à perdre avec celles qui ne me plaisent pas.

Ce classement a pour objectif de vous présenter les séries que j'ai pu suivre au cours des 12 derniers mois et de donner envie à ceux qui n'en n'auraient pas vu de les suivre (ou pas). Si vous me suivez régulièrement sur Twitter (c'est par là), il ne devrait pas y avoir de grandes surprises dans le classement que je vais dérouler tant j'ai déjà fait l'éloge de plusieurs d'entre elles sur le réseau social, ou même ici par le biais de certains articles.

southland5.png

Que dire de plus ?

 

Ce classement sera donc composé de 25 dramas (je n'incluerais pas les comédies) que j'ai divisé en sept groupes. 7 groupes qui seront déroulés à partir de dimanche sur ce blog même. Pour commencer, je vais vous dévoiler rapidement le "Groupe 8", qui correspond aux séries que je suis mais qui ne seront pas incluses dans le classement. Tout simplement parce que je n'ai pas encore eu le temps de voir la dernière saison proposée.

Le "Groupe 8" est donc composé de la saison 6 de "Mad Men" (non vue), la saison 5 de "Southland" (à peine trois épisodes vus) et la saison 3 de "Falling Skies" (non vue). Trois séries qui ne seront pas incluses dans le haut du classement. Toutefois, si j'avais eu le temps de les voir, je peux déjà vous dire avec certitude que "Mad Men" et "Southland" se seraient retrouvées dans le "Groupe 1" ou le "Groupe 2", et que "Falling Skies" aurait terminé dans le "Groupe 6".

Sur ces bases, je vous donne rendez-vous dimanche pour le début de ce classement personnel et thématique avec le "Groupe 7", qui sera composé de 4 séries.

Repost 0

Recherche

Loading