Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 septembre 2013 7 22 /09 /septembre /2013 18:13

abcnewlogo

Alors que la saison 2013 / 2014 débute demain, je vous propose découvrir ou redécouvrir cette rétrospective publiée pour la première fois en 2010 sur AudiencesUSA.com. Cette rétrospective revient sur la première semaine de la rentrée de ABC lors de la saison 2004 / 2005. Une semaine marquée par la diffusion de l'épisode pilote de "Lost", le 22 septembre 2004, il y a exactement neuf ans jour pour jour. Mais la saison 2004 / 2005, c'est aussi la saison de la résurrection pour ABC qui avait su lancer 6 nouveaux méga-hits en l'espace d'un an seulement !


Retour en 2004 avec les audiences quotidiennes de ABC

pour la première de la rentrée, du 20 au 26 septembre 2004.

 

Le lundi, ABC vit toujours une bonne soirée entre 21h et 23h avec la retransmission hebdomadaire du "Monday Night Football" [18.81 millions]. Le souci est à 20h où le network continue de peiner avant le match. Après avoir essayer divers reality show ou newsmagazine les saisons précédentes, ABC tente une série familiale avec "The Benefactor". Avec des scores compris entre 3.8 et 5.5 millions de téléspectateurs, la série est supprimée après 6 épisodes.

 

Le mardi, la situation est stable avec le carré sitcom composé de "Ma famille d'abord" [9.35 millions], "George Lopez" [8.4 millions le 28 septembre], "According To Jim" [10.60 millions] et la petite nouvelle "Rodney" [9.92 millions]. En fin de saison, ABC décidera d'annuler "Ma famille d'Abord" dont les derniers épisodes ont souffert face à "American Idol" (moins de 6 millions de fidèles). "Rodney" connaîtra une saison 2A 22h, le légendaire "NYPD Blue" débute sa 12ème et dernière saison avec 9.68 millions de téléspectateurs. Les scores de cette ultime saison demeureront correct avec toujours plus de 10 millions de fidèles au coeur de l'hiver, et un series finale pointant à 16.1 millions le 1er mars 2005.

 

lost.png

 

Et le mercredi 22 septembre 2004, c'est là que tout bascule et que ABC entre dans une nouvelle phase de son histoire avec le crash du vol Oceanic 815. Programmé à 20h, le pilot de "Lost" (diffusé sur 2 semaines) casse la baraque avec 18.65 millions de téléspectateurs et un taux de 6.8% sur les 18-49 ans. Il s'agit pour ABC de la meilleure audience d'un pilot depuis celui de "Murder One" en 1995.

Les critiques sont emballées et le public aussi. En janvier, "Lost" atteind une audience record de 21.69 millions de téléspectateurs, et quelques jours plus tard, "Lost" devient la première nouveauté à véritablement résister et cartonner face à "American Idol" avec 19.69 millions de fans face aux 26 millions de branchés sur le concours musical de la FOX.

Mais le véritable exploit de ABC sera non pas d'avoir réussi à installer un nouveau drama à succès, mais deux ! En effet, une dizaine de jours plus tard, le dimanche 3 octobre exactement, une autre série tout aussi novatrice à l'époque fait son apparition : "Desperate Housewives". Vous connaissez l'histoire : le succès est fulgurant avec 21.6 millions de téléspectateurs pour le pilot, 27.2 millions d'accros pour le meurtre de Martha Huber en novembre, et fin mai, ils seront 30.6 millions à être captivé par les révélations de Mary Alice. Une époque bien révolue.

 

desperate.png

 

Pour la petite histoire, il faut savoir qu'à l'origine "Desperate Housewives" n'était censée garder la case du dimanche 21h qu'à l'automne. En effet, lors des up-fronts en 2004, ABC avait fait une annonce suprise qui avait choquée tous les fans : la saison 4 de "Alias" ne sera diffusée qu'à partir de janvier pour assurer une diffusion continue des épisodes sans rediffusions. Sydney Bristow devait donc reprendre sa case historique du dimanche 21h en janvier.

Mais face au carton des ménagères désespérées, ABC a du ajuster son planning. Pour une fois, elle n'a pas trop fait n'importe quoi puisqu'elle a déplacé "Alias" dans une case correcte : le mercredi 21h après son nouveau hit "Lost", formant ainsi un duo J.J. Abrams. Malheureusement, ABC a jugé bon d'imposer aux producteurs de "Alias" de faire des épisodes indépendants.

Quoi qu'il en soit, la stratégie s'avèrera quelque peu payante puisque le 2-hour season 4 premiereenregistrera la meilleure audience historique (hors épisode post-Superbowl) avec 15.76 millions de présents. Malgré des épisodes proposés dans le désordre et une diffusion face à "American Idol", "Alias" parviendra à décrocher une ultime saison 5.

 

Mais revenons à la semaine de rentrée.

 

Après des premiers épisodes prometteurs au printemps 2004, ABC décide d'intégrer à sa grille automnale le nouveau show "Extreme Makeover Home Edition". Contrairement à l'édition originale qui relookait des gens, la version maison est un immense carton. Programmée le dimanche à 20h, "EMHE" réunira régulièrement entre 15 et 20 millions de téléspectateurs.

 A 22h, toujours le dimanche, à la suite du pilot de "Desperate Housewives", ABC lance une nouvelle série : "Boston Legal" qui n'est autre que le spin-off de "The Practice". Le drama judiciaire conserve la case de son prédécesseur et fait ses débuts devant 13.1 millions d'américains. Crane, Poole & Schmidt fidéliseront entre 12 et 14 millions de fidèles jusqu'au mois de mars.

 

boston.png

 

"Boston Legal" affiche une rétention modeste par rapport au lead-in qu'est "Desperate Housewives". Et l'arrivée surprise de "Grey's Anatomy" en mars 2005 va le prouver. Au lieu de proposer des rediffusions de "Boston Legal", ABC décide de programmer - encore temporairement à l'origine - une nouvelle série médicale le dimanche 22h à partir du 27 mars. Cette série, pré-citée, est un nouveau carton pour ABC avec 16.2 millions de téléspectateurs dès le pilot.

Résultat, Meredith Grey et son Dr. Mamour envoient temporairement au chômage Alan Shore et Denny Crane ! ABC décide de reporter à la saison suivante les épisodes restants de "Boston Legal" pour laisser place à la série médicale. La stratégie est payante puisque "Grey's Anatomy" grimpera jusqu'à 22.2 millions de téléspectateurs fin mai, lors de l'arrivée de Kate Walsh.

 

Pour la petite histoire, ABC lancera quelques jours plus tard - le 1er juin - un certain show nommé "Dancing With The Stars".

 

Mais tous ces nouveaux hits ne sauraient faire oublier que lors de la saison 2004 - 2005, ABC était toujours en galère le jeudi soir. La grille était composée de "Extreme Makeover" [6.62 millions le 23 septembre], de la nouvelle série "Life As We Know It" qui sera supprimée après 11 épisodes et du magazine "Primetime Live".

ABC galèrera encore le jeudi à l'automne 2005 avec "Alias" et "Night Stalker" et trouvera du succès avec la 2ème saison de "Dancing With The Stars" qui fut programmée les jeudis et vendredis soir en janvier-février 2006. Mais ce n'est qu'à partir de septembre 2006 que ABC jouera dans la cour des grands avec l'arrivée de "Ugly Betty" à 20h et le déplacement historique de "Grey's Anatomy" dans la case jeudi 21h face à "CSI Les Experts".

Le vendredi soir n'est guère mieux avec un carré sitcom qui galèrera toute la saison 04-05. Les composants sont "Touche pas à mes filles", "Les Sauvages", "La Star de La Famille" et "Less Then Perfect" qui tournent dans les 6-7 millions. "La Star de La Famille" ("Hope & Faith") sera la seule à revenir à la rentrée suivante. ABC diffusera 5 épisodes supplémentaires de "Less Than Perfect" en avril et mai 2006.

A la rentrée 2006, il n'y aura plus qu'une seule et unique sitcom dans la grille de ABC (contre 8 deux ans plus tôt) : "Help Me Help You" qui sera supprimée après 9 épisodes malgré une diffusion après "Dancing With The Stars" le mardi 21h30.

 dancing.png

 Vous l'aurez donc compris, la saison 2004 - 2005 aura été une très forte année de transition pour ABC qui aura lancé durant la même saison tous ses nouveaux hits : "Lost", "Desperate Housewives", "Boston Legal", "Grey's Anatomy", "Dancing With The Stars" et "Extreme Makeover Home Edition". Rarement dans l'histoire de la télévision américaine un network n'a connu un tel revirement de situation avec tout de même 5 à 6 nouveaux méga-hit en l'espace d'un an seulement.

Repost 0
23 août 2013 5 23 /08 /août /2013 13:34

survivor1.PNG

 

Il y a 13 ans jour pour jour, le 23 août 2000, CBS diffusait la grande finale de la première saison de "Survivor". Un événement télévisuel hors norme dans l'histoire de la télévision américaine. Le mercredi 23 août 2000, 51.7 millions d'américains assistent à la victoire de Richard Hatch, le premier gagnant de "Survivor" aux Etats-Unis. L'émission avait débuté devant plus de 15 millions de téléspectateurs le 31 mai 2000 avant de connaître une hausse crescendo jusqu'au final.

On connaît la suite, souvent racontée ici dans plusieurs rétrospectives : l'émission devient un véritable phénomène et CBS lance la deuxième saison après le Superbowl en février 2001. 45.4 millions de téléspectateurs sont au rendez-vous. Le jeu est désormais diffusé le jeudi soir à 20h00 et devient le premier programme capable de rivaliser avec "Friends", diffusé en face à la même heure sur NBC. Près de 30 millions de téléspectateurs suivront en moyenne la saison 2. Avec deux éditions par an, "Survivor" continuera d'afficher plus de 20 millions de fidèles chaque jeudi soir jusqu'à la saison 10 au printemps 2005.

 Les audiences se sont ensuite progressivement érodées. A partir de la saison 2010 / 2011, "Survivor" quitte sa case historique du jeudi 20h qu'elle laisse à "The Big Bang Theory" pour s'installer le mercredi 20h où elle continuera de réunir 10 à 12 millions de fans chaque semaine. La saison 27 est lancée le mercredi 18 septembre et verra s'affronter d'anciens candidats à un membre de leur famille.


 

Repost 0
5 août 2013 1 05 /08 /août /2013 17:00

http://img4.hostingpics.net/pics/306976oc.png

Il y a 10 ans jour pour jour, le 5 août 2003, FOX lançait la nouvelle série "The O.C." en plein été, connue en France sous le nom de "Newport Beach". A l'occasion de cet anniversaire, (re)découvrez la rétrospective de la série écrite par Adrien et publiée pour la première fois en février 2011 sur www.AudiencesUSA.com.

 



Tout commence en 2002 quand McG, producteur auréolé de succès au cinéma avec sa version des “Drôles de Dames”, et son acolyte Stefanie Savage décident de se lancer dans la production d’une fiction télé qui se déroulerait dans l’Orange County, lieu d’enfance de McG.
 

Les idées se suivent et ne se ressemblent pas : on évoque d’abord des policiers super-héros qui s’entraîneraient pour les Jeux Olympiques le jour et résoudraient des crimes la nuit. Un patchwork imbuvable qui va vite se transformer en quelque chose d’un peu plus comestible grâce à un jeune scénariste encore inconnu : Josh Schwartz. Ce dernier, venu tout droit de Rhode Island, qui servira plus tard de décor à la série, sort tout juste de l’université et livre une version totalement différente du projet : ce qui l’intéresse à Newport Beach, c’est plus les virées dans les fêtes branchées où l’on boit et drague à gogo. Il saupoudre le scénario de répliques bien senties, de références à la pop-culture et y ajoute les éléments de la satire sociale en faisant de Ryan Atwood, jeune pommé issu de Chino, banlieue défavorisée, son personnage principal.

 

Des débuts surprenants... en plein été

 

Après une année entière à la recherche d’un diffuseur, c’est finalement FOX qui se décide à programmer la série, sans réellement y croire à l’été 2003.


 

 

Perdue au milieu des rediffusions des networks, le pilot réunit 7.5 millions de téléspectateurs le mardi 5 août 2003. La performance est tout à fait correcte, surtout pour une diffusion en plein été, sans réelle promotion de la part du network.
 

Mieux, tout au long de sa diffusion estivale, “Newport Beach” gagne des téléspectateurs, montant jusqu’à 9.1 millions de téléspectateurs pour les épisodes 1.05 et 1.06. La summer season final, diffusé le 16 septembre 2003, réunit 8.8 millions de téléspectateurs le 16 septembre 2003.

 

L’engouement est de plus en plus grand pour la série de FOX, et la chaîne commence à croire à sa bonne étoile. Et si elle venait de trouver, à sa propre surprise, un successeur à ses hits d’antan “Beverly Hills” et “Melrose Place” ? La série est reconduite pour une saison entière et revient avec une nouvelle case horaire, le mercredi soir à 21 heures face à “Angel” sur The WB, “The King Of Queens” & “The Stones” sur CBS, “The Bachelor” sur ABC et “The West Wing” sur NBC. Diffusé pour la première fois le 29 Octobre, le premier épisode après la pause bénéficie lui d’une belle promotion. La FOX la met en honneur dans ses campagnes publicitaires et compte bien capitaliser sur le succès de sa nouvelle recrue :

 

 

 

Pour l’occasion, Josh Schwartz prend un nouveau tournant pour sa série en décidant de muscler ses intrigues. Melinda Clark, alias Julie Cooper, et Rachel Bilson, qui interprète Summer, rejoignent ainsi le générique ; et Schwartz décide d’aller clairement vers les intrigues du soap, en incluant une bonne dose de second degré : On assiste alors à un ménage à trois complètement délirant entre Seth, Summer et Anna, les adultes prennent une place nouvelle dans les intrigues, et Ryan et Marissa s’avouent leur flamme sur la grande roue.
 

Et les téléspectateurs sont au rendez vous, avec 9.3 millions de présents, c’est la meilleure audience depuis le début de la série.

 

“Newport Beach” à son zénith :
Explosion audimatique et phénomène culturel

 

Le succès continue jusqu’en décembre où la nouvelle tombe : “Newport Beach” bénéficiera à la mi-saison du monstre audimatique de FOX, “American Idol” en lead-in. Le 21 janvier 2004, la domination de FOX est totale : “American Idol” réunit 29.43 millions de téléspectateurs et un taux exceptionnel et impensable aujourd’hui de 12.7% sur les 18/49 ans. Boosté par ce raz-de-marée, “Newport Beach” signe ce qui restera sa meilleure audience historique : 12.72 millions d’américains restent branchés pour découvrir la rupture de Ryan et Marissa dans l’épisode “Rivalités”, causée par l’inoubliable psychopathe Oliver. Le taux sur les 18/49 ans s’élève d’ailleurs à 5.6%, une performance exceptionnelle pour FOX qui peinait jusqu’à maintenant à installer des dramas sur sa chaîne.
 

La semaine d’après, c’est encore 12.70 millions d'américains qui assistent à la résolution de l’intrigue Oliver, qui aura fait beaucoup couler d’encre parmi les fans. C’est le jackpot, et Schwartz prépare alors une dernière partie de saison encore plus exceptionnelle, nouveaux ménages à trois, virée à Las Vegas, mariages, bébés, strip-teaseurs à gogo : “Newport Beach” se veut branchée et second degré, elle installe même lors de l’épisode 1.22 sa propre caricature avec le tournage d’un épisode de La Vallée, série inventée par les soins de Schwartz pour être encore plus dans le second degré. Paris Hilton viendra même se joindre à l’intrigue pour un combo mémorable devant 11.09 millions d'assidus

 


Le 5 mai 2004, le premier season final de la série réunit 10.72 millions de téléspectateursVéritable coup de tonnerre pour les fans, il se termine par une longue scène sur une musique de Jeff Buckley, “Hallelluyah” qui trouve alors une deuxième jeunesse.

Il faut dire que le phénomène “Newport Beach” ne s’arrête pas à sa diffusion télé. Faisant le pari d’une B.O branchée, Josh Schwartz engage Alexandra Patsavas comme directrice musicale et cette dernière fait des miracles. En 2004 émerge donc un véritable phénomène de société autour des musiques de “Newport Beach”Rooney connaîtra ainsi une hausse de 200 % de ses ventes après son passage dans le show, et Death Cab For Cutie, groupe favori du personnage de Seth, signera la même année chez Atlantic Records, alors qu’ils étaient inconnus du grand public jusque là.
 

Mieux encore, c’est toute une culture que la série popularise autour de ses principaux personnages, et notamment autour du personnage de Seth campé par Adam Brody. Le phénomène “Geek” prend alors plus d’ampleur avec ce geek sympathique et déjanté qui enchaîne, épisodes après épisodes, les répliques sarcastiques et les situations comiques.

 

Au final, la saison aura réuni une moyenne 9.4 millions de téléspectateurs, et FOX croit en son nouveau poulain. La série est reconduite sans surprise pour une saison 2 mais la nouvelle tombe aux Upfronts, elle change de case pour s’installer dans la terrible case du jeudi soir, à 20 heures. En face, les concurrents seront nombreux : l’insubmersible “Survivor” de CBS, “The Mountain” sur la WB, “Extreme Makeover” sur ABC, et le spin-off tant attendu de “Friends” sur NBC, “Joey” qui sera accompagné du hit “Will And Grace”. Dans cette case où règne NBC depuis le début des années 90 et où CBS s’est refait une santé depuis 2000, FOX fait un pari extrêmement risqué, quitte à couler son joyau ?

 

Ca coince à l’emballage...

 

Il faut dire que Josh Schwartz a prévenu, il a tellement raconté en première saison qu’il est à court d’idée pour la deuxième, un comble. Il promet la qualité plutôt que la quantité et décide de jouer encore plus sur le phénomène qu’il a crée. Il annonce donc l’arrivée de nouveaux personnages, et d’un nouveau lieu : Le Bait Shop, où pourront se produire les groupes les plus branchés du moment.
 

FOX met les petits plats dans les grands pour l’arrivée au Jeudi soir de sa série populaire. Elle diffuse le 16 et le 23 Septembre deux programmes d’une heure “The O.C : Obsess Completely” et “Welcome to the O.C : A Day in The Life”, multiplie les promos et annonce la diffusion du second season premiere pour... le 4 novembre.  

 

 

La recette semble parfaite, mais tout coince à l’emballage...

Le démarrage de la deuxième saison est pourtant plutôt réussi : Avec 8.56 millions de téléspectateurs et 3.1% sur les 18/49 ans, FOX se montre très satisfaite de ce démarrage. Il faut dire qu’en face, il y a des poids lourds : "Joey" réunit 12.56 millions de téléspectateurs et 4.1%, tandis que "Survivor" s’impose avec 7.3% sur la cible des 18-49 ans !
 

Les semaines suivantes sont néanmoins plus difficiles et le 16 décembre 2004, le pourtant excellent “Miracle de Noëllukah” ne réunit que 6.36 millions de téléspectateurs.
 

Mais Schwartz a plus d’un tour dans sa botte, et décide une nouvelle fois de muscler ses intrigues en promettant pour la mi-saison des intrigues autant déjantées que la saison 1. Il faut dire que le début de saison 2 est très critiqué, et qu’on s’ennuie ferme sous le soleil de Newport. La promo s’orchestre donc pour le retour de la série en Janvier, et on annonce qu’un personnage important va faire son “coming-out”.


 

 

La stratégie fonctionne puisque pour son retour le 6 Janvier, “Newport Beach” est en hausse de 1.4 million de téléspectateurs. Les audiences sont même croissantes jusqu’à l’épisode la St-Valentin où l’on apercevra à peine à baiser entre Marissa et Alex en fin d’épisode. Avec 8.15 millions de téléspectateurs c’est la meilleure audience de la série depuis le season premiere. La série s’est stabilisée et oscille désormais entre 7 et 8 millions.
 

Le 24 mars 2005, c’est à nouveau retour que FOX nous convie : Trey, le frère de Ryan, s’installe à Newport pour remettre un peu d’ambiance dans la série. Un retour réussi, puisqu’avec 8.59 millions de téléspectateurs, il s’agit du plus haut score de la saison.
 

La fin de saison est moins clémente, et la série descend en dessous de la barre des 7 millions de téléspectateurs. Le 12 mai, pour l’avant-dernier épisode de la saison, Schwartz convie George Lucas à venir faire une apparition dans la série : Rien n’y fait, “Le Bal Aquatique” [6.12 millions de téléspectateurs] flirte avec la barre des 6 millions et réalise le plus bas score de cette seconde saison.
 

La semaine d’après, “Newport Beach” remonte pour son season final très mouvementé et éprouvant : Plus 1.5 million d’américains en une semaine, et une très jolie performance, 7.63 millions de téléspectateurs, le meilleur score de la série depuis Mars.

 

Avec 7 millions de téléspectateurs en moyenne pour sa saison 2, “Newport Beach” est logiquement reconduite pour une saison 3, mais FOX annonce que la série ne changera pas de case, et restera bien au jeudi 20 heures la saison prochaine. Si FOX semble avoir confiance dans la série, les fans commencent à trembler.

 

Une longue descente aux enfers

 

Et les fans avaient raison d’avoir peur puisque si FOX a officiellement renouvellé sa confiance dans la série, il apparaît que la chaîne veuille quand même faire quelques modifications. Alors que Schwartz a bouclé son scénario pour les premiers épisodes de la série, FOX lui impose une actrice, Jeri Ryan, pour un arc d’épisode où elle doit incarner une abominable garce. Schwartz est contraint de réécrire son scénario à la va-vite et invente l’histoire de Charlotte à laquelle il n’y aura jamais vraiment de fin.

 

Le 8 septembre 2005, c’est déjà le retour de “Newport Beach” sur FOX, qui fait une rentrée anticipée pour éviter la concurrence des autres networks. Avec 7.50 millions de téléspectateurs, la série est leader de sa case horaire sur les 18-49 ans et les 12-34 ans, il est vrai avec une concurrence allégée. Mais FOX se félicite du succès de “Reunion”, sa nouvelle série avec Amanda Righetti diffusée à la suite “Newport Beach” et qui réunit 6.6 millions de téléspectateurs, mieux que les précédents occupants de la case : “North Shore”, “Tru Calling” et “Point Pleasant”. Il s’agit même du meilleur score de la case sur la cible depuis 1999 !
 

Problème, le season premiere est également le plus haut score de la saison, car la série ne va cesser de chuter. Il faut dire que l'idée de rentrée anticipée de FOX a de fâcheuses conséquences sur la diffusion de la série. La FOX doit en effet diffuser comme chaque année un nombre important de matchs de baseball en octobre. Résultat : seulement 4 épisodes sont proposés et la série n'est de retour qu'en novembre. Les 4 épisodes réunissent une moyenne de 6.7 millions de téléspectateurs, un score déjà faible.

 

Pour son retour le 3 Novembre, la série réunit 6.65 millions de téléspectateurs, un score dans la moyenne de son début de saison. Mais à 21 heures, “Reunion” s’écroule, et FOX ne tarde pas à l’annuler. Le 10 novembre, “Newport Beach” passe sous la barre des 6 millions, en réalisant à l’époque son pire score historique avec 5.76 millions de téléspectateursFOX annonce alors une annonce terrible : “Newport Beach” est décalée au jeudi 21 heures dès janvier, et devra désormais affronter la concurrence du bulldozzer “CSI : Les Experts” sur CBS.

 

Le 12 janvier, l’épisode “Il faut sauver le soldat Marissa” ne rassemble que 5.13 millions de téléspectateurs : c’est la débandade, et un nouveau plus bas score historique pour la série. La semaine d’après, FOX met l’accent sur le retour de Katleen Cooper, petite soeur de Marissa, pour tenter de reprendre la main. Si la série gagne une poignée de téléspectateurs, elle reste à un niveau particulièrement inquiétant. Le 9 Février, elle réunit 5.25 millions de téléspectateurs et part en pause pour un mois, ce qui ne présage rien de bon.

 

Mais Schwartz a un plan et annonce aux fans que la fin de la saison sera la plus surprenante et la plus intense depuis le début de la série. FOX y croit, et décide de diffuser le retour de la série spécialement après “American Idol” programmé le jeudi soir pour l’occasion. Le 9 mars 2006, la série revient avec 7.36 millions de téléspectateurs, soit le meilleur score depuis le season premiere.
 

Mais rien n’y fait, la série repart à la baisse et retombe dans les 5 millions dès la semaine suivante. Les rumeurs d’annulation commencent même à courir et pire, Misha Barton et Rachel Bilson annoncent qu’elles aimeraient quitter la série. La mauvaise ambiance sur le tournage s’installe.
 

Il n’est pas faute d’essayer de muscler les intrigues à coup de retour : Jess, Theresa et Anna sont ainsi de retour sur la côte californienne mais les fans semblent peu réceptifs et préfèrent suivre avec passion Grissom sur CBS. Le 13 avril, c’est même la douche froide pour le retour de Dawm Atwood : Avec 4.33 millions de téléspectateurs, la série passe pour la première fois de son histoire sous la barre des 5 millions et réalise son plus bas score à l’époque. Il s’agit de la plus basse audience de la saison.
 

Néanmoins à l’approche de la fin de saison promise par Schwartz, les audiences repartent peu à peu à la hausse. A la surprise générale, FOX renouvelle la série pour une saison 4 de 16 épisodes.

 

Le 18 mai 2006, l’attente est même de mise chez les fans, FOX ayant annoncé la mort d’un personnage dans le season finale.  
 

 

 


Un évènement vient cependant changer la donne : Alors que la fin de saison était censée rester secrète jusqu’à sa diffusion, Misha Barton, interviewée sur un plateau télé, révèle le sort de son personnage, quelques heures avant la diffusion du season final, faisant tomber à l’eau les plans de FOX et de Schwartz.
 

Diffusé à 21 heures, le season final réunit 6.40 millions de téléspectateurs, le meilleur score de la série depuis l’épisode diffusé après Idol. La fin tragique de Marissa choque les fans qui lancent une campagne pour la faire revenir. Ils annoncent même leur volonté de boycotter la série.
 

Au final, la saison 3 aura réuni une moyenne de 5.6 millions de téléspectateurs, un score en baisse 1.4 million sur un an.

 

Un dernier tour de piste ?


Mais Josh Schwartz a un plan, tout l’été, il annonce aux fans que la quatrième saison sera radicalement différente, et qu’elle marquera le renouveau de la série. Du côté du casting, c’est le grand chambardement : Willa Holland et Autumn Reese intègrent la distribution régulière, Misha Barton la quitte. Mais FOX l’a bien compris en réduisant la série : il y a peu d’espoir qu’elle remonte la pente, surtout qu’une autre difficulté vient de se greffer : ABC a déplacé son nouveau hit “Grey’s Anatomy” le jeudi à 21 heures. La concurrence va donc être rude : “CSI : Les Experts”, “Grey’s Anatomy”, “The Office” et “Supernatural”. Autant dire que la situation est très compliquée.

 

La sentence tombe le 2 Novembre 2006 : Seuls 3.38 millions de fans suivent encore la série. C’est la douche froide, avec un taux de 1.5% les 18/49 ans, “Newport Beach” termine bonne dernière à égalité avec “Supernatural”.
 

Le score restera le plus bas score historique de la série.

 

En urgence, FOX annonce qu’elle diffusera la semaine suivante non pas un mais deux épisodes : un le mercredi soir, l’autre le jeudi soir.
 

Mercredi 8 novembre, Ryan part au Mexique pour retrouver Volchok, Seth se fait un tatouage devant... 3.53 millions de présents, une hausse minime de 150 000 téléspectateurs. Avec 1.6 points sur les 18/49 ans, “Newport Beach” bat tout juste “Les frères Scott” [1.5%] diffusé sur la CW. En face, “LOST” réunissait encore 17 millions de téléspectateurs...
 

Le lendemain, 3.71 millions de téléspectateurs sont encore présents. Si FOX n’a pas encore officialisé l’annulation de la série, elle ne fait plus aucun doute. Une semaine plus tard, c’est encore un point de gagné sur les 18/49 ans et 70 000 téléspectateurs de plus. Si les scores restent catastrophiques, les critiques sont unanimes : la saison 4 apporte un véritable nouveau souffle à la série. Josh Schwartz et son équipe se lâchent, entre repas avec SDF, psychanalyse express, parties de tennis enflammées ou fantasmes délirants, les intrigues repartent de plus belle. Mais Rachel Bilson explique qu’elle ne repartira pas pour une saison 5, si l’ambiance semble s’être amélioré sur le tournage, Adam Brody et Rachel Bilson ont mis fin à leur relation, ce qui complique la situation.

 

Alors que les fans tentent une dernière fois de sauver leur série, de nouvelles murmures apparaissent : La série pourrait être rachetée par la CW, ou un spin-off sur Julie et Kaitlin pourrait faire son apparition. Le 30 Novembre, alors que les fans comptent sur l’absence de “CSI : Les Experts”, la série repart à la baisse avec 3.65 millions de téléspectateurs. En parallèle, Josh Schwartz sur un projet sur la CW... nommé “Gossip Girl”. L’idée d’un spin-off s’éloigne. Le 14 décembre, un Noëllukah spécial repasse la barre des 4 millions de téléspectateurs pour la première fois depuis le troisième season final. Mieux, la série repasse la barre des 2 points sur la cible. La série reste au dessus des 4 millions pour le dernier épisode de 2006.
 

Cela ne suffit pas, et le 4 janvier, FOX annonce l’annulation de la série et programme le series final pour le 22 février. Après 4 saisons de bons et loyaux services, “Newport Beach” ne connaîtra donc pas de saison 5.

 

Et... tout est bien qui finit bien.

 

Les semaines suivantes, “Newport Beach” se stabilise légèrement en dessous des 4 millions de téléspectateurs. Petit à petit, le projet de Schwartz pour la CW prend forme, et on apprend aussi qu’une autre série du maître attendue : “Chuck” pourNBC.
 

Finalement, FOX offre un dernier cadeau à la série, qui avait été un véritable phénomène en première saison : Le series final de la série sera diffusé juste après “American Idol”.


 

 

Le 22 février 2007, tous les yeux sont donc tournés vers le series final de “Newport Beach”, remontera -t-il la pente après une dernière saison décevante au niveau audimatique ?
 

Avec 6.59 millions de téléspectateurs, “Newport Beach” se termine avec la meilleure audience depuis l’épisode 3.16 d’avril 2006 ! Il s’agit bien évidemment du record de la saison pour la série, et une très belle performance, compte tenu qu’en face : “Grey’s Anatomy” réunissait plus de 27 millions de téléspectateurs !

 

Avec 3.96 millions de téléspectateurs pour sa quatrième et dernière saison, la série est en large baisse par rapport à la saison précédente. Les rumeurs de spin-off sont peu à peu stoppées et c’est vers “Gossip Girl” que les fans se tournent pour avoir une relève. Pour la petite histoire, le pilot de “Gossip Girl” réunira 3.50 millions de téléspectateurs le 19 septembre 2007. “Newport Beach” restera en tout cas culte pour voir moderniser le teen soap, et imposer de véritables phénomènes culturels dans la société américaine.

Repost 0
Published by Adrien - dans Rétrospective
commenter cet article
22 juillet 2013 1 22 /07 /juillet /2013 10:15
Note : Cette rétrospective a été publiée pour la première fois en novembre 2009 sur le site (et oui, a long time ago...) et a été rédigée par Robin, co-rédacteur sur AudiencesUSA.com à l'époque.

Veronica Mars nous a quittés il y a désormais plus de 2 ans. Pourquoi la série n'a-t-elle pas été renouvelée ? Quels sont les principaux évenements qui ont marqué les 3 ans qu'a durée la série ? Découvrez-le dans cet article.

Début 2004. Rob Thomas, scénariste de "Veronica Mars" est à la recherche d'un diffuseur pour la série qu'il a écrite. Pour cela, il s'adresse tout d'abord aux chaînes câblées FX, Showtime et HBO, souhaitant faire une série assez sombre et qui ne pourrait pas convenir à un des 6 networks. Finalement, UPN est le premier network à se montrer intéressé par la série. Cependant le network demande à Thomas de rendre la série un peu moins sombre car elle ne peut se permettre de diffuser quelque chose de trop obscur. Le viol de Veronica est par ailleurs un sujet de discussion entre Thomas et le network, mais Rob Thomas fini par l'emporter. 
 
Mai 2004. Alors que Rob Thomas montre le pilote qu'il a réalisé à UPN, la chaîne lui demande d'en retourner un nouveau car elle juge l'épisode encore une fois trop sombre pour un network. Malgré ce léger incident, UPN annonce sa nouvelle grille lors des Upfronts le 20 mai 2004 : "Veronica Mars" est programmée le mardi à 21h après les deux sitcoms "All Of Us" et "Eve". C'est une autre nouvelle série, "Kevin Hill" qui décroche la case en or, juste après "America's Next Top Model". Le pari est osé pour UPN sachant que l'année précédente le mardi à 21h la chaîne réalisait ses pires scores hebdomadaires avec les échecs successifs de 3 séries ! De plus à 20h, le carton "Buffy" laisse place à deux sitcoms. 


 
Septembre 2004. Soucieuse de l'avenir de sa nouvelles série, UPN décide de programmer le pilot de "Veronica Mars" le mercredi 22 septembre juste après le season premiere de "Top Model". La chaîne souhaite ainsi donner une forte exposition à sa nouvelle série. A l'époque, le principal concurrent de UPN est The WB. Les deux chaînes proposent ainsi deux pilotes ce mercredi à la même heure. 
 
Audiences Mercredi 22 Septembre

20h
Smallville - WB : 6.07 millions [taux de 3.1% sur les 18-49 ans]
America's Next Top Model - UPN: 3.57 millions [1.8]
 
21h
The Montain - WB: 3.89 millions [1.7]
Veronica Mars - UPN : 2.49 millions [1.0] 
 
Première surprise, "Top Model" fait des scores très moyens dans sa nouvelle case horaire. Il faut dire que face à un "Lost" à plus de 18 millions, la télé-réalité a fort à faire. "Veronica Mars" démarre ainsi très faiblement à seulement 2.49 millions. Pire, le taux sur les 18-49 ans n'est pas bon du tout. UPN a de quoi s'inquiéter pour les semaines suivantes. Deux jours après, la rediffusion du pilote attire 1.66 million de téléspectateurs.
 
C'est donc le Mardi 29 septembre que Veronica découvre sa nouvelle case horaire. Face au carton du duo "Gilmore Girls" / "One Tree Hill" sur la WB, UPN n'a aucune chance. A 20h, sans surprise "Eve" [3.21 million] et "All Of Us" [2.93 millions] réalisent des performances modestes. Mais le pire vient à 21h avec une "Veronica Mars" [2.21 millions] déjà au plus bas. 
 
A noter que le lendemain, "Kevin Hill" fait bien mieux que "Veronica Mars" la semaine précédente avec plus de 4 millions de téléspectateurs. Il faut dire que la série a bénéficié de critiques dithyrambique, en plus d'une forte hausse de "Top Model" à 20h.
 
La semaine suivante, avec une stratégie de programmation très intelligente, UPN décide de ne pas programmer d'inédit de "Veronica Mars" alors qu'en face la concurrence est réduite avec le débat des candidats à la vice-présidence ! Résultat, la rediffusion de "Veronica Mars" [2.38 millions] fait mieux que l'épisode inédit de la semaine précédente !
 
Les semaines suivantes, "Veronica Mars" gagne peu à peu des téléspectateurs et dépasse les 3 millions [3.21 millions] le 19 octobre. Il s'agit du meilleur score de la saison 1. Les semaines se suivent et se ressemblent avec une Veronica aux alentours des 2.8 millions chaque semaine. Des performances tout de même décevantes sachant qu'une heure auparavant, les sitcoms dépassent désormais les 3.5 millions de téléspectateurs. Malgré ses audiences catastrophiques, la série bénéficie de très bonnes critiques, et se voit renouvellée pour une saison complète tout comme l'autre nouveauté "Kevin Hill" qui culmine toujours à plus de 4 millions de téléspectateurs le mercredi soir.
 
Après ce renouvellement, les audiences chutent à nouveau et la série tombe à seulement 2.40 millions le 30 novembre. Pire, "Veronica Mars" réalise son pire score de la saison avec 1.90 million de téléspectateurs le 14 décembre.
 
UPN décide alors de faire revenir la série très tôt, puisque dès le 4 janvier, Veronica revient. Avec plus de 2.8 millions de téléspectateurs, la série semble profiter de l'absence de "One Tree Hill" sur la WB remplacé temporairement par une télé-réalité. 
 
Pour éviter la concurrence frontale avec le retour d'Idol a plus de 30 millions de téléspectateurs, UPN décide de ne pas programmer "Veronica Mars" pendant 3 semaines. C'est seulement le 8 février 2005 que la série revient face à un "House" boosté par "American Idol". Malgré un lead-in bien moins bon qu'en début d'année (Eve et All Of Us sont à 2.1 millions), "Veronica Mars" s'en sort bien à 2.97 millions de téléspectateurs.  Ne pas à avoir affronter "Idol" en concurrence direct permet à la série de survivre alors que le lendemain "Kevin Hill" passe sous les 2 millions de téléspectateurs ! Après ce retour correct, les deux semaines suivantes, la série plonge pour partir en hiatus d'un mois devant 2.34 millions de téléspectateurs seulement.
 
La série ne revient que le 29 mars 2005, face à un "House" qui a encore gagné de nombreux téléspectateurs grâce au lead-in de "American Idol". Le résultat est toujours médiocre à 2.33 millions. Un peu plus d'une semaine après, une nouvelle qui surprend tout le monde tombe : "Veronica Mars" est renouvellée par UPN. Il s'agit d'un renouvellement qui intervient donc bien avant les Upfronts ! Cette chère Dawn Ostroff, qui est alors à UPN, déclare avoir gardé la série en raison des excellentes critiques, chose pas forcément courante pour UPN.
 
La concurrence avec "One Tree Hill" se poursuit chaque semaine, avec un très fort avantage pour les frères Scott. Il faut dire que les deux dramas ont exactement les mêmes cibles. Pour son season finale, la série frole les 3 millions de téléspectateurs. Le taux sur les 18-49 ans reste moyen avec un taux de 1.2%.
 
Cette première saison aura attiré au final 2.66 millions d'américains chaque semaine et décroche le triste titre de programme le moins regardé de la saison pour UPN. Pourtant, la série a déjà été renouvellé et reviendra la saison prochaine, ce qui ne sera pas le cas pour "Kevin Hill". Lors des Upfronts 2005, la série décroche le gros lot. Celle-ci bénéficiera ainsi de la case horaire du mercredi à 21h, soit juste après le hit d'UPN, "America's Next Top Model".
 
UPN compte bien sur la période estivale pour faire découvrir à de nouveaux téléspectateurs "Veronica Mars", et la programme donc chaque mercredi à 21h. En concurrence chaque semaine avec des rediffusions de "Smallville", la série se fait nettement distancer et fait parti des 10 moins bonnes audiences de la semaine durant tout l'été. Cependant, ces rediffusions attirent tout de même en moyenne 1.58 million jusqu'à fin juillet, soit un score pas si éloigné de la moyenne en inédit de la série.
 
C'est fin juillet qu'une décision très surprenante intervient. En effet, CBS annonce que la chaîne va rediffuser 4 épisodes de "Veronica Mars" exceptionnellement le vendredi soir. L'information parait moins saugrenue lorsque l'on sait que CBS et UPN appartiennent à la même compagnie. On ne peut pas dire que ce plan est une réussite sachant que le vendredi 29 juillet les deux premières rediffusions sur CBS réunissent seulement 3.23 millions de téléspectateurs de 20h à 22h. Le vendredi suivant, ils sont à nouveau 3.20 millions branché sur CBS à 20h. Pour sa dernière diffusion sur CBS, la jeune détective n'attire plus que 2.99 millions de fans. Ces 4 rediffusions sur CBS permettent tout de même aux rediffusions de la série le mercredi à 21h sur UPN d'augmenter sensiblement leurs audiences avec presque 2 millions de fidèles chaque semaine en aôut et en septembre.

 

Fin Septembre 2005. UPN décroche un nouveau hit le jeudi précedent le retour de "Veronica Mars" avec "Everybody Hates Chris" qui dépasse les 7 millions et en profite pour promouvoir intensément toute sa programmation. Forte de cette promotion, ses belles performances en rediffusion et de sa nouvelle case horaire, la saison 2 démarre très bien avec un record historique de la série avec 3.30 millions de téléspectateurs. La série réalise aussi ses meilleures performances historiques sur les femmes de 18 à 34 ans (2.5%). La rétention de "Top Model" reste cependant moyenne.
 
Audiences Mercredi 28 Septembre 2005

20h America's Next Top Model : 4.52 millions [2.1] 
21h Veronica Mars : 3.30 millions [1.3]  
 
Les semaines suivantes, la série bénéficie d'une concurrence réduite sur la WB avec l'échec "Related" et se maintient au dessus des 3 millions chaque semaine. C'est le 26 octobre 2006 que la série décroche tous les records malgré la présence des Baseball World Series et ce qui restera sa meilleure performance historique. Aidée par un "America's Next Top Model" [5.48 millions / 2.6] en pleine forme, la jeune détective réunit 3.58 millions de téléspectateurs pour un taux toujours décevant de 1.6% sur les 18-49 ans. Sur les femmes de 18 à 34 ans, la série performe (2.8%), bien aidée par son lead-in (5.0% !). Tous les indicateurs semblent alors au vert : Veronica Mars est sur la voie du succès. En réalité, l'explication semble être l'absence exceptionnelle de "Lost" en concurrent direct de la série ce soir là.
 
Pour fêter cela, "Veronica Mars" prend un petit break et ne revient que deux semaines après ce record. Malheureusement , malgré un record de la saison pour "Top Model", Veronica chûte et retombe à 3.07 millions et un faible taux de 1.3% sur les 18-49 ans. L'excellente intrigue de cette seconde saison semble perdre peu à peu les téléspectateurs, et pour la première fois depuis le début de la saison, la série tombe sous les 3 millions la semaine suivante puis à seulement 2.50 millions lorsque "America's Next Top Model" perd un million de téléspectateurs à 20h.
 
C'est seulement le 7 décembre, pour son dernier épisode avec le hiatus hivernal que la série remonte fort à 3.42 millions de téléspectateurs. Encore une fois, l'explication n'est pas loin : "Lost" n'était pas diffusé ce soir là. Cela nous révèle encore une fois comment "Lost" a fortement touché les audiences de l'étudiante de Neptune durant cette première partie de saison.



Après une pause d'un mois et demi, "Veronica Mars" revient le mercredi 26 janvier. Cependant, le lead-in a changé : "Top Model" n'est pas encore revenu à l'antenne, et à la place on retrouve une nouvelle série de mi-saison de UPN "South Beach" qui est un flop total depuis ses débuts le 11 janvier. Résultat, le score catastrophique de "South Beach" [1.40 million] à 20h conduit "Veronica Mars" dans le mur avec seulement 1.62 million de fidèles et ce qui restera le plus score historique de la série.

Alors que la veille, UPN et la WB venait d'annoncer leur fusion en septembre prochain, tout semble aller très mal pour "Veronica Mars". Malgré les scores catastrophiques de "South Beach", qui reste sous les 1.5 million de téléspectateurs, la détective privée remonte la pente et se maintient au dessus des 2 millions de téléspectateurs les deux semaines suivantes. UPN décide alors de préserver la série, qui part à nouveau en hiatus pour plus d'un mois. 

Lors de son retour, le mercredi 15 mars, la série retrouve son très bon lead-in "America's Next Top Model", mais elle doit affronter le result show d'American Idol de 21h à 21h30. Ainsi malgré le succès de "Top Model" à 20h qui tourne aux alentours des 5 millions de téléspectateurs, le retour de Veronica ne fait pas d'étincelle [2.73 millions / 1.2]. Les semaines suivantes, la série perd du terrain et retombe très bas. UPN décide alors de déplacer les derniers épisodes inédits de la seconde saison le mardi à 21h après des rediffusions de "Top Model" pour proposer le mercredi à 21h... des rediffusions de "Veronica Mars" ! A n'y rien comprendre ! Car si cette stratégie avait pour but d'éviter la concurrence d'Idol à Veronica, le mardi soir à 21h, "House" est à plus de 20 millions !

C'est à partir du mardi 11 avril que cette configuration prend place. Les resultats sont catastrophiques pour la série qui fait moins que son lead-in, pourtant en rediffusion ["Top Model" (R) : 1.96 million / "Veronica Mars" : 1.76 million]. Le lendemain, la rediffusion de la série atteint un niveau quasi-similaire à l'épisode inédit avec 1.6 million de téléspectateurs ! UPN garde cependant cette configuration durant deux semaines, avec des inédits et des rediffusions de la série au même niveau le mardi et le mercredi, c'est à dire sous les 2 millions de téléspectateurs.. La série conclut finalement sa seconde saison devant seulement 2.42 millions de téléspectateurs. Cette seconde saison aura réuni en moyenne 2.58 millions de téléspectateurs, un score en très légère baisse par rapport à la saison précédente.

Les fans de la série, voyant la fusion UPN/WB comme un danger supplémentaire concernant l'avenir de la série lance des campagnes pour soutenir la jeune détective privée. Au fil des semaines, on apprend quelques annulations et quelques renouvellements de séries pour le nouveau network The CW. Réduire 2 grilles à une seule va forcément faire des dégats : de nombreux programmes vont être annulés. 

C'est le 16 mai 2006, soit deux jours avant les Upfronts de la nouvelle CW, que Michael Ausellio annonce le scoop : "Veronica Mars" est renouvelée pour une troisième saison de 13 épisodes. Une information qui étonne alors qu'on apprend au même moment qu'"Everwood" ne connaîtra pas de nouvelle saison, alors que la série de la WB faisait en moyenne 1.5 million mieux que les lycéens de Neptune. Ce renouvellement est en partie dû aux campagnes de soutien faites par les fans et à Dawn Ostroff, nouvelle présidente de la CW, qui se déclarait grande fan de la série. Cependant, la chaîne demande à Rob Thomas de faire des épisodes plus "loners", que chaque téléspectateur puisse voir même si il n'a jamais regardé la série auparavant. Cela va contraindre Thomas à multiplier les histoires courtes et à faire disparaitre l'intrigue fil rouge de la saison.



La CW annonce alors un duo qui ne laisse présager que du bon : chaque mardi soir, la CW proposera un épisode inédit de "Gilmore Girls" suivi de "Veronica Mars". En plus d'un nouvel excellent lead-in, la série ne change donc pas de case horaire. Celle-ci démarre sa troisième saison le 3 octobre. Et c'est sur un score correct que la série redémarre une nouvelle année. Le season 3 premiere attire en effet 3.36 millions de téléspectateurs pour un taux de 1.4% sur les 18-49 ans. Sur les jeunes femmes de 18 à 34 ans, la série est aussi en forte hausse. Il faut dire que le bon lead-in de "Gilmore Girls" [4.62 millions / 1.9] aide. Il s'agit du troisième plus haut score historique de la série



La série se stabilise aux alentours des 3 millions pour ses 5 premiers épisodes. Cependant la CW fait un choix de programmation étrange pour le 5ème épisode puisqu'elle propose une rediffusion de "Gilmore Girls" en lead-in. Bien évidemment, l'audience chûte [2.7 millions]. Les téléspectateurs qui ont raté l'épisode ne reviennent alors plus, et la série, accusée d'une forte baisse de qualité, doit se contenter d'environ 2.7 millions de téléspectateurs, un score faible comparé aux plus de 4.5 millions de fidèles de Lorelai et Rory à 20h.

C'est après ces quelques scores décevants que la CW annonce la commande de 7 épisodes supplémentaires de la série. C'est une déception pour Rob Thomas qui n'obtient pas les 22 épisodes réglementaires et qui va donc devoir retravailler son scénario pour le faire tenir en 7 épisodes au lieu de 9. 

Deux semaines après cette annonce, "Veronica Mars" propose son dernier épisode avant une trève hivernale de 3 mois. Celui-ci conclut avec brio la première intrigue de la saison. Avec une forte promotion, le duo "Gilmore Girls" [4.89 millions] / "Veronica Mars" [3.44 millions] bat ainsi ses records de la saison ce soir là. Il s'agit du 2ème plus haut score historique de la série.

Après 3 mois d'absence, la série a la chance d'éviter la concurrence d'un "House" boosté par "Idol" pour son retour puisque la série fait son come-back le 25 janvier 2007, programmé face au discours de George Bush diffusé par les 4 autres networks. Ainsi, même si "Gilmore Girls" souffre face à Idol à 20h, Veronica s'en sort honorablement à 21h avec 3.23 millions de téléspectateurs.

Malheureusement, les semaines suivantes, "Veronica Mars" se retrouve programmée face à un "House" qui bat des records historiques avec plus de 27 millions de fans ! N'ayant pas lancé de nouvelle trame fil-rouge passionnante, la série a du mal à conserver ses fidèles et voit son audience s'écrouler semaine après semaine. De plus, la FOX s'amuse à proposer de temps en temps des éditions de deux heures d'"American Idol" qui font tomber la détective de la CW de plus en plus bas. Le 27 février, la série quitte à nouveau les écrans pour une pause de 2 mois.

Pendant ce temps, la CW tente une nouvelle option en diffusant chaque mardi à 21h la télé-réalité "The Search For The Next Pussycat Dolls". Alors que l'émission est diffusée le mardi soir avec des rediffusions de "Gilmore Girls" en lead-in qui ne font pas plus que 2 millions d'audience, la télé-réalité dépasse plusieurs fois les 3 millions de téléspectateurs et peut compter sur plus de 2.5 millions de fidèles chaque semaine ! Rediffusée le mercredi à 21h et le dimanche à 19h, la télé réalité peut compter sur plus de 6 millions de fidèles ! Pourtant une télé-réalité comme celle-ci coute beaucoup moins cher qu'une série télévisée comme "Veronica Mars". Le constat est donc rude pour les habitants de Neptune.

Alors que les audiences des Pussycat Dolls se révèlent bonnes, Rob Thomas annonce que la série est en danger et demande l'aide des fans. Dans la tête de Rob Thomas, une nouvelle idée commence à germer : une quatrième saison très différente des premières avec Veronica au FBI



Le retour de "Veronica Mars" le 1er mai est une catastrophe avec seulement 2.35 millions de téléspectateurs, toujours face à un "House" destructeur. Alors que ces scores sont déterminants pour l'avenir de la série, celle-ci ne fait que perdre son public chaque semaine. Certes la baisse de "Gilmore Girls" qui tombe sous les 4 millions peut partiellement expliquer cette catastrophe, mais c'est une baisse de qualité qui semble être la raison de cette chûte brutale de la série à 1.85 million pour le 17ème épisode.

Les espoirs de survie de la série semblent alors réduit au néant. Malgré tout, les fans y croient toujours. Lors des Upfronts 2007 de la CW, Dawn Ostroff annonce que la série ne reviendra pas sous sa forme actuelle, si elle revient. Même si celle-ci refuse d'annoncer officiellement l'annulation de la série, il ne fait aucun doute que la série ne reviendra pas. Cependant, la chaîne dit réflechir à l'idée de Rob Thomas d'une Veronica travaillant pour le FBI.



C'est dans cette quasi-ambiance d'annulation qu'est diffusé le 2-hour season finale qui deviendra un 2-hour series finale. Celui-ci se retrouve diffusé face à "American Idol" et à la finale de "Dancing With The Stars", c'est à dire 2 des émissions qui marchent le mieux aux Etats-Unis.

Sans surprises, ce final est un échec avec seulement 1.97 million de téléspectateurs ! Autant dire que la série n'a plus aucune chance de survivre. C'est finalement en juin que Rob Thomas annonce l'annulation officielle de la série. Malgré une campagne de fans très forte avec des milliers de barres chocolatées Mars envoyées à la chaîne, la série disparaît.

Tenant tout de même à clore les histoires développées durant ces 3 années, Rob Thomas déclare préparer un film pour finir en beauté la série. Presque tout les acteurs sont prêt à reprendre leur rôle. Alors que le film semble à deux doigts de se faire en janvier 2009, on apprend finalement en juillet que la Warner Bros a refusé de céder les droits de la série à Rob Thomas pour qu'il en fasse un film. Veronica semble donc bien morte et enterrée, au grand désarroi de ses fans.

Evolution de l'audience au cours des 3 saisons :
Repost 0
Published by Robin - dans Rétrospective
commenter cet article
1 janvier 2013 2 01 /01 /janvier /2013 13:00

dallas5.png

 

Pour les fêtes de fin d'année, AudiencesUSA.com vous propose une grande rétrospective en cinq parties sur "Dallas", la série culte diffusée par CBS entre 1978 et 1991. Alors que la franchise connaît une deuxième vie grâce à son retour sur TNT depuis l'été dernier, AudiencesUSA.comvous propose de vous replonger dans les coulisses du plus grand soap américain diffusé en prime time à la télévision américaine.

Des débuts très difficiles qui auraient pu stopper la machine après 4 épisodes au mythique cliffangher qui aurait pu ne jamais voir le jour, des caprices de Larry Hagman au départ de Patrick Duffy et son retour légendaire, de la naissance d'un phénomène de société à sa descente aux enfers, découvrez les dessous d'un succès planétaire.

 

Une rétrospective écrite par François, auteur du Classement Séries proposé tout au long de l'été sur AudiencesUSA.com.

 

 

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 1/5" <

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 2/5" <

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 3/5" <

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 4/5" <

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 5/5" <

 

RETROSPECTIVE DALLAS : PARTIE 5 / 5


Le retour de Bobby tourné dans le dos de l’équipe

16 mai 1986. Final de la saison 9 de Dallas. Les téléspectateurs américains sont bouche bée. Bobby Ewing, qu’ils croyaient mort depuis une saison est de retour, comme si de rien était. Les fans vont vite comprendre de quoi il retourne : Bobby n’a en fait jamais été mort. Toute la saison 9 était un rêve de Pamela. Les 31 épisodes n’ont servi à rien. Tout reprend comme si la saison 9 n’avait jamais existé. Une belle manière pour Hagman de tacler Phil Capice.

Victoria Principal avait été mise au courant seulement quelques heures avant la diffusion par le producteur Leonard Katzman. Comment était-ce possible alors qu’elle avait tourné cette même scène avec John Beck, et non pas avec Patrick Duffy ?

Afin de préserver le secret, Patrick Duffy avait tout simplement feint le tournage d’une fausse pub pour du savon. Leonard Katzman avait ainsi embauché des techniciens extérieurs à la production de Dallas pour préserver le secret. Le plan de Bobby dans le season finale a ensuite été rajouté au montage grâce à des plans de coupe.

Seulement voilà, les scénaristes avaient largement sous-estimé les conséquences de ce cliffangher sur l’ensemble de la série. La saison 9 n’ayant jamais vraiment vu le jour, tous les membres du casting introduits durant cette saison ont dû être virés du jour au lendemain. Le personnage de John Beck n’est ainsi jamais revenu dans la série. Barry Jenner (Jerry Kenderson) et Solomon Smaniotto (Tony) n’ont jamais existé. Steven Forrest est conservé mais son personnage est modifié.

 

Quand les morts redeviennent vivants et les mort-nés… nés !

Pire, certains morts redeviennent vivants ! Katherine Wentworth, par exemple, la folle demi-sœur de Cliff et Pam qui avait tué Bobby, est ramenée à la vie puisque Bobby n’a jamais été tué ! Deborah Shelton, alias Mandy la maîtresse de J.R. est également priée de revenir alors qu’elle pensait avoir tourné son épisode final la saison précédente.

La cerise sur le gâteau est certainement l’intrigue de Donna Culver Krebbs, enceinte à la mort de Bobby, qui a fait une fausse couche durant la saison 9 et redevient enceinte normalement en saison 10 ! L’actrice, proche du producteur viré Phil Capice, ne fera de toute façon pas long feu. Jamie Ewing n’aura, elle non plus, pas beaucoup de chance puisqu’elle sera tuée deux fois : pendant la « dream season » et lors de la saison suivante !

La série multiplie ainsi les erreurs de cohérence. Certains personnages, à l’image de Katherine ou Dusty, présents juste avant le début du « rêve » ne reviennent pas dans la série. Autre erreur : la maison de Ray et Donna fut détruite durant la « dream season », mais le restera après le réveil de Pamela. Mais le plus gros couac surviendra dans la série dérivée, à savoir « Côte Ouest ».

 

Côte Ouest refuse de se plier au retour de Bobby

Les personnages des deux séries évoluant dans le même univers, la production de Côte Ouest avait également intégrer la mort de Bobby. Gary et Val ont ainsi prénommé leur enfant Bobby, en hommage au personnage. La production de Côte Ouest sera furieuse de ne pas avoir été mise au courant du retour de Patrick Duffy et refusera d’obtempérer. Dans Côte Ouest, Bobby restera ainsi bel et bien mort. Malgré tout, en bon RP, Larry Hagman, Patrick Duffy et Victoria Principal soutiendront toujours cette idée de rêve. A l’inverse, Ken Kercheval, alias Cliff Barnes, n’hésitera pas à dénigrer publiquement la storyline.

En un épisode, en une décision, Dallas vient ainsi de ruiner définitivement son statut de phénomène, de guilty pleasure apprécié autant par les fans que par les critiques. La saison est ainsi communément surnommée par les fans comme « the infamous season ». Et les audiences vont s’en ressentir.

 

La descente aux enfers

L’effet n’est pas immédiat. La saison 10 obtient en effet des audiences plutôt stables. Mais Dallas continue de dégringoler dans le classement annuel. La série n’est désormais plus que 11ème (-5 places sur un an), très largement dépassée par des séries comme Cheers et surtout le Cosby Show, un phénomène à plus de 50 millions de fidèles. Sur CBS, Arabesque rassemble 6 millions de téléspectateurs de plus que Dallas.

Et la situation ne va pas en s’arrangeant puisque la série va peu à peu voir son casting principal prendre la poudre d’escampette. Victoria Principal ouvre le bal à la fin de la saison 10. CBS lui offre une montagne de dollars pour rester, ce qui aurait fait d’elle l’actrice la plus payée de la télévision américaine, mais elle décline.

Les rumeurs prétendent que Principal n’aurait jamais digéré le retour de Duffy. En effet, Pamela avait pris beaucoup d’envergure durant la saison sans Duffy avant de redevenir simple « femme de » lors du retour de Bobby. Après l’épisode Donna Reed, les producteurs décident ne pas la remplacer. Dallas perd encore 11 places dans le classement annuel.

En saison 12, rien de va plus. Dallas n’en finit plus de chuter. La série ne rassemble désormais plus que 25 millions de résistants. Elle est 30ème au classement annuel et, pour la première fois, dépassée par Côte Ouest. L’âge d’or des sitcoms est alors en marche. Le classement est essentiellement dominé par des comédies : Cosby Show, Roseanne, Cheers, Madame est servie …

 

La restriction budgétaire avant l’arrêt définitif

A la fin de la saison 12, devant la chute d’audience que rien ne semble plus arrêter, CBS va alors demander à la production de réduire drastiquement les coûts budgétaires. Le départ de plusieurs acteurs en résulte : Steve Kanaly (Ray), Priscilla Presley (Jenna), et surtout Linda Gray, alias Sue Ellen.

Hagman fera tout pour la retenir, sans succès. Les bruits de couloir prétendaient qu’avec le seul salaire de Gray, il était possible d’embaucher 3 jeunes acteurs. Une solution privilégiée par CBS pour renouveler le public de la série, sans succès. Dallas tombe dans les abîmes du classement, en 43ème position.

Cette même saison, c’est au tour de Barbara Gel Geddes de quitter, cette fois-ci définitivement, la série. La presse de l’époque évoqua alors des problèmes de salaire. Bel Geddes n’aurait pas supporté être substantiellement moins bien payée que ses acolytes masculins.

Il faudra finalement attendre 1991 pour que CBS mette un terme définitif à la série. C’est au mois d’avril, un mois avant la diffusion du final, que la chaîne annoncera qu’elle arrête les frais. En coulisses, le cast ne faisait plus aucune allusion depuis quelques mois déjà, selon les propres aveux de Larry Hagman.

 

Le final de Dallas tournée avant l’annulation

Le dernier épisode de la saison 14 sera ainsi envisagé comme un épisode final. Néanmoins, au moment du tournage, CBS n’avait pas encore fait part de sa décision. Victoria Principal refusera ainsi de revenir à Southfork, n’étant pas certaine du sort de la série. A l'inverse, Linda Gray (Sue Ellen), Jack Scalia (Nicholas Pearce), Ted Shackelford (Gary), et Joan Van Ark (Valene) seront de retour.

 Dans ce final, J.R. reçoit la visite d’un ange qui lui montre comment aurait pu être la vie à Southfork sans ses horribles actes. Déprimé, il tire un coup de feu. L’épisode se termine ainsi par un cliffangher. Il réunit plus de 33 millions de téléspectateurs, un record pour la série depuis 4 ans. Patrick Duffy exprimera publiquement sa déception quant à cet épisode final.

 Les fans devront attendre 1996, soit près de 5 ans après la fin de la série, pour enfin connaître sa résolution. J.R. ne s’est pas suicidé mais a tiré sur le miroir sur lequel apparaissait l’ange. L’épisode spécial « J.R. Returns » réunira 19.2m de téléspectateurs soit la 14ème meilleure audience de la semaine.

 

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 1/5" <

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 2/5" <

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 3/5" <

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 4/5" <

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 5/5" <

 

Repost 0
30 décembre 2012 7 30 /12 /décembre /2012 12:11

dallas9.png

Pour les fêtes de fin d'année, AudiencesUSA.com vous propose une grande rétrospective en cinq parties sur "Dallas", la série culte diffusée par CBS entre 1978 et 1991. Alors que la franchise connaît une deuxième vie grâce à son retour sur TNT depuis l'été dernier, AudiencesUSA.comvous propose de vous replonger dans les coulisses du plus grand soap américain diffusé en prime time à la télévision américaine.

Des débuts très difficiles qui auraient pu stopper la machine après 4 épisodes au mythique cliffangher qui aurait pu ne jamais voir le jour, des caprices de Larry Hagman au départ de Patrick Duffy et son retour légendaire, de la naissance d'un phénomène de société à sa descente aux enfers, découvrez les dessous d'un succès planétaire.

 

Une rétrospective écrite par François, auteur du Classement Séries proposé tout au long de l'été sur AudiencesUSA.com.

 

 

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 1/5" <

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 2/5" <

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 3/5" <

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 4/5" <

> A lire : "Retrospective Dallas, Partie 5/5" <

 

RETROSPECTIVE DALLAS : PARTIE 4 / 5


 

Larry Hagman fait vivre un enfer à sa nouvelle « mère »

Nous sommes au début de la saison 8. Alors que Dallas est de plus en plus challengé par Dynasty sur ABC, la production va devoir faire face à un nouveau drame. Barbara Bel Geddes, ancienne femme de Jim Davis à l’écran, va devoir quitter la série.

C’est en 1983, peu après la mort de Davis, que Barbara Bel Geddes apprend qu’elle est atteinte d’une maladie grave et doit subir une opération au cœur. Miss Ellie est ainsi absente d’une bonne partie de la saison 7. Mais, lors de la saison 8, sont état ne s’améliore pas. Avec la mort de Jock encore dans les mémoires, la production refuse de tuer Miss Ellie. L’absence des deux figures patriarcales serait trop cruelle pour J.R. et Bobby.

Caressant l’espoir qu’elle puisse revenir, les scénaristes vont alors décider de ne pas tuer le personnage mais de la remplacer. Ils vont alors recruter une actrice possédant le même background professionnel que Bel Geddes, une certaine Donna Reed. Elle est même très populaire auprès du public américain, ayant eu sa propre série pendant 8 ans sur ABC. Mais Larry Hagman ne l’entend pas de cette oreille.

Lui voulait sa propre mère, texane pure souche, pour reprendre le rôle de sa mère à la série. Selon le biographe officiel de Donna Reed, il va alors faire vivre un enfer à l’actrice. Lorsque Duffy demandera à Reed, sur le ton de la plaisanterie, s’il peut l’appeler « mama » comme il avait coutume de le faire avec Bel Geddes, Hagman répondra sèchement « She’s not my mama ! ».

Hagman ne peut pas cacher son désamour à l’égard de Donna Reed et va peu à peu rallier des autres membres du casting à sa cause. Donna Reed racontera qu’elle rentrait souvent chez elle en pleurs mais refusait d’abandonner son rôle. Malheureusement pour elle, les téléspectateurs vont donner raison à Hagman.

 

Dynasty déloge enfin Dallas

Si les audiences de la saison 8 ne se tassent que légèrement, la production va devoir faire face à un énorme coup psychologique. Cette fois-ci, c’est fait. Dallas vient de perdre sa position de leader. Et pas au profit de n’importe qui. Avec près de 39 millions de téléspectateurs, c’est en effet Dynasty qui vient de déloger Dallas, à 400.000 téléspectateurs près. En coulisses, c’est l’affolement.

Cette débâcle est principalement imputée à Donna Reed, jugée trop « bourgeoise » par rapport à Bel Geddes. Son rôle va ainsi peu à peu être réduit à peau de chagrin avant qu’elle ne soit tout bonnement licenciée à la fin de la saison. Bien qu’elle ait signé un contrat de 4 ans, la production lui demande de publier un communiqué de presse affirmant que son rôle n’était prévu que pour une seule saison.

Mais Reed refuse de se plier et décide de trainer Lorimar et CBS devant les tribunaux. Elle obtiendra gain de cause en négociant un accord à 1 million de dollars. A vrai dire, elle n’aurait jamais eu le temps nécessaire pour mener une longue bataille. La même année, elle décèdera également d’un cancer du pancréas. Une vraie malédiction pour les époux Ewing.

 De son côté, Barbara Bel Geddes est rappelée à la rescousse. Linda Gray mais surtout Larry Hagman œuvreront beaucoup pour le retour de la figure matriarcale de la série. Son état s’étant stabilisé, elle accepte de revenir pour la saison 9. Barbara Bel Geddes confiera néanmoins avoir été furieuse de la façon dont Donna Reed a été traitée.

 

Patrick Duffy claque la porte de Dallas

Si Barbada Bel Geddes reprend son rôle pour la saison 9 de Dallas, c’est un autre acteur de poids qui va, lui, décider de partir. Patrick Duffy, qui campe le rôle principal de Bobby depuis la première saison de la série, a le sentiment d’avoir fait le tour de son personnage. Après avoir tout fait pour le convaincre de rester, la production abdique. Bobby sera tué lors d’un accident de voiture sous les yeux de Pam. La saison 9 ouvre ainsi sur son enterrement.

Mais Duffy n’est pas le seul à quitter la série : Charlene Tilton, alias Lucy Ewing, elle-aussi membre historique de la série, est poussée vers la sortie. Les scénaristes n’avaient tout simplement plus rien à raconter sur son personnage.

Les producteurs font tout pour palier au départ de Duffy : l’arrivée d’un nouveau cousin Ewing, bellâtre censé remplacer Bobby dans le cœur des téléspectateurs ou une nouvelle replongée de Sue Ellen dans l’alcool. Mais rien n’y fait. Dallas ne semble plus parvenir à enrayer la défection de ses fans. La saison 9 laisse ainsi encore échapper 4 millions de téléspectateurs à environ 34 millions de moyenne, toujours à quasi-égalité avec Dynasty.

Larry Hagman a un responsable dans le collimateur : Phil Capice. Entre eux, la guerre est déclarée depuis quelques années déjà. Depuis l’épisode du vrai/faux départ de Hagman à la suite du ‘Who Shot J.R.’.

Pour Hagman, Capice est responsable de toutes les intrigues foireuses de la saison 9. Il lui reproche de vouloir faire du sous-Dynasty et de, non seulement rater son coup, mais en plus de faire fuir la base traditionnelle de l’auditoire. Leonard Katzman, l’autre producteur clé de Dallas, se range du côté de Larry Hagman et claque la porte de la série en 1985.

 

Dallas, une série homophobe ?

La coupe débordera à la fin de la saison 9. Capice a une idée pour créer le buzz. Il imagine une intrigue lesbienne pour le personnage d’Angelica Nero avec son assistante. Cette fois-ci, c’est trop. Lorsqu’ils l’apprennent, Larry Hagman, Barbara Bel Geddes et Susan Howard menacent de claquer la porte de la série. Ils tiennent à conserver l’aspect conservateur du show qui en fait sa spécificité.

Au même moment, Dack Rambo, qui joue le rôle de Jack Ewing, est également limogé. Il accusera alors la production de l’avoir viré à cause de son homosexualité assumée. Une accusation que Hagman niera toujours en bloc.

Quoi qu’il en soit, c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase pour Hagman qui réclame la tête de Phil Capice. Et surtout le retour de ses deux acolytes : Katzman à la barre, Patrick Duffy à l’écran. Si ces conditions ne sont pas remplies, Hagman quittera également Dallas. Ce qui marquerait, définitivement, la fin de la série.

 

Larry Hagman fait le ménage et convainc Duffy de revenir

Lorimar et CBS acceptent les conditions de Hagman. Capice est viré. Katzman est réengagé. Reste un seul problème : convaincre Patrick Duffy de revenir. Celui-ci vient de voir un projet de pilote lui passer sous le nez et sous l’insistance de son ami Larry Hagman, il accepte finalement de revenir.

Seulement voilà, un léger détail rend leur plan difficile. Le personnage de Bobby est bel et bien décédé. Pam a même (déjà) refait sa vie en se mariant avec Mark Graison. Un personnage qui, ironie de sort, était lui-même mort au cours de la saison 7 mais que les scénaristes avaient rappelé à la rescousse pour palier à la mort de Bobby. Ils inventent alors une sombre histoire dans laquelle Mark avait en réalité simulé sa mort pour mieux revenir.

Alors comment faire ? La femme de Patrick Duffy, elle-même, ne croit pas le retour de son mari possible. En plaisantant, elle va alors, sans le savoir, changer à jamais le destin de la série phénomène. « A moins d’un rêve, je ne vois pas comment Bobby peut revenir ! » souffle-t-elle à son mari. Duffy prend la blague au premier degré et souffle l’idée aux producteurs et à Larry Hagman. Ils sont les seuls à être au courant du retour de l’acteur dans la série. Victoria Principal, femme de Duffy à l’écran, n’a absolument aucune idée de ce qui se trame.

Duffy négocie alors les termes de son retour dans le plus grand secret. Afin de rentabiliser leur investissement, les producteurs ont dans l’idée de créer un nouveau « Who Shot J.R. ?». Ils souhaitent ainsi créer un beau cliffangher afin de susciter l’attente durant l’été pour ramener en masse les téléspectateurs à la rentrée. Mais voilà, la dernière scène de la saison 9 a déjà été tournée. Sans Patrick Duffy.

 

La tragique douche de Bobby

Dans un premier temps, les scénaristes envisagent de faire revenir Bobby sous la forme d’un frère jumeau maléfique, mais la solution est jugée trop « soap de journée ». Autre idée : et si Bobby avait simulé sa mort ? Mais l’intrigue a été déjà été utilisée avec le nouveau mari de Pam. Après moult hésitations, les scénaristes vont finalement retenir l’idée de la femme à Duffy en adaptant le cliffangher déjà tourné.

Dans celui-ci, Pamela Ewing se réveille dans le lit nuptial le lendemain de son mariage avec Mark et découvre, horrifiée, le cadavre de son nouveau mari dans la douche. Mais les scénaristes vont finalement décider, à la dernière minute, de modifier totalement ce cliffangher pour permettre le retour de Patrick Duffy.

Dans le cliffangher qui sera effectivement diffusé sur les écrans américains en ce 16 mai 1986, Pamela se réveillera toujours dans son immense lit aux draps blancs, s’étonnera toujours de ne pas voir son mari à ses côtés et se dirigera toujours vers la douche. Mais ce n’est pas le cadavre de son nouveau mari qui l’y attendra mais bien son ancien mari, bien vivant, qui l’accueillera d’un désormais mythique « Good Morning !». La production ne le sait pas, mais elle vient tout juste de « sauter le requin » et ne s’en remettra jamais.

 

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 1/5" <

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 2/5" <

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 3/5" <

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 4/5" <

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 5/5" <

Repost 0
28 décembre 2012 5 28 /12 /décembre /2012 09:00

dallas4.png

 

Pour les fêtes de fin d'année, AudiencesUSA.com vous propose une grande rétrospective en cinq parties sur "Dallas", la série culte diffusée par CBS entre 1978 et 1991. Alors que la franchise connaît une deuxième vie grâce à son retour sur TNT depuis l'été dernier, AudiencesUSA.comvous propose de vous replonger dans les coulisses du plus grand soap américain diffusé en prime time à la télévision américaine.

Des débuts très difficiles qui auraient pu stopper la machine après 4 épisodes au mythique cliffangher qui aurait pu ne jamais voir le jour, des caprices de Larry Hagman au départ de Patrick Duffy et son retour légendaire, de la naissance d'un phénomène de société à sa descente aux enfers, découvrez les dessous d'un succès planétaire.

 

Une rétrospective écrite par François, auteur du Classement Séries proposé tout au long de l'été sur AudiencesUSA.com.

 

 

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 1/5" <

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 2/5" <

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 3/5" <

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 4/5" <

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 5/5" <

 

RETROSPECTIVE DALLAS : PARTIE 3 / 5


J.R opéré au visage pour justifier le licenciement de Larry Hagman !

Nous sommes au début de la saison 4. Alors que la scène « Who Shot J.R. ?» tient en haleine le monde entier, la production de Dallas ne sait toujours pas si Larry Hagman reviendra dans la série. En attendant, Phil Capice met tout en place pour se débarrasser de l’acteur dont il ne supporte plus l’égo grandissant.

La production entame alors des négociations avec Robert Culp, également très populaire auprès du public américain, pour remplacer Hagman. Pour justifier le changement d’acteur, Capice réfléchit à un rebondissement dans lequel J.R. aurait à subir une lourde intervention chirurgicale suite au coup de feu. Il en ressortirait avec un nouveau visage ! Nous sommes dans un soap après tout.

Au même moment, Hagman n’est pas en Amérique mais en profite pour prendre des vacances. Il sait qu’il joue avec le feu. Des actrices comme Farrah Fawcett ou Suzanne Sommers, pourtant stars de leurs séries respectives, ont été virées sans ménagement après avoir opéré un tel chantage. Le tournage du premier épisode de la saison 4 commence ainsi sans Hagman qui sera joué par un figurant avec le visage complètement bandé.

 

Larry Hagman fait flancher CBS

Hagman décide alors de prendre les devants et annonce, lors d’un célèbre show britannique, qu’il pourrait quitter la série. Les fans montent au créneau et CBS réalise que le départ de Larry Hagman pourrait tuer sa poule aux œufs d’or. Ils finissent par abdiquer et accordent à l’acteur 75.000$ par épisode, un record pour un acteur de soap à l’époque. Duffy devra attendre plusieurs années avant de voir son salaire indexé à celui d’Hagman. Ironique quand on sait que le rôle de J.R. était, à l’origine, un second couteau.

Hagman négocie également une place de créatif au sein de la série et deviendra, à partir de ce moment-là, l’un des maillons forts de Dallas, à l’écran comme derrière la caméra. Sa relation avec le producteur Phil Capice ne se remettra jamais de cet épisode et ils passeront leur temps à se tirer dans les pattes. L’idée que Ray soit le fils illégitime de Jock était par exemple une idée de Larry Hagman. Mais Capice refusera toujours de lui accorder ce crédit.

Larry Hagman, salopard à l’écran, deviendra très vite le héros en coulisses. Linda Gray confiera plus tard que si un membre de l’équipe rencontrait un problème quelconque, il en parlait d’abord à Hagman. Lors de la saison 8, la production va ainsi prendre la décision de virer Linda Gray après que celle-ci se soit montrée trop insistante sur son souhait de réaliser un épisode. Non seulement, Hagman va empêcher que Gray soit virée, mais elle réalisera bien son épisode. C’est également grâce à Hagman que la production retirera toute présence de tabac à l’écran.

 

83 millions de téléspectateurs

Mais retour au bon déroulé de la série. Après avoir entretenu le buzz tout l’été, la saison 4 de Dallas démarre enfin le vendredi 7 novembre 1980 à 22h, après plus de 6 mois de suspens. Mais contrairement aux idées reçues, ce n’est pas le premier épisode de la saison 4 qui décrochera le record historique du programme le plus visionné Outre-Atlantique. Pas folle, CBS va demander aux scénaristes de conserver la révélation de l’identité du tueur pour l’épisode 4, qui correspond aux « sweeps » aux Etats-Unis, période pendant laquelle le prix des écrans publicitaires est calculé.

Et le pari sera gagnant. Le 21 novembre 1980, 83 millions de téléspectateurs américains seront branchés devant CBS à 22h pour obtenir enfin la réponse tant attendue. Cela représente plus d’un foyer sur deux possédant la télévision aux Etats-Unis pour une part d’audience ahurissante de 77%.

A l’international, ce sera 360 millions de fans qui retiendront leur souffle devant cet épisode où l’on découvrira le nom de la coupable : Kristin Shepard, maitresse et belle-sœur de J.R. L’épisode fera même l’ouverture des journaux télévisés. Dallas devient immédiatement n°1 aux USA et dans le monde, traduite dans 67 langues pour une diffusion dans 90 pays.

Quelques années plus tard, un sondage américain sera réalisé autour des événements les plus marquants de la décennie. Le cliffangher de Dallas se positionnera en première place, devant les élections américaines, la guerre en Irak ou les otages en Iran…

 

La série N°1 aux Etats-Unis

Sans surprise, Dallas devient donc la série N°1 aux Etats-Unis avec une moyenne tonitruante d’environ 50 millions de téléspectateurs sur la saison. Jamais aucune série dans l’histoire de la télévision américaine n’avait rassemblé une telle audience. En moyenne, ce sont plus d’un tiers des foyers américains possédant une télévision qui sont branchés chaque semaine devant les aventures des Ewing.

En 1980, la plus grosse série de la semaine est donc diffusé un vendredi soir. Et surtout, Dallas rassemble 10 millions de téléspectateurs de plus que la série N°2, à savoir Shérif fais-moi peur, toujours sur CBS. Une performance incroyable. A noter que Côte Ouest, diffusé le jeudi soir, est très – très – loin derrière avec près de 28 millions d’aficionados.

 

La mort de Jim Davis

Nous sommes toujours en 1980. Alors que Dallas est en phase de devenir un véritable phénomène de société, une nouvelle va soudainement glacer l’ambiance. Jim Davis, 64 ans, qui interprète le rôle de Jock, le patriarche Ewing, apprend qu’il est atteint d’une forme de cancer : la maladie de Kahler.

Le casting est abasourdi par la nouvelle, et en particulier Larry Hagman, très proche de l’acteur. Mais Jim Davis est combatif et va continuer à tourner dans la série autant qu’il le peut. Peu à peu, les scénaristes finiront par adapter son rôle en lui permettant d’être assis la plupart de ses scènes. Mais le cancer le rattrape très vite.

Dès la fin de la saison 4, Jim Davis n’est plus en mesure de jouer. Alors que les scénaristes avaient prévu, dans un premier temps, une longue intrigue de divorce avec Miss Ellie, ils sont contraints de faire machine arrière. Jock et Miss Ellie se réconcilient à la va-vite et partent fêter cela en lune de miel. Jim Davies ne le sait pas encore mais ce sera la dernière fois qu’il apparaîtra dans la série. Il décèdera ainsi le 26 avril 1981, à quelques jours de la diffusion du final de la saison 4.

La production est effondrée. Après mure réflexion, ils décident de conserver le personnage et de remplacer Jim Davis. Le temps de lui retrouver un digne successeur, Jock est supposé être en mission en Amérique du Sud. Mais la production ne parvient pas à trouver un acteur avec la trempe de Davis, le cœur trop lourd, peut-être. Au milieu de la saison 5, Jock est ainsi officiellement déclaré mort dans un accident d’avion.

 

Un leader challengé

Le succès de Dallas ne se dément pas. Après le niveau historique de la saison 4, elle conserve son statut de leader, malgré un changement de case. Au milieu de la saison 5, CBS va ainsi revoir ses vendredis soirs. La chaîne se débarrasse de « L’incroyable Hulk », diffusé en début de case et dont les performances ne sont pas à la hauteur des records enregistrés par les deux séries suivantes : Shérif fais-moi peur et Dallas. La première série est ainsi décalée à 20h tandis que Dallas va occuper la case de 21h. CBS en profite pour lancer le soap Falcon Crest à 22h.

L’opération est un succès. Avec plus de 42 millions de fans en moyenne, Dallas chute par rapport à la saison record (-13%, hors épisode record, soit une baisse de 6 millions de téléspectateurs environ) mais reste à un haut niveau et surtout N°1. A la suite, Falcon Crest réussit son entrée avec près de 32 millions de fidèles. C’est plus que la série qui deviendra bientôt la pire ennemie des Ewing : Dynasty sur ABC et ses 30 millions de téléspectateurs.

Pour la saison 6 de Dallas, CBS conserve son triptyque gagnant : Shérif Fais-moi Peur / Dallas / Falcon Crest.  Mais à 20h, Shérif Fais-moi Peur décroche et quitte le top 30 des séries les plus vues. Dallas résiste en perdant 11% de son audience à 38 millions de fans. Elle reste la série N°1 (60 minutes est passé légèrement devant). Mais la concurrence n’est plus loin derrière.

Car du côté de ABC, Dynasty explose. Plus irrévérencieuse, plus outrancière et plus soapesque que Dallas, la série ne semble plus s’arrêter d’engranger de nouveaux fidèles. Sur un an, elle progresse ainsi de 15% à plus de 34 millions de téléspectateurs. Falcon Crest (32 millions) et Côte Ouest (28 millions) suivent de près. 

L’écart va alors continuer de resserrer la saison suivante. ABC déplace Dynasty à 21h, lui permettant de gagner encore 3 millions de téléspectateurs supplémentaires à 37 millions. Dallas, elle, se ressaisit et progresse également à 39 millions. Mais l’écart n’a jamais été jamais serré. Le drame surviendra très vite, dès la saison suivante. Un choc audimatique qui sera accompagné d’un véritable capharnaüm en coulisses.

 

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 1/5" <

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 2/5" <

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 3/5" <

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 4/5" <

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 5/5" <

Repost 0
26 décembre 2012 3 26 /12 /décembre /2012 09:00

 

dallasretro1.png

 

Pour les fêtes de fin d'année, AudiencesUSA.com vous propose une grande rétrospective en cinq parties sur "Dallas", la série culte diffusée par CBS entre 1978 et 1991. Alors que la franchise connaît une deuxième vie grâce à son retour sur TNT depuis l'été dernier, AudiencesUSA.comvous propose de vous replonger dans les coulisses du plus grand soap américain diffusé en prime time à la télévision américaine.

Des débuts très difficiles qui auraient pu stopper la machine après 4 épisodes au mythique cliffangher qui aurait pu ne jamais voir le jour, des caprices de Larry Hagman au départ de Patrick Duffy et son retour légendaire, de la naissance d'un phénomène de société à sa descente aux enfers, découvrez les dessous d'un succès planétaire.

 

Une rétrospective écrite par François, auteur du Classement Séries proposé tout au long de l'été sur AudiencesUSA.com.

 

 

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 1/5" <

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 2/5" <

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 3/5" <

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 4/5" <

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 5/5" <

 

RETROSPECTIVE DALLAS : PARTIE 2 / 5

 

David Jacobs se détache de Dallas pour créer Côte Ouest

 

Nous sommes en novembre 1978. Alors que la saison 2 de Dallas est en cours de diffusion sur CBS, sans que l’audience ne parvienne vraiment à décoller, la production a quitté Dallas, persuadée que leur série n’allait pas passer l’hiver. Mais un coup de fil de CBS à Leonard Katzman, l’un des producteurs historiques, va tout changer. La chaîne vient de compléter la commande de la saison 2 qui comptera donc 24 épisodes.

David Jacobs, créateur de Dallas, en profite pour vendre à CBS son projet de cœur, celui qu’il avait développé avant Dallas : Côte Ouest. Afin de surfer sur l’audience grandissante de Dallas, il va le transformer en spin-off. Les deux personnages principaux seront ainsi des seconds couteaux de Dallas : Gary et Valene Ewing. Bien qu’elle n’atteindra jamais les sommets audimatiques de Dallas, Côte Ouest recueillera globalement un accueil critique plus positif que la série mère.

Très impliqué dans Côte Ouest, David Jacobs va alors peu à peu se détourner de Dallas. Parallèlement, Katzman et Phil Capice décident de revoir leur copie. Bluffés par l’incroyable performance de Larry Hagman, les producteurs vont peu à peu décider de déplacer la lumière sur l’impitoyable JR aux dépens du sirupeux Bobby. Et ça marche. Les téléspectateurs plébiscitent ses coups tordus, ses coucheries, ses manipulations.

Dans une interview récente, Jacobs raconte le moment où il a pris conscience de l’envergure que pouvait donner Hagman au personnage de J.R. Dans le script initial, JR était supposé finir le pilote par cette phrase, tout en esquissant un léger sourire : « On dirait que j’ai sous-estimé la nouvelle Madame Ewing. Je ne ferais plus jamais cette erreur ». Mais Lagman a ri. Un rire maléfique. Un détail qui donnait toute son ampleur au personnage. Hagman avait alors pris possession de J.R.

 

« Et si on tirait sur le fils de p*** ? »

La machine infernale est lancée. Pour sa 3ème saison, Dallas bouge une nouvelle fois de case : les téléspectateurs la suivront cette fois-ci le vendredi à 22h. Et tous les signaux sont enfin au vert : l’audience progresse au fil des semaines pour atteindre des sommets. En moyenne, ce sont désormais près de 35 millions de fidèles qui sont branchés chaque semaine devant les tribulations de J.R. et Sue Ellen. Dallas se classe N°6 au classement annuel, juste derrière  M*A*S*H.

La saison 3 est censée se terminer à l’issu d’un double-épisode centré sur le procès pour meurtre de Jock Ewing, après que des restes d’ossement aient été retrouvés à Southfork. Le procès est haletant. CBS en est sûr : cet épisode va battre des records. Et la chaîne en veut plus, elle demande aux producteurs deux épisodes supplémentaires pour conclure la saison.

Katzman et Capice sont bien embêtés. Ils avaient prévu de boucler la saison sur le procès de Jock, laissant l’issu du verdict en guise de cliffangher. Ils doivent trouver une nouvelle idée, et vite. Que faire ? Ils vont alors se triturer l’esprit pour mettre en place un cliffangher qui puisse être aussi puissant que le procès de Jock.

Dans un premier temps, une tentative de suicide de Sue Ellen est évoquée. Mais après quelques jours de réflexion, au cours d’une réunion de travail, l’un d’entre eux va alors improviser une idée qui changera à tout jamais le destin de la série. Il lance « Et pourquoi on ne tirerait tout simplement pas sur le fils de p*** ? ». « Oui, mais qui va lui tirer dessus ? », lui rétorque-t-on. « Peu importe, ça, on verra plus tard ! ». Hagman n’est guère emballé par l’idée, qu’il trouve commune. Mais les scénaristes n’ont rien d’autre. La saison 3 de Dallas se terminera bien ainsi.

 

« Who Shot J.R. ? »

Nous sommes le 21 mars 1980. Les téléspectateurs ne savent pas encore qu’ils vont assister à une scène qui restera à jamais gravée dans l’histoire de la télévision américaine. Il est 22h57 quand J.R., dans son bureau, reçoit un coup de fil mystérieux. Il décroche mais personne ne répond. Peu inquiété, il se lève pour aller remplir sa tasse de café. Quand il revient, il entend un bruit et s’exclame « Qui est là ? ». Il se dirige alors vers le couloir et là, il reçoit deux coups de feu en pleine poitrine et s’écroule, laissant des dizaines de millions de téléspectateurs médusés devant leur petit écran.

Dallas vient d’inventer le cliffangher en prime-time, ou du moins de le populariser. Habitués aux intrigues bouclées, les téléspectateurs n’ont pas l’habitude de devoir attendre si longtemps pour obtenir une réponse !

C’est sûrement pour cette raison que ce cliffangher, qui pourrait paraître aujourd’hui convenu, va prendre une ampleur phénoménale. Qui plus est, l’attente est accentuée par la grève des scénaristes qui sévissait alors à l’époque. Les fans américains devront ainsi patienter près de 8 mois pour connaître l’épilogue de ce rebondissement, ce qui va permettre de créer un buzz retentissant.

 

Un phénomène de société planétaire

Cet incroyable suspens va alors peu à peu prendre une ampleur planétaire. CBS crée même une catchphrase : « Who Shot J.R. » qui va hanter tous les esprits à l’été 1980. Des T-Shirt ‘I shot J.R.’ s’arrachent à travers tout le pays, un acteur du ‘Saturday Night Live’ sera tout bonnement viré après avoir osé critiquer le fameux cliffangher. Les paris fusent entre Londres et Las Vegas tandis qu’une session du parlement turc est reportée pour permettre aux législateurs de voir l’épisode.

La tentative d’assassinat de J.R. fera même une intrusion surréaliste dans la politique. En pleine campagne pour Ronald Reagan pour les élections américaines de 1980, les militants distribueront des centaines de stickers « A democrat shot J.R. ».  Jimmy Carter répliquera en disant qu’il n’aurait aucun mal à financer sa campagne s’il savait qui avait tiré sur JR !

Victoria Principal raconte même que lors d’un vol en avion, le pilote refusait d’atterrir avant qu’elle ne lui ait dévoilé l’identité du mystérieux assassin. Plus fort encore, Larry Hagman recevra une proposition de 100.000 £ pour révéler le nom du coupable ! Sauf que ni lui, ni elle, ni personne, n’avait connaissance de l’issu de cette intrigue. Jusqu’au bout, le secret des dieux sera jalousement préservé. Des scènes alternatives montrant Jock ou Miss Ellie, le revolver à la main, seront même tournées afin de maintenir le suspense jusqu’à la dernière seconde.

 

Le bras de fer entre CBS et Larry Hagman

Imaginez un peu l’indécente promotion gratuite dont vient de bénéficier Dallas. Jamais dans l’histoire de la télévision, une série, une scène, un personnage, n’avait suscité un tel phénomène, un tel engouement. Larry Hagman va ainsi très vite devenir la star incontestable du show. Et surtout, il en prend très vite conscience. En fin businessman, il va alors tout faire pour retourner la situation en sa faveur en exigeant une augmentation substantielle. J.R. un rôle de composition ? Pas si sûr.

Mais à cet instant T, ni CBS, ni l’équipe de Lorimar, ne prend vraiment acte du phénomène qui est en train de se créer autour du personnage de J.R. Au mieux, ils le sous-estiment. Larry Hagman se prend, par conséquent, une fin de non-recevoir. Mais l’acteur refuse de se laisser faire. Va alors s’engager un bras de fer mémorable entre lui et la production.

Du jour au lendemain, le légendaire-en-devenir J.R. claque la porte de Dallas, quitte la Californie (où se tournait alors la série) et refuse de revenir tant que l’augmentation qu’il désire ne lui aura pas été accordée. Hagman n’est pas si docile comme l’imaginaient CBS et Lorimar, qui se retrouvent pris à la gorge.

Hagman va alors narguer la production et se rendre indispensable en multipliant les interviews à la presse. Mais CBS et Lorimar croient toujours à un coup de bluff. Sans J.R., Hagman n’existe plus. Ils sont persuadés que l’acteur reviendra à la raison avant que le tournage ne reprenne.

Mais le 12 juin 1980, alors que toute l’équipe est réunie pour tourner le premier épisode de la saison 4, Larry Hagman manque à l’appel. Phil Capice, producteur de la série avec Leonard Katzman, est furieux. Il va alors tout faire pour écarter définitivement Larry Hagman de Dallas...

 

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 1/5" <

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 2/5" <

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 3/5" <

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 4/5" <

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 5/5" <

 

Repost 0
23 décembre 2012 7 23 /12 /décembre /2012 09:00

dallasretro1.png

 

Pour les fêtes de fin d'année, AudiencesUSA.com vous propose une grande rétrospective en cinq parties sur "Dallas", la série culte diffusée par CBS entre 1978 et 1991. Alors que la franchise connaît une deuxième vie grâce à son retour sur TNT depuis l'été dernier, AudiencesUSA.com vous propose de vous replonger dans les coulisses du plus grand soap américain diffusé en prime time à la télévision américaine.

Des débuts très difficiles qui auraient pu stopper la machine après 4 épisodes au mythique cliffangher qui aurait pu ne jamais voir le jour, des caprices de Larry Hagman au départ de Patrick Duffy et son retour légendaire, de la naissance d'un phénomène de société à sa descente aux enfers, découvrez les dessous d'un succès planétaire.

 

Une rétrospective écrite par François, auteur du Classement Séries proposé tout au long de l'été sur AudiencesUSA.com.

 

 

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 1/5" <

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 2/5" <

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 3/5" <

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 4/5" <

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 5/5" <

 

RETROSPECTIVE DALLAS : PARTIE 1 / 5

 

Nous sommes en 1977 et la chaine CBS cartonne avec des séries comme M*A*S*H, All in the Family ou Shérif… fais-moi peur ! Ces 3 séries rassemblent autour de 35 millions de téléspectateurs chaque semaine. Leur point commun ? Proposer des intrigues bouclées, faciles d’accès pour les téléspectateurs occasionnels, mais peu fidélisantes pour les réguliers. Et surtout, CBS est dominée par sa grande concurrente, ABC. Ses séries N°1, Laverne & Shirley et Three’s Company réunissent chaque semaine plus de 42 millions de fidèles.

CBS va alors décider de donner un grand  coup de pied dans la fourmilière, en proposant un genre inédit en prime-time : le soap. L’idée n’est pas tant de faire une série feuilletonante, que de proposer des personnages « larger-than-life », de créer une grande saga familiale. En s’attachant aux personnages, à cette famille, CBS a ainsi une grande chance de fidéliser ses téléspectateurs.

Jacobs propose Côte Ouest à CBS… avant Dallas !

C’est dans ce contexte qu’en 1978, David Jacobs, scénariste relativement inconnu, propose à CBS un projet d’un nouveau genre. Intitulé « Knots Landings » (Côte Ouest), le pilote s’inspire librement d’une série suédoise, « Scenes from a Marriage », écrite par Ingmar Bergman. La série de David Jacobs narrera ainsi les aventures de 4 couples, chacun à des étapes différentes de leurs mariages, et abordera des thèmes très soap : meurtres, kidnapping, viols … Mais CBS n’est pas convaincu. Le projet est jugé trop trash, trop « soap de journée ». Et surtout CBS souhaite un univers plus cliquant, plus démesuré, plus riche. Jacobs est prié de revoir sa copie.

Il revient alors dans les bureaux de CBS avec un tout nouveau projet, cette fois-ci intitulé « Oil ». Jugé trop sulfureux, il se transformera très vite en « Dallas ». A l’origine, Dallas est un « Roméo et Juliette » moderne. La série est centrée sur la relation entre Pam et Bobby, chacun appartenant à deux familles opposées (les Ewing et les Barnes), assoiffées d’argent et de pouvoir, et qui vont tout faire pour les déchirer et les séparer. Ainsi été née Dallas …

Larry Hagman s’impose

Barbara Bel Geddes est la première actrice castée dans le rôle de Miss Ellie, la matriarche. Le rôle de J.R, quant à lui, est proposé à l’acteur Robert Foxworth qui le refusera et deviendra finalement, quelques années plus tard, la star d’un autre soap : Falcon Crest qui sera lancé en lead-out de Dallas.

De son côté, Larry Hagman reçoit le script et hésite. Réputé notamment pour son rôle du Major Nelson dans la sitcom « I Dream of Jeannie », l’acteur a également reçu une proposition de la part de NBC. Sur les conseils de sa femme, Hagman va finalement tout faire pour obtenir le rôle de JR. L’avenir lui donnera raison puisque la sitcom de NBC sera annulée après 4 épisodes diffusés seulement.

Hagman contacte alors la production et décroche immédiatement un rendez-vous. Dès le lendemain, il déboule dans les bureaux de David Jacobs, Phil Capice et Leonard Katzman, le trio à la tête de la série. L’acteur s’est mis en condition : il est affublé du chapeau, des chaussures et de l’accent qui feront bientôt sa renommée. Hagman fait carton plein : JR, ce sera lui.

 Patrick Duffy, lui, sera engagé sur les conseils de Larry Hagman. Ce dernier était proche de ses parents quand Duffy était encore tout jeune. Enfin, après avoir proposé le rôle de Pamela à Linda Evans, Jacobs s’orientera finalement vers Victoria Principal. Ironie du sort, Evans obtiendra quelques années plus tard le rôle-titre du soap de ABC qui deviendra la bête noire de CBS : Dynasty.

Un soap … aux intrigues bouclées !

Retour en 1978. A cette époque, les héros de la télévision américaine se prénomment Charles et Caroline Ingalls de « La Petite Maison dans la Prairie » ou Howard et Marion Cunningham de « Happy Days ». Ce sont tous des héros positifs, foncièrement bons et aux valeurs américaines traditionnelles. Seul ce dernier trait les rapprochera de JR et Cliff Barnes, calculateurs, mesquins et sans pitié. CBS est tétanisée par ce projet et décide donc de ne commander qu’une mini-série de 5 épisodes afin de limiter la casse.

Pour maîtriser encore un peu plus les risques, CBS va imposer à David Jacobs un format d’intrigues bouclées : la référence à cette époque. Chaque épisode devra ainsi se conclure. Seule la trame de fond à la « Montaigu & Capulet », ici matérialisée par l’affrontement entre les Ewing et les Barnes, servira de connexion entre les épisodes.

Si le format se distingue ainsi du soap, les thématiques, elles, tapent dans le mille : un kidnapping dans un épisode, une accusation de harcèlement sexuel  dans l’autre… Mais le tout sans incidence sur l’épisode suivant ! Phil Capice, producteur historique de la série, reviendra sur ce n’importe quoi du démarrage. « Dans un épisode, Pam a un ex-mari qui surgit de nulle part et tape à la porte en disant « Salut ! Tu te souviens ? On a été marié ! ». Et à la fin de l’épisode, il disparait sans que l’on comprenne vraiment pourquoi. ».

Un échec cuisant au démarrage

Dallas est ainsi lancé le dimanche 2 avril 1978 à 22h. La série succède à Kojak, que CBS vient d’annuler en raison de ses faibles audiences. La concurrence n’est pas évidente puisque Dallas fait face à deux cases films très populaires sur ABC et NBC. Et effectivement, le lancement de la série est un échec. Les critiques sont assassines : Variety parle de ‘querelles pathétiques dans un monde de riches’.

Les semaines se suivent et se ressemblent : l’audience progresse légèrement, mais reste très en deçà des attentes de CBS. Jacobs sait que ses jours sont comptés. Et pourtant, le miracle interviendra lors du dernier épisode de la mini-série. Dallas progresse très nettement et termine 12ème des meilleures audiences de la semaine. Si la mini-série n’avait compté que 4 épisodes, la série Dallas n’aurait certainement jamais existé.

Au global, la mini-série se classe 44ème des programmes de la saison. CBS voit un potentiel et décide de lui laisser une 2ème chance en commandant une saison 2 de 12 épisodes. Des changements en profondeur devront néanmoins être effectués.

Un parcours chaotique

Pour sa 2ème saison, Dallas change de case. La série est envoyée au samedi soir à 22h. Sans être la soirée la plus fédératrice de la semaine, le samedi soir était, à cette époque, loin de ressembler au champ de ruines actuel. Ainsi, face à Dallas, L’île fantastique sur ABC rassemble plus de 28 millions de téléspectateurs chaque semaine.

Face à cette concurrence, Dallas ne démarre pas sous les meilleurs auspices. Les chances de survie de la série sont maigres, très maigres. David Jacobs le sait.  Qui plus est, la production doit  trouver un nouveau ranch. Ironie du sort : le véritable propriétaire du premier Southfork était alors sous surveillance de la police pour abriter un business plus que douteux.

Le début de saison 2 conserve le schéma de la mini-série : des intrigues bouclées. Mais les audiences ne sont toujours pas au rendez-vous. Dans une dernière tentative désespérée de sauver sa série, Jacobs se décide alors enfin à passer à des intrigues plus feuilletonantes, générant un suspens et surtout une attente plus grande de la part de ses téléspectateurs.A partir de l’épisode 10 de la saison 2, où Sue Ellen découvre qu’elle est enceinte, Dallas va ainsi devenir une vraie série feuilletonante. Pas de quoi, toutefois, rivaliser avec l’Ile Fantastique de ABC.

 Une fois le tournage des 12 premiers épisodes de la saison 2 achevé, la production ne sait toujours pas s’ils seront renouvelés. L’équipe de tournage fait alors ses bagages et quitte Dallas, pensant que, cette fois-ci, c’est terminé. CBS s’est déjà montrée très patiente. Ils sont encore loin de se douter qu’un événement totalement imprévu va bientôt propulser leur série au rang de phénomène de société mondial....

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 1/5" <

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 2/5" <

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 3/5" <

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 4/5" <

A lire : "Retrospective Dallas, Partie 5/5" <

Repost 0
Published by François - dans Rétrospective
commenter cet article
16 décembre 2012 7 16 /12 /décembre /2012 22:55

gossipgirl1.png

 

"Gossip Girl" s'achève ce lundi 17 décembre sur CW.

Retour rapide sur le parcours de la série en 5 points.

 

1. "Pilot" (1.01) - 3.50 millions - Mercredi 19 Septembre 2007

Le premier épisode de "Gossip Girl" est diffusé un mercredi 21h, à la suite de "American Next Top Model" qui fédère plus de 5 millions de téléspectateurs l'heure d'avant. La série décroche une première saison complète après trois épisodes mais la grève des scénaristes l'écourtera à 18 épisodes. Fin décembre 2007, "Gossip Girl" chute pour la première fois sous la barre des deux millions (1.81 million). Après la pause forcée de la grève des scénaristes, la série est de retour fin avril mais quitte le mercredi pour s'installer le lundi. Un jour de diffusion qu'elle conservera jusqu'à son ultime épisode, en alternant les passages à 20h et 21h. Le final de la saison 1 affiche la deuxième meilleure performance de la saison avec 3.00 millions de téléspectateurs.

2. "The Dark Knight" (2.03) - 3.73 millions - Lundi 15 septembre 2008

Le troisième épisode de la saison 2 enregistre ce qui restera comme la meilleure audience historique de "Gossip Girl" avec 3.73 millions de téléspectateurs et un taux de 2.0% sur les 18-49 ans. Ce record s'inscrit dans un contexte très favorable pour la série puisque les 13 épisodes diffusés à l'automne 2008 rassembleront une moyenne de 3.2 millions de téléspectateurs. Il s'agit de la période où la série était au meilleur de sa forme.

Les résultats ne feront ensuite que se dégrader : 2.4 millions de moyenne pour la deuxième moitié de saison 2, 2.2 millions de moyenne pour la première moitié de saison 3 à l'automne 2009, 1.8 million pour la deuxième moitié de saison 3 et la première partie de la saison 4 à l'automne 2010, 1.4 million pour la deuxième moitié de la saison 4.

3. "Con Heir" (5.18) - 0.97 million - Lundi 2 Avril 2012

Au printemps dernier, "Gossip Girl" passe pour la première fois sous la barre symbolique du million de téléspectateurs. Après une érosion constante, la série arrive véritablement à bout de souffle. Un mois plus tard, CW renouvelle "Gossip Girl" pour une ultime saison de 10 épisodes.

4. "Portrait of a Lady Alexander" (6.04) - 0.66 million - Lundi 5 Novembre 2012

"Gossip Girl" a touché le fond au début du mois dernier. Ce 4ème épisode de l'ultime saison a réuni 0.66 million de téléspectateurs, soit la pire audience historique de la série. Si on fait le rapport entre l'époque où la série était au plus haut en début de saison 2 et ce triste record, c'est une perte de plus de 80% du public.

5. "New York, I Love You XOXO" (6.10) - Lundi 17 Décembre 2012

Repost 0

Recherche

Loading